Congo: ce qu’il s’est passé sur l’arrestation de Me Mouyecket

Me Sylvie Nicole Mouyecket © Facebook Nicoline Kuhsen

L’entourage de l’avocate Me Sylvie Mouyecket tente de tirer au clair les circonstances de son interpellation. Il s’agit bien d’une affaire d’argent.

Le journal en