RDC: Washington sanctionne le chef de la Commission électorale

Corneille Nangaa, président de la Commission électorale nationale indépendante de la RDC, 12 mai 2017.

Les Etats-Unis ont annoncé vendredi qu'ils interdisaient désormais leur territoire à plusieurs responsables de l'élection présidentielle en République démocratique du Congo (RDC), notamment le chef de la Commission électorale et le juge qui a validé les résultats.

"Ces individus se sont enrichis personnellement par l'usage de la corruption ou en dirigeant et supervisant des violences contre des personnes exerçant leur droit à se rassembler pacifiquement et leur liberté d'expression", a indiqué le département d'Etat américain dans un communiqué.

"Les Etats-Unis apportent leur soutien au peuple de la République démocratique du Congo après le transfert historique de pouvoir dans ce pays", a ajouté le ministère américain des Affaires étrangères. "Il y a cependant des inquiétudes légitimes sur la conduite et la transparence du processus électoral".

Washington a donc décidé d'inscrire sur sa liste noire des personnes interdites de territoire le président de la Commission électorale Corneille Nangaa, le vice-président de cette instance Norbert Basengezi, le président de l'Assemblée nationale Aubin Ndjalandjoko et le président de la Cour constitutionnelle Benoît Lwamba Bindu.

Contacté par l'AFP depuis Kinshasa, Corneille Nangaa a déclaré ne vouloir faire "aucun commentaire".

La Commission électorale, puis la Cour constitutionnelle, ont proclamé Félix Tshisekedi vainqueur avec 38,5% des voix, et un autre opposant congolais, Martin Fayulu, deuxième avec 34%.

Ce dernier accuse le président de la Commission électorale Corneille Nangaa d'avoir "fabriqué" les résultats et dénonce un "putsch électoral" orchestré par l'ex-président Joseph Kabila.

M. Fayulu revendique la victoire, avec 61% des voix, un pourcentage également repris par le Groupe des experts du Congo (GEC) de l'université de New York et de titres de la presse internationale, citant des fuites de la Commission électorale et les observateurs de l'Eglise catholique.

Mais la victoire de M. Tshisekedi a été acceptée pacifiquement par la population, et les leaders africains ont déjà adoubé le nouveau président congolais lors du sommet de l'Union africaine début février.

Avec AFP