Corruption au Ghana: la fédération de football va être dissoute (gouvernement)

Le Ghanéen André Ayew buteur face à l'Ouganda, lors de la CAN 2017. Pierre René-Worms / RFI

Le gouvernement du Ghana a annoncé jeudi qu'il avait "décidé de prendre des mesures immédiates" pour dissoudre la fédération ghanéenne de football, après les révélations explosives d'une enquête journalistique sur la corruption de dirigeants et d'arbitres.

Le gouvernement "a décidé de prendre des mesures immédiates pour la dissolution de la fédération ghanéenne de football", en raison de "la nature massive de la corruption présumée", a déclaré jeudi soir le ministre de l'Information, Mustapha Abdul-Hamid.

Dans un documentaire explosif présenté mercredi à Accra, des journalistes d'investigation affirment, images à l'appui que le président de la fédération de football du Ghana est impliqué dans plusieurs délits de corruption présumés mettant en jeu des millions de dollars de pots-de-vin.

Le ministre de l'Information a ajouté que les membres du gouvernement étaient "choqués et indignés" par le documentaire, "qui dévoile des irrégularités profondes dans la gestion de la fédération".

"Le gouvernement veillera à ce que les réformes nécessaires soient mises en oeuvre de manière urgente pour assainir la gouvernance du football dans le pays", a-t-il promis, promettant des mesures provisoires pour gérer la fédération dans l'attente de la formation d'une nouvelle direction.

La fédération ghanéenne de football s'était dit plus tôt dans la journée prête à "prendre des mesures immédiates" pour lutter contre la corruption, affirmant prendre "très au sérieux" ces accusations.

"La fédération tient à faire savoir qu'il n'y aura aucune tentative de dissimuler ou de protéger les membres qui seraient impliqués dans des actes de corruption", avait-elle ajouté.

Kwesi Nyantakyi, président de la Ghana Football Association (FA Ghana), est piégé par des journalistes se faisant passer pour des "investisseurs" potentiels à qui il fait miroiter de juteux contrats, dans le film "Number 12", présenté en avant-première au Centre international de conférence d'Accra, où étaient présents de nombreux diplomates et responsables politiques.

Plusieurs dirigeants de la fédération et arbitres sont également filmés recevant des pots-de-vin pour influencer la sélection de joueurs ou truquer l'issue de certains matchs de première ligue, a constaté un correspondant de l'AFP.

Ce documentaire est le résultat d'une enquête de deux ans menée par un journaliste infiltré (et son équipe), Anas Aremeyaw Anas, connu au Ghana pour avoir révélé de nombreuses affaires de corruption ou d'abus de pouvoir dans le pays.

On y voit notamment Kwesi Nyantakyi proposer à de supposés investisseurs financiers (en fait des journalistes) de lui verser 11 millions de dollars pour leur faciliter l'accès à des personnalités clés du gouvernement ghanéen, dans l'espoir d'obtenir d'importants contrats dans les domaines de l'agriculture, de la construction et du pétrole.

L'accord en discussion devant la caméra porte sur 5 millions de dollars par an pendant cinq ans et prévoit des rétro-commissions de 20 à 25% payées par la fédération à M. Nyantakyi et ses partenaires via la société Namax.

Anas Aremeyaw Anas, qui a déjà enquêté sur plusieurs scandales de corruption, notamment dans le système judiciaire, a affirmé avoir reçu des menaces de mort en rapport avec son enquête sur le football ghanéen.

Fin mai, la police ghanéenne avait ouvert une enquête sur des allégations de corruption à l'encontre du président de la fédération de football.

Elle faisait suite à une plainte du chef de l'Etat Nana Akufo-Addo - basée sur l'enquête du journaliste - selon laquelle M. Nyantakyi avait utilisé "frauduleusement le nom et le bureau du Président" pour des affaires personnelles.

