RDC-Présidentielle : Jean-Pierre Bemba et Adolphe Muzito définitivement invalidés par la cour constitutionnelle

L'ancien vice-président de la RDC, Jean-Pierre Bemba, le 24 juillet 2018 lors d'une conférence de presse à Bruxelles (Belgique). (JOHN THYS / AFP)

Ils étaient 6 a être invalidés par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Après un recours auprès de la cour constitutionnelle, Jean-Pierre Bemba, Adolphe Muzito ont été débouté et ne pourrons pas être candidat à la présidentielle du 23 décembre prochain.

 

Le leader du Mouvement de Libération du Congo (MLC), Jean-Pierre Bemba et l’ancien premier ministre Adolphe Muzito n’ont pas réussi à convaincre les juges de la cour constitutionnelle. En effet, la cour a suivi la décision prise par la CENI, organe organisatrice de l’élection.

 

Jugée recevable mais non fondée, la requête du Président du MLC a été rejetée. La cour a donc suivi la décision de la CENI et invalidé la candidature de Jean-Pierre Bemba basée sur sa condamnation par la CPI pour surbonation des témoins assimilée à la corruption.

 

La Cour constitutionnelle siégeant en matière de contentieux de candidature à l'élection présidentielle, après avis du procureur général (...) confirme l'inéligibilité de M. Jean-Pierre Bemba Gombo pour subornation des témoins en recourant à la corruption", a déclaré le président de la chambre. M. Bemba avait saisi la Cour constitutionnelle car la commission électorale nationale indépendante (Céni) avait déclaré sa candidature irrecevable fin août. 

 

Il avait déposé sa candidature après un retour triomphal à Kinshasa et son acquittement en appel par la Cour pénale internationale (CPI) de sa condamnation à dix-huit ans dans l'affaire principale, celle de crimes de guerre et contre l'humanité. Il a été condamné dans une affaire annexe pour subornation de témoins par la CPI, qui rendra en appel sa décision le 17 septembre. Pour la Cour constitutionnelle congolaise, "la subornation de témoins est une circonstance aggravante dans l'infraction de corruption" en RDC. "C'est en bon droit que la Céni a conclu à l'inéligibilité de M. Jean-Pierre Bemba".

 

La cour a également confirmé l’invalidation de l’ancien premier ministre Adolphe Muzito.

 

Le président du MLC et Muzito ne seront donc pas de la course présidentielle du 23 décembre car les arrêts de la cour constitutionnelle sont irrévocables.