Gambie : vers un retour d’exil de Yahya Jammeh ?

L’ex-président Yahya Jammeh

L’ex président, Yahya Jammeh a fait la Une des journaux gambiens ce week-end après la circulation d’un fichier audio WhatsApp dans lequel il demande aux membres de son parti de mettre la pression sur le gouvernement pour son retour au pays, après un exil de trois ans en Guinée équatoriale.

L’Agence de presse africaine a eu accès à ce fichier audio dans lequel on entend Yahya Jammeh inciter les hauts dignitaires de son parti, l’Alliance pour la réorientation et la construction patriotiques (APRC) à faire pression sur les nouvelles autorités gambiennes pour assurer son retour dans le pays.

L’APRC s’apprête à organiser une manifestation courant janvier pour exiger ce qu’elle appelle le « droit inviolable de Jammeh à revenir en tant que citoyen gambien de bonne foi ».

En se référant à la manifestation prévue, l’on peut entendre sur le fichier audio Jammeh dire : « Le fait est de s’adresser aux autorités et de leur faire comprendre que l’accord doit être appliqué ».

« En ce qui concerne votre marche de protestation prévue pour demander au gouvernement, à l’UA, à la CEDEAO et à l’ONU de respecter l’accord qu’ils ont conclu avec moi, je vous demande de protester en paix. Ne détruisez aucun bien. Protestez en paix. Permettez-moi également de mettre en garde ceux qui pourraient vouloir vous infiltrer pour vous causer des problèmes. Si vous êtes un fauteur de troubles, ne vous joignez pas à nous. Si quelqu’un veut vous attaquer, défendez-vous à tout prix. Nous n’avons pas besoin de fauteurs de troubles dans cette protestation », a-t-il dit.

Il s’entretenait avec Ousman Rambo Jatta, le pilier de l’APRC, au sujet de la manifestation prévue le 16 janvier prochain.

L’ancien dirigeant gambien en exil, qui a organisé un coup d’État en 1994 et a dirigé le pays jusqu’à ce qu’il perde la présidentielle de 2016 face à Adama Barrow, fait allusion aux termes d’un accord conjoint entre le gouvernement actuel et l’ONU, l’Union africaine et la CEDEAO. Cet accord garantit son droit de retourner en Gambie dès qu’il le veut.

Ces dernières semaines, les partisans de l’APRC ont intensifié leur demande pour que Jammeh soit autorisé à revenir dans le pays et à vivre sa retraite en tant qu’ancien chef d’Etat.

Lors de sa visite dans la région de Foni, où habite M. Jammeh, le mois dernier, le président Barrow n’avait pas exclu le retour de son prédécesseur, mais il a souligné que l’ancien homme fort de Banjul ne devrait jamais s’attendre à diriger à nouveau la Gambie.

Ses détracteurs ont averti que Jammeh, qui est accusé de graves violations des droits de l’homme pendant ses 22 ans de règne, ne peut rentrer en Gambie qu’enchaîné.

Par ailleurs, le porte-parole du gouvernement, Ebrima Sankareh, a mis en garde contre le retour de Jammeh, soulignant que la sûreté et la sécurité de l’ancien dirigeant ne peuvent être garanties.

Avec APA