RDC: les évêques du Kasaï saluent la «première alternance au sommet de l’Etat par la voie des urnes»

© AFP / Caroline Thirion.

Les évêques catholiques de la région du Kasaï se sont démarqués dimanche de la position de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) en saluant l'élection de Félix Tshisekedi comme président de la République démocratique du Congo, dans un communiqué.

"Nous bénissons Dieu pour le nouveau président de notre pays, monsieur Félix Tshisekedi Tshilombo", écrivent six des huit évêques de la région du Kasaï, fief du nouveau président de la RDC.

"Nous remercions Dieu aussi pour la première alternance pacifique et démocratique au sommet de l’État par la voie des urnes", obtenue le 30 décembre 2018, marquant le début des "temps nouveaux" en RDC, ajoutent-ils.

L’avènement de M. Tshisekedi "se veut aussi une étape dans la réalisation du rêve de la démocratie et du progrès social de tout le peuple congolais", lit-on dans le communiqué.

Le 10 janvier, quelques heures après la publication des résultats provisoires de la présidentielle, l'épiscopat congolais avait considéré que ces résultats ne correspondaient pas aux données récoltées par ses 40.000 observateurs dans les bureaux de vote.

En réaction, Mgr Gérard Mulumba, évêque en retraite d'un diocèse du Kasaï et oncle paternel de M. Félix Tshisekedi avait dit : "la Cenco est allée trop loin".

"Dans ce Congo nouveau, l’Église ne sera jamais ni distraite ni partisane", ont insisté ces évêques. "Cette première alternance pacifique et démocratique" est "une opportunité unique" pour que "chacun de nous entre dans une nouvelle culture politique", ont-ils ajouté.

"Notre souhait est de voir se réaliser le rêve d'une vraie réconciliation nationale dans le respect des victimes et de l'équité".

Mardi, un collectif des catholiques organisateurs des marches anti-Kabila en 2017 et 2018, organise une célébration eucharistique présidée par l’archevêque de Kinshasa Mgr Fridolin Ambongo en présence des familles d'une quinzaine de victimes tuées dans la répression de ces marches.

M. Tshisekedi, natif du Kasaï, a pris ses fonctions de président de la République vendredi. La région du Kasaï comprend cinq provinces: le Kasaï, le Kasaï-central, le Kasaï-oriental, la Lomami et le Sankuru.

Quatre de ces provinces ont été le théâtre de violences meurtrières (3.000 morts, selon l'ONU) entre la milice politico-mystique Kamuina Nsapu et les forces de sécurité entre septembre 2016 et octobre 2017.

Avec AFP