tension

Le président angolais Joao Lourenço ©DR