Crédit Suisse : Tidjane Thiam démission

Tidjane Thiam

Le chairman de la deuxième plus puissante institution bancaire helvétique qui faisait l'objet des critiques continues depuis plusieurs mois pour un scandale de filatures interne a finalement décidé de jeter l'éponge le jeudi devant le conseil d'administration. 

Tidjane Thiam sera remplacé à ce poste par Thomas Gottstein, qui est actuellement à la tête de la filiale helvétique de Crédit Suisse.

En effet, tout semble aller très vite. Le directeur général de Crédit Suisse, Tidjane Thiam, sous les projecteurs des critiques depuis l’éclatement de l’affaire des filatures, a présenté sa démission compte tenu selon nos sources du climat de malaise qui a pris corps au sein de l'institution bancaire. Thiam quittera la banque le 14 février.

Le successeur de Tidjane Thiam , Thomas Gottstein, qui dirige actuellement la filiale helvétique de Crédit Suisse, sera remplacé dans ses fonctions actuelles par André Helfenstein.

Au cours de sa réunion du jeudi 06 février, le conseil d’administration de la banque helvétique a accepté « à l’unanimité » la démission de Tidjane Thiam. 

Selon les informations, le président Urs Rohner, également sous le feu  de vives critiques notamment de la part des actionnaires, a indiqué que Tidjane Thiam avait «énormément contribué (au développement) de Credit Suisse». Sous sa direction, le groupe « a effectué un virage stratégique, renforcé ses fonds propres (et) réduit ses coûts et les risques». Le président du conseil d'administration a salué le travail réalisé par le Franco-Ivoirien en notifiant avec grandiloquence que : « C’est grâce à Tidjand Thiam, que la banque est de nouveau solide et a renoué avec les bénéfices».

Par ailleurs, il sied de noter qui plus est que,le  conseil d’administration a par ailleurs exprimé «sa pleine confiance» en Urs Rohner, qui va poursuivre son mandat  jusqu’en avril 2021, a souligné l’administrateur indépendant Severin Schwan. 

En faisant une rétrospective sur le feuilleton de l’affaire des filatures, qui avait déjà en son temps éclaboussé l’ancien banquier star Iqbal Khan, Tidjane Thiam n'a cessé de répéter durant les enquêtes internes n’avoir eu « aucune connaissance» de ces agissements qui ont «nuit à Credit Suisse». En s'en souvient même qu'il fut lavé de tous soupçons. Plusieurs observateurs pensaient que Thiam était tiré de l'affaire helas ! Ce dernier selon nos informations a exprimé ses regrets sur ce qui s’est passé au sein de la banque, car pour son entourage, cette situation n’aurait jamais dû arriver. Cette affaire a laissé prospéré un climat de tension, de méfiance et de soupçon qui remettait d'une part en cause la confiance interne entre dirigeants de la banque et la confiance des clients vis-à-vis de la banque d'autre part. 

Avant de quitter ses fonctions, Tidjane Thiam ,le directeur général sortant présentera jeudi prochain les résultats annuels de la banque.

Une nouvelle enquête a été ouverte. 

Au regard de tout ce qui précède, il sied de noter que la banque est sous tension depuis septembre dernier lorsqu'on a appris qu'elle avait fait suivre son ancien banquier star Iqbal Khan, passée chez le concurrent UBS, par des détectives privés. Après enquête interne, l'établissement avait en son temps pourtant blanchi Tidjane Thiam de toute responsabilité, mais un second cas de surveillance a été dévoilé par la suite.

Le gendarme des marchés financiers Finma examine de son côté s'il y a eu des manquements au contrôle au sein de la direction de la banque. Selon le résultat de l'enquête, le régulateur pourrait exiger des changements à la tête du groupe. Une enquête pénale a également été ouverte par le procureur zurichois dans le cadre de ce dossier.

La responsabilité de la filature d'Iqbal Khan a été attribuée au directeur opérationnel Pierre-Olivier Bouée ainsi qu'au chef de la sécurité de la banque Remo Boccali qui a depuis démissionné. L'affaire des filatures s'est également soldée par le suicide de l'intermédiaire entre la banque et la société de détectives privés.

Face à toute cette pression accumulée, avec a la clé les critiques venant de tous les côtés notamment sur la place financière, l'un des rares noirs à avoir atteint le sommet dans le milieux presigieux bancaire helvétique a été emporté dans une affaire rocambolesque dont-il n'avait pas connaissance dans le fond et sur la forme; mais qui malheureusement à coûté son départ pendant que le président du conseil aussi critiqué comme le directeur sortant terminera par contre son mandat à la tête du conseil.

Rodrigue Fenelon Massala