RDC: le député Xavier Bonane et la société civile de Dungu dénoncent une cohabitation forcée avec les éleveurs Mbororo venus du Tchad

Les éleveurs Mbororo sur le territoires de Dungu dans le Bas-Uélé, RDC

Depuis 2014, une forte population venant principalement du Tchad à la recherche d’espaces s’est installée au nord de la République démocratique du Congo. Sur le basin des Uélés, les éleveurs MbororoHouda et leurs alliés ont trouvé les étendus nécessaires aux besoins de leurs élevages. Pourtant les populations du territoire de Dungu dans le Haut-Uélé dénoncé une cohabitation forcée avec les Mbororos.

La société civile forces vives du territoire de Dungu a par une correspondance avec le Président congolais Felix Tshisekedi, dénoncé la présence des MbororoHiouda et leurs alliés. Elle appelle à la vigilance sur l’intégrité territoriale mise en danger par cette arrivée massive. 

« La présence des Mbororo a des conséquences graves sur le sol congolais à savoir : balkanisation, pollution d’eau, dévastation des champs, vols avec violences, pillages, meurtre, extorsion, séquestration, imposition des prix à la population » écrit la société civile dans le courrier adressé à Felix Tshisekedi, dont Oeil d’Afrique a reçu copie.

Une mission pour l’intégration pacifique

Le député national Xavier Bonane s’interroge sur l’initiative des Nations-Unies qui avait dépêché du 23 au 29 mars dernier, une mission pour l’intégration pacifique et la transhumance des éleveurs Mbororo. « Comment expliquent-ils l’organisation de la venue de cette délégation à l’insu des Autorités des Gouvernements central et Provincial ? » dit-il. Puis de préciser que la délégation comptait 7 membres, venant de la ville de Goma, RDC. 4 tchadiens, 1 équato-guinée, 1 angolais et un congolais. Cette mission a rencontré une opposition de la population locale désireuse de voir les Mbororo quitter leurs terres.

Réfugie climatique

Le défi climatique est depuis plusieurs années une réalité. Dans la sous-région, la crise le l'eau avec l'assèchement du lac Tchad fait de ces populations migrantes des réfugiés climatiques. Mais comment réussir une intégration avec une population armée et culturellement opposée avec les Congolais du basin de Uélé ?

La question de sécurité économique et régionale sera débattue à Kinshasa au mois de mai 2019. Selon les experts de l'ONU, quatre pays de l'Afrique central sont touchés par la transhumance des éleveurs Mbororo. Il s'agit du Tchad dont ils sont originaires, le Cameroun, la Centrafrique et la RD Congo. 

Cette rencontre devra selon le député Bonane faire une large place aux problèmes des Mbororo. Il en appelle au Président Tshisekedi d'en faire une priorité nationale. Mais tout comment la société civile forces vives du territoire de Dungu, il va plus loin dans sa demande. 

" Nous exigeons que ces étrangers soient expulsés de nos terres. Il n'y a rien qui peu aider à l'installation des Mbororo chez nous. Nous sommes une population de cultivateurs et eux sont des éleveurs. Il n'y a aucune convergence avec ces gens. Nous nous opposons sur quasiment tout." martèle Xavier Bonane.

 

Roger Musandji