Dans des prisons marocaines, un championnat d'Afrique de foot inédit

Des détenus du Maroc et de la Guinée dans une prison de Casablanca le 1er février 2018 jouent la finale d'un Championnat d'Afrique des nations inédit organisé pour les prisonniers africains au Maroc, parallèlement à la compétition officielle du CHAN-2018 | AFP | FADEL SENNA

"Africa pour toujours", clame une banderole sur la porte d'entrée métallique et austère du centre pénitentiaire pour mineurs de Casablanca: ici se joue la finale d'un championnat d'Afrique des nations inédit "au profit des détenus africains au Maroc".

Organisé en écho au CHAN-2018 qui se déroule actuellement dans ce pays d'Afrique du Nord, le mini-tournoi pénitentiaire réunit de jeunes prisonniers originaires d'une douzaine de pays africains.

Dans la cour de l'établissement, sur un terrain en dur entouré de hauts murs gris, le Cameroun et le Mali croisent le fer pour la troisième place.

Sur une estrade aménagée pour l'occasion, des officiels de la Fédération royale marocaine de football et de la direction pénitentiaire, les deux promoteurs du tournoi, assistent à la rencontre.

Les drapeaux des douze pays représentés dans la compétition flottent sous les rouleaux de barbelé qui surplombent les murs.

Alignés en rang derrière les buts, quelques dizaines de mineurs du centre de détention donnent de la voix à pleins poumons, sous l’œil vigilant des gardiens.

Ils reprennent avec frénésie les chants des ultras du Raja, l'un des deux grand clubs de football Casablanca, les rythmant avec des battements de derbouka.

Au bout d'une trentaine de minutes de jeu --durée officielle des matches de ce mini-tournoi-- et de quelques tacles vigoureux, le Cameroun parvient à battre le Mali.

"On voulait jouer la finale mais on ne l'a pas mérité. On a quand même joué et gagné la petite finale, ça ne nous dérange pas", sourit Francis, le gardien de but de l'équipe des détenus camerounais.

Ce trentenaire à la carrure d’athlète purge une peine d'un an à la prison de Marrakech (ouest) pour une "faute": "j'ai fait la bagarre en état d'ivresse", murmure-t-il.

Il tient à remercier "tout le staff technique" et le roi Mohammed VI "qui pense à nous les prisonniers africains".

"Il a très bien parlé!", commente un employé de l'administration pénitentiaire chargé de rester à proximité des journalistes invités pour l'occasion.

- 'Exutoire' -

Francis et ses compagnons laissent la place aux finalistes, le Maroc et la Guinée.

Abderrahmane, un Marocain de 29 ans qui purge une peine de dix ans pour meurtre, s'échauffe une dernière fois avant de "jouer pour le titre".

Ce défenseur aux tacles rugueux est "heureux (...) de représenter son pays" en finale, confie-t-il à une équipe de l'AFP. "C'est un exutoire!", lâche ce gaillard dans sa tenue de footballeur rouge vif, qui tranche avec la grisaille ambiante.

Le tournoi a impliqué "plus de cent détenus africains, répartis dans quatre prisons", à Tanger (nord), Marrakech (sud), Agadir (sud) et Casablanca (ouest), les quatre villes qui ont accueilli le 5e Championnat d'Afrique des nations, détaille le chef du service social de l'administration pénitentiaire et de la réinsertion du Maroc, Benacer Bennaissa.

Chaque "équipe nationale" a ainsi réuni pour l'occasion des détenus issus de ces quatre prisons. Selon le centre pénitentiaire où se tenaient les matches, les prisonniers-footballeurs ont été transférés pour pouvoir jouer ensemble.

C'est le centre pour mineurs de Casablanca, adossé à la vaste prison pour adultes d'Oukacha, qui a été choisi pour accueillir les deux derniers matchs.

Le Maroc compte environ 75.000 détenus dans 77 centres de détention. Plusieurs sont surpeuplés, comme Oukacha qui compte 8.000 prisonniers pour 5.800 places, selon un récent rapport de l'Observatoire marocain des prisons.

Quand les joueurs marocains entrent sur le terrain pour la finale, l'accueil est triomphal et les détenus oublient un instant leur quotidien.

Main sur le cœur, tous chantent l'hymne national sous les applaudissement des spectateurs.

A la grande joie de ses supporters, l'équipe marocaine bat la Guinée, remporte la finale et se voit remettre la coupe par l'ancien international tunisien Adel Chadly, venu en invité d'honneur.

"Il y a des de vrais talents dans les prisons, des joueurs de haut niveau", s'extasie Abdelmoumen Cherif, un ancien joueur de foot d'un petit club local, membre du staff technique du tournoi et affilié à la Fédération marocaine de football.

Son souhait? Que le Maroc, qui joue la finale du "vrai CHAN" dimanche face au Nigeria, "soulève aussi la coupe".

Videos

Sport

L'accord prévoit par ailleurs que les joueurs et joueuses d'Arsenal se rendront au Rwanda.@ Capture d'écran Twitter

Le Rwanda, nouveau sponsor d'Arsenal, s'invite sur le maillot des Gunners

Le Rwanda a signé un contrat de sponsoring avec le club anglais d'Arsenal, dont le maillot portera à partir de la saison prochaine un logo "Visit Rwanda", sur la manche gauche, a annoncé mercredi le club londonien. Le président rwandais Paul Kagame est un ardent supporter d'Arsenal et exprime souvent, sur les réseaux sociaux, son avis sur les performances du club.
La star sénégalaise Sadio Mané (10) à la lutte avec le Sud-Africain Dean Furman en match éliminatoire du Mondial, disputé à Polokwane, le 10 novembre 2017 | AFP/Archives | PHILL MAGAKOE

Mondial-2018: liste des 23 sénégalais avec Sadio Mané comme fer de lance

Pour sa deuxième participation à une Coupe du Monde, le Sénégal sera mené en Russie par l'attaquant vedette de Liverpool Sadio Mané, selon la liste de 23 joueurs dévoilée jeudi par le sélectionneur Aliou Cissé.Le gardien Khadim Ndiaye est le seul à jouer sur le continent africain, au Horoya AC de Conakry (Guinée). Sept "Lions" évoluent dans le Championnat de France, dont Keita Baldé Diao à Monaco, et sept autres jouent en Angleterre.
Le Nigérian Rilwan Babatunde, alias "Babybace", vainqueur du Béninois Djossou Agoy Basile lors d'un combat de boxe à Lagos le 15 avril 2018 | AFP | Segun OGUNFEYITIMI

Au Nigeria, la résurrection de la boxe

Lorsque Saleh Fawaz a décidé d'organiser son premier match de boxe à Lagos, il n'attendait pas plus de 500 spectateurs. Finalement, plus de 800 billets ont été vendus et des dizaines d'amateurs de combats ont dû rester aux portes du gymnase.Les gradins étaient combles, la musique poussée à fond et les drapeaux nigérians ont flotté autour du ring.
Les fédérations de football en Afrique centrale sont confrontées à des crises larvées dans leurs gouvernances | AFP/Archives | DENIS CHARLET

En Afrique centrale, carton jaune pour les fédérations de foot

Mises en garde des instances internationales, accusations de corruption et de mal-gouvernance, mise sous tutelle... Les fédérations de football broient du noir en Afrique centrale où des élections pour élire leurs présidents ont eu lieu samedi au Gabon et en Guinée équatoriale.
Le président de la Fédération congolaise (FECOFA), Constant Omari

Football: Constant Omari, président de la Fédération congolaise en garde à vue

Le président de la Fédération congolaise (FECOFA), Constant Omari, ainsi que trois autres dirigeants sportifs de la République démocratique du Congo, ont été placés mardi soir en garde à vue à Kinshasa pour une affaire d'utilisation de fonds publics.
Le Sénégalais Moussa Konaté (au centre), félicité par ses partenaires. AFP PHOTO/CHARLY TRIBALLEAU

Sénégal-Corée du Sud en Autriche le 11 juin en préparation au Mondial 2018

Le Sénégal et la Corée du Sud, tous deux qualifiés pour le Mondial-2018 en Russie, s'affronteront le 11 juin lors d'un match de préparation à huis clos en Autriche, a annoncé le président de la Fédération sénégalaise de Football, Augustin Senghor.
Huit des 42 athlètes camerounais, ici lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux du Commonwealth à Golad Coast le 4 avril 2018, se sont évanouis dans la nature. REUTERS/Jeremy Lee

Jeux du Commonwealth: des athlètes camerounais disparaissent

Huit athlètes camerounais participant aux Jeux du Commonwealth à Gold Coast (Australie) ont disparu, a annoncé mercredi la délégation qui craint une défection pour ne pas rentrer au Cameroun où l'armée et des séparatistes anglophones s'affrontent depuis plusieurs mois.