Togo: «Nous allons rester dans les rues, jusqu’au départ de Faure Gnassingbé»

Manifestation à Lomé contre le régime du président Faure Gbassingbé, le 20 septembre 2017.

Des milliers de personnes ont à nouveau battu le pavé le 2 décembre 2017, à l’appel de 14 partis d’opposition, dans les rues de Lomé, la capitale du Togo, pour réclamer le départ du président Faure Gnassingbé. Depuis trois mois, les manifestations dans le pays et la répression du pouvoir ont fait au moins 16 morts.

Le rassemblement du 21 novembre, qui a réuni 600.000 personnes à Lomé, selon les adversaires du pouvoir, était le troisième de la semaine. «Les manifestations vont se poursuivre jusqu'à satisfaction des revendications que nous avons formulées», a confié à l'AFP Jean-Pierre Fabre, opposant historique et chef de file de l'Alliance nationale pour le changement (ANC).Les manifestants demandent une limitation du nombre de mandats présidentiels et la démission du président Faure Gnassingbé. Ce dernier est à la tête du Togo depuis la mort, survenue en 2005, de son père, le général Gnassingbé Eyadéma, qui a dirigé sans partage le pays pendant 38 ans.Un dialogue «d’ici à quelques semaines»De leur côté, 13 partis d’opposition se sont regroupés dans une coalition à l’appel de Tipki Atchadam, leader du Parti national panafricain (PNP).Resté silencieux pendant des mois, Faure Gnassingbé a fait savoir qu'un dialogue avec l'opposition devrait avoir lieu «d'ici à quelques semaines». Un processus dans lequel se sont impliqués le président guinéen, Alpha Condé, et son homologue ghanéen, Nana Akufo-Addo.

«Pour le moment, (ceux-ci) s'emploient à faire en sorte que les ''mesures d'apaisement'' soient prises pour que les discussions démarrent», a expliqué Jean-Pierre Fabre.

Les observateurs notent désormais un ton plus conciliant du pouvoir. Lequel n’hésitait pas, il y a quelques mois, à évoquer «des bandes armées et structurées» se livrant à des «actes à visée terroriste».«Impunité» des forces de l’ordreLes violences ont débuté à Sokodé (nord), seconde ville du pays et fief de Tipki Atchadam, leader du PNP. Le 19 août, entre deux (selon le pouvoir) et sept (selon l’opposition) personnes y ont été tuées. Deux mois plus tard, le 17 octobre, deux adolescents ont été abattus «par balles» et deux militaires ont été «apparemment lynchés par la foule», rapporte La Croix. Selon un témoin cité par le journal, les forces de l’ordre n’hésitaient pas à frapper «les jeunes pour qu’ils n’aillent pas manifester»«Le mouvement insurrectionnel», dixit le quotidien catholique, s’était alors «propagé à plusieurs autres villes du Nord ainsi qu’à Lomé». Malgré les interdictions de manifester.  A la suite d’affrontements entre militants du parti au pouvoir (l’Union pour la République) et de l’opposition, le 21 septembre à Mango (Nord), «dès 6 heures du matin, les militaires sont entrés dans les maisons pour frapper des gens et ils ont brûlé des commerces», raconte un témoin cité par Le Monde. «La répression a coûté la vie à quatre personnes, dont un enfant de neuf ans», poursuit-il. Amnesty a rapporté les témoignages de personnes arrêtées à Kara et Lomé déclarant avoir été frappées et insultées pendant leur détention.«L’approche répressive et liberticide des autorités et l’impunité dont jouissent les forces de sécurité sont susceptibles d’attiser les tensions politiques et d’accélérer la radicalisation de certains manifestants», selon un communiqué de l’organisation internationale, diffusé le 18 octobre.Confrontés à ces violences, plusieurs centaines de Togolais ont fui au Ghana voisin. Certains de ces réfugiés disent «craindre les infiltrations de miliciens à la solde du pouvoir (de Lomé) ou de militaires en civil, voire des enlèvements ou assassinats ciblés», rapporte Le Monde.