RDC - RASSEMBLEMENT DE L’OPPOSITION CONGOLAISE : CHRONIQUE D’UNE FIN ANNONCÉE ?

Felix Tshisekedi et Moïse Katumbi, deux leaders de l'opposition congolaise

LE RASSEMBLEMENT DÉJÀ DISLOQUÉ EN DEUX AILES, AILE KASA-VUBU DE JOSEPH OLENGHANKOY ET AILE LIMETE DE FÉLIX TSHISEKEDI POURRA CONNAÎTRE LA NAISSANCE D’UNE TROISIÈME AILE À L’INITIATIVE DE CELUI QUE L’ON CONSIDÉRAIT - À TORT OU À RAISON - JUSQU’ICI COMME L’ALLIÉ FINANCIER ET PUISSANT DE FÉLIX TSHISEKEDI, MOÏSE KATUMBI. CET ANCIEN GOUVERNEUR DU KATANGA ET ANCIEN HOMME DE CONFIANCE DE JOSEPH KABILA L’AYANT QUITTÉ JOSEPH KABILA PAR DÉPIT A CONVOQUÉ UNE RÉUNION EN AFRIQUE DU SUD POUR TRANSFORMER LE RASSEMBLEMENT AILE LIMITÉ EN PLATEFORME ÉLECTORALE SOUS SA HOULETTE OU EN CRÉER UNE AUTRE AILE. CE QUI NE POURRA QU’ENTRAÎNER LE DIVORCE AVEC L’UDPS. EN CAS DE RÉUSSITE, SON COUP DE FILET LANCÉ EN GENVAL DEPUIS 2016 AUX FINS DE DÉBAUCHAGE POLITIQUE AURA ENGRAGÉ UN BON RÉSULTAT ESCOMPTÉ.

 RASSEMBLEMENT COMME UN FEU DE PAILLE 

Il y a deux ans, du 8 au 9 juin 2016 se réunissaient au Château du Lac à Genval dans le Brabant Wallon plus de 120 délégués de l’opposition et de la société civile pour créer un front commun autour d’Étienne Tshisekedi afin de se mettre en ordre de bataille pour exiger le respect de la Constitution et le départ de Joseph Kabila au terme de son deuxième mandat qui tombait à l’échéance le 19 décembre 2016 à minuit. L’initiative politique de tous les espoirs semble avoir abouti au mécompte stratégique : Joseph Kabila, le stratège taiseux, est au pouvoir à la faveur du dialogue de la Cité de l’Union Africaine au camp Tshatshi dirigé par Edem Kodjo et celui de la CENCO au centre interdiocésain par Mgr Marcel Utembi, et le Rassemblement de l’opposition est entré de voler en éclats pour cause d’absence de leadership.

MOÏSE KATUMBI SORT DES COULISSES POUR UN DIVORCE POLITIQUE AVEC L’UDPS ?

Celui, que l’on tenait pour le tireur des ficelles de l’ombre, se décide à sortir enfin au grand jour pour battre ses cartes sur table. Moïse Katumbi a déjà convoqué ses partisans et admirateurs au Rassemblement Limete et dans la société civile, à une grande réunion en Afrique du Sud pour créer une plateforme électorale pouvant le plébisciter comme candidat aux élections présidentielles prochaines. Le suspense est cependant grand tant que nul ne pourrait prédire le sort qui sera réservé au Rassemblement de Limete. On n’est réduit, à ce stade, qu’à deux hypothèses : soit que Moïse Katumbi pourra annoncer sa candidature aux présidentielles en tant que leader du Rassemblement de Limete ou soit se prononcer à ce titre pour une nouvelle plateforme. Mais quelle que soit l’hypothèse, la fin de son alliance avec Félix Tshisekedi et l’UDPS aura été consommée.

Puisque Félix Tshisekedi longtemps accusé par ses détracteurs et les caciques d’avoir vendu l’UDPS à coup de pièces sonnantes et trébuchantes à Moïse Katumi devra, face à l’épreuve de vérité, prouver le contraire en tenant désormais ce dernier comme un concurrent puissant en raison de sa ruse et, surtout de sa puissance financière susceptible d’ébranler les convictions politiques.

La réunion convoquée par Moïse Katumbi ne sera sans conséquences sur l’avenir du Rassemblement de Limete, notamment sur l’alliance entre lui et Félix Tshisekedi. Mais, c’était – selon certains analystes et observateurs avisés de la scène politique – cette éventualité de dislocation était pourtant prédictible.

Toute la question que l’on peut se poser in fine est de savoir à qui profitera la prolifération de plateformes électorales ?