Real Madrid vs PSG ; Ronaldo et Neymar nés sous la même étoile

Le Brésilien Neymar Jr, joue pour le PSG. Le Portugais Cristiano Ronaldo, joue pour le Real Madrid.

Cristiano Ronaldo l'astre roi, Neymar l'étoile montante: nés un 5 février, les deux attaquants-stars entrent en collision mercredi lors du choc Real Madrid-Paris SG en Ligue des champions. Auréolés d'une rumeur insistante: et si "Ney" remplaçait un jour "CR7" parmi les "Galactiques" ?

Pour le Portugais comme pour le Brésilien, les premiers mois de la saison ont été agités.

Ronaldo a connu de grandes joies: la naissance de son quatrième enfant, la conquête d'un cinquième Ballon d'Or pour égaler Lionel Messi, trois nouveaux trophées avec le Real (Supercoupe d'Europe, Supercoupe d'Espagne, Mondial des clubs)...

Mais le natif de Madère (33 ans) a aussi enchaîné les déconvenues: mise en examen pour fraude fiscale présumée, geste d'énervement contre un arbitre assorti de cinq matches de suspension... Et ses performances en ont pâti.

Même si "CR7" est le meilleur buteur de la C1 cette saison (9 buts) et de tous les temps (114 buts), ses statistiques ont mis du temps à décoller en Liga: 11 buts en 23 journées, dont sept sur les quatre derniers matches.

Neymar (26 ans), de son côté, a dû digérer l'effervescence et les attentes nées de son transfert record de Barcelone à Paris (222 M EUR).

Si son anniversaire la semaine dernière a été un bon moment de cohésion pour le groupe parisien, le Brésilien n'a pas toujours joué les rassembleurs.

L'affaire du "penaltygate", à savoir le refus de "Ney" de laisser frapper les penalties par le buteur attitré Edinson Cavani, a dessiné un vestiaire partagé entre hispanophones et lusophones.

L'attaquant brésilien a aussi taclé sa direction après le transfert de son ami Lucas à Tottenham cet hiver, alimentant une image de star capricieuse...

Duel sur la piste aux étoiles

Le choc est à leur mesure: Ronaldo au Real et Neymar au PSG ont été recrutés pour leur capacité à répondre présent dans les grands rendez-vous.

La saison dernière, "CR7" avait guidé les Madrilènes vers leur deuxième Ligue des champions consécutive en inscrivant huit buts entre les quarts et les demies.

"Il a montré à chaque fois qu'il était présent. Des joueurs de cette trempe sont toujours là dans les grands rendez-vous", a résumé vendredi son entraîneur Zinédine Zidane.

Neymar, de son côté, présente un bilan en demi-teinte. Certes, il a déjà inscrit 28 buts cette saison avec le PSG, dont 6 en Ligue des champions, des "statistiques incroyables" aux yeux de Zidane.

Mais dans les chocs, il n'a pas toujours été l'élément décisif attendu: exclu à Marseille (2-2), transparent à Lyon (1-2) et Strasbourg, il est aussi passé au travers face au Bayern Munich (3-1).

Peut-il reproduire mercredi son récital réussi lors de la "remontada" du Barça face au PSG en mars 2017 (6-1) ? "Il en veut, il a faim", a assuré l'entraîneur parisien Unai Emery dans les colonnes du quotidien espagnol Marca.

Neymar dans l'orbite du Real ?

Au stade Santiago-Bernabeu, Neymar a souvent été sifflé sous le maillot barcelonais. Il a néanmoins l'occasion mercredi d'éblouir les "socios" du club merengue, présenté comme une possible destination pour lui.

"Tout le monde sait que je voulais le recruter", a récemment reconnu le président madrilène Florentino Pérez, laissant entendre que Neymar aurait plus de chance de gagner son premier Ballon d'Or en signant au Real qu'en restant à Paris...

Depuis Gareth Bale en 2013 (100 M EUR) et James Rodriguez en 2014 (80 M EUR), Pérez n'a pas recruté de "Galactique". Et vu la saison décevante du Real, le trésor de guerre accumulé pourrait bien être dépensé cet été.

Aussitôt, les médias espagnols se sont mis à échafauder tous les montages possibles, comme un éventuel échange entre un Ronaldo vieillissant et un Neymar en plein essor... "Je crois que Neymar jouera un jour au Real Madrid", a déclaré dans une interview le latéral madrilène Marcelo, son équipier en sélection.

Interrogé, Zidane a répondu ne pas imaginer un Real sans Ronaldo. Quant à Neymar, "c'est un grand joueur, rien de plus", a déclaré le Français.

Emery, lui, a évoqué une tentative de "déstabilisation" de la part de la presse espagnole, renvoyant aux propos rassurants du Brésilien et du président parisien Nasser Al-Khelaïfi.