M. Nyantakyi a été interrogé et relâché en attendant la poursuite de l'enquête.

Avec l'AFP

Videos

Sport

Le président de l'Assemblée Nationale, Guillaume Soro et le footballeur international Samuel Eto'o ont eu une séance de travail ce lundi, à l'hémicycle en présence de plusieurs députés. ©APA

Samuel Eto'o annonce la construction d’une école primaire en Côte d’Ivoire

Samuel Eto'o annonce la construction d’une école primaire en Côte d’Ivoire Le footballeur international camerounais, Samuel Eto'o Fils a annoncé lundi à Abidjan, qu'il a en projet de faire «beaucoup de choses » en Côte d'Ivoire, notamment la construction d'une école primaire.
La sélection sénégalaise célébrant le but de Mbaye Niang à l’heure de jeu (60e)

Coupe du monde 2018: Le Sénégal bat la Pologne 2-1

Nouvelle surprise dans ce groupe H avec le succès du Sénégal face à la Pologne (2-1). La première victoire africaine dans ce Mondial.
L'Iranien Masoud Shojaei et le Marocain Younes Belhanda lors du match du groupe B entre le Maroc et l'Iran à la Coupe du monde de football 2018 à Saint-Pétersbourg, Russie, le 15 juillet 2018.

Coupe du monde 2018 : l’Iran s’impose face au Maroc au bout du suspense

Les Lions d’Atlas ont perdu en toute fin de match contre l’Iran 0-1 à cause d'un but contre leur camp dans le temps additionnel. Les Marocains ont semblé pourtant prendre en mains le jeu au début de la partie. Mais les Iraniens se sont vite ressaisis pour revenir dans le match.C’est à la 90’+5 que le défenseur Aziz Bouhaddouz, tentant de dégager un ballon, a trompé son portier pour envoyer le cuir dans la lucarne. Un but contre son camp. Certains diraient, simplement un couperet. Car, le but coïncidait quasiment avec la fin du match.
 Maroc-Iran : un duel que tout oppose

Coupe du monde 2018 : Maroc-Iran : un duel que tout oppose

Le Maroc et l'Iran se retrouvent face à face vendredi au stade de Saint-Petersbourg pour leur premier match de cette Coupe du monde 2018, une rencontre qui porte une forte charge géopolitique, entre la rupture de leurs relations diplomatiques et les sanctions américaines contre Téhéran.Sur le plan sportif, ce match oppose les deux outsiders du groupe B où figurent les poids-lourds espagnol et portugais. 
La délégation de l'équipe marocaine débarque à l'aéroport international de Voronej, le 10 juin 2018, pour la Coupe du monde russe | AFP/Archives | -

Mondial-2018: 20 ans après, le Maroc fébrile

Vols spéciaux vers la Russie, affiches publicitaires géantes, vente de décodeurs TV piratés... après un passage à vide de 20 ans, la participation du Maroc au Mondial-2018 suscite la fébrilité dans un pays où le football est roi.Au cœur de la vieille ville de Rabat, Mohamed se frotte les mains car la demande en décodeurs TV piratés "a beaucoup augmenté ces dernières semaines". Selon le vendeur, "beaucoup, aussi, viennent se renseigner pour savoir si des chaînes diffuseront gratuitement les matchs".
Coupe du monde

Le Maroc sera candidat à l'organisation du Mondial 2030

Le Maroc sera candidat à l'organisation du Mondial-2030 de football, a annoncé vendredi son ministre des Sports Rachid Talbi Alami, au lendemain de l'échec du royaume à obtenir l'organisation de la Coupe du monde 2026, attribuée mercredi au trio USA/Canada/Mexique."Sur instruction de Sa Majesté le roi Mohammed VI, nous allons candidater pour l'organisation du Mondial-2030", a dit à l'AFP le ministre de la Jeunesse et des sports, confirmant une information parue dans la presse locale.
Mohamed Salah, centre, lutte pour le ballon contre le Delvin N'Dinga, à droite, et Tobias Badila lors du match de qualification de la Coupe du Monde 2018 au stade Borg El Arab à Alexandrie, en Egypte, le 8 octobre 2017 .

Salah "presque" assuré "à 100%" de jouer le Mondial 2018

Je peux presque vous assurer à 100% qu'il jouera" a indiqué jeudi le sélectionneur de l'Eqypte Hector Cuper au sujet de son joueur vedette, Mohamed Salah, blessé lors de la finale de la Ligue des champions le 26 mai, alors que les Pharaons rencontrent vendredi l'Uruguay au Mondial-2018 en Russie."Salah va bien et récupère très vite. Nous devons encore voir comment l'entraînement va se dérouler aujourd'hui (...) nous sommes tous très optimistes pour sa présence sur le terrain", a ajouté le sélectionneur au sujet du crack de Liverpool.