Mais tout exploit de "Ney" au Bernabeu fera grimper sa cote à Madrid. A moins que "Cris" ne prouve que son étoile brille toujours au firmament...

Avec AFP

Videos

Sport

Le président de l'Assemblée Nationale, Guillaume Soro et le footballeur international Samuel Eto'o ont eu une séance de travail ce lundi, à l'hémicycle en présence de plusieurs députés. ©APA

Samuel Eto'o annonce la construction d’une école primaire en Côte d’Ivoire

Samuel Eto'o annonce la construction d’une école primaire en Côte d’Ivoire Le footballeur international camerounais, Samuel Eto'o Fils a annoncé lundi à Abidjan, qu'il a en projet de faire «beaucoup de choses » en Côte d'Ivoire, notamment la construction d'une école primaire.
La sélection sénégalaise célébrant le but de Mbaye Niang à l’heure de jeu (60e)

Coupe du monde 2018: Le Sénégal bat la Pologne 2-1

Nouvelle surprise dans ce groupe H avec le succès du Sénégal face à la Pologne (2-1). La première victoire africaine dans ce Mondial.
L'Iranien Masoud Shojaei et le Marocain Younes Belhanda lors du match du groupe B entre le Maroc et l'Iran à la Coupe du monde de football 2018 à Saint-Pétersbourg, Russie, le 15 juillet 2018.

Coupe du monde 2018 : l’Iran s’impose face au Maroc au bout du suspense

Les Lions d’Atlas ont perdu en toute fin de match contre l’Iran 0-1 à cause d'un but contre leur camp dans le temps additionnel. Les Marocains ont semblé pourtant prendre en mains le jeu au début de la partie. Mais les Iraniens se sont vite ressaisis pour revenir dans le match.C’est à la 90’+5 que le défenseur Aziz Bouhaddouz, tentant de dégager un ballon, a trompé son portier pour envoyer le cuir dans la lucarne. Un but contre son camp. Certains diraient, simplement un couperet. Car, le but coïncidait quasiment avec la fin du match.
 Maroc-Iran : un duel que tout oppose

Coupe du monde 2018 : Maroc-Iran : un duel que tout oppose

Le Maroc et l'Iran se retrouvent face à face vendredi au stade de Saint-Petersbourg pour leur premier match de cette Coupe du monde 2018, une rencontre qui porte une forte charge géopolitique, entre la rupture de leurs relations diplomatiques et les sanctions américaines contre Téhéran.Sur le plan sportif, ce match oppose les deux outsiders du groupe B où figurent les poids-lourds espagnol et portugais. 
La délégation de l'équipe marocaine débarque à l'aéroport international de Voronej, le 10 juin 2018, pour la Coupe du monde russe | AFP/Archives | -

Mondial-2018: 20 ans après, le Maroc fébrile

Vols spéciaux vers la Russie, affiches publicitaires géantes, vente de décodeurs TV piratés... après un passage à vide de 20 ans, la participation du Maroc au Mondial-2018 suscite la fébrilité dans un pays où le football est roi.Au cœur de la vieille ville de Rabat, Mohamed se frotte les mains car la demande en décodeurs TV piratés "a beaucoup augmenté ces dernières semaines". Selon le vendeur, "beaucoup, aussi, viennent se renseigner pour savoir si des chaînes diffuseront gratuitement les matchs".
Coupe du monde

Le Maroc sera candidat à l'organisation du Mondial 2030

Le Maroc sera candidat à l'organisation du Mondial-2030 de football, a annoncé vendredi son ministre des Sports Rachid Talbi Alami, au lendemain de l'échec du royaume à obtenir l'organisation de la Coupe du monde 2026, attribuée mercredi au trio USA/Canada/Mexique."Sur instruction de Sa Majesté le roi Mohammed VI, nous allons candidater pour l'organisation du Mondial-2030", a dit à l'AFP le ministre de la Jeunesse et des sports, confirmant une information parue dans la presse locale.
Mohamed Salah, centre, lutte pour le ballon contre le Delvin N'Dinga, à droite, et Tobias Badila lors du match de qualification de la Coupe du Monde 2018 au stade Borg El Arab à Alexandrie, en Egypte, le 8 octobre 2017 .

Salah "presque" assuré "à 100%" de jouer le Mondial 2018

Je peux presque vous assurer à 100% qu'il jouera" a indiqué jeudi le sélectionneur de l'Eqypte Hector Cuper au sujet de son joueur vedette, Mohamed Salah, blessé lors de la finale de la Ligue des champions le 26 mai, alors que les Pharaons rencontrent vendredi l'Uruguay au Mondial-2018 en Russie."Salah va bien et récupère très vite. Nous devons encore voir comment l'entraînement va se dérouler aujourd'hui (...) nous sommes tous très optimistes pour sa présence sur le terrain", a ajouté le sélectionneur au sujet du crack de Liverpool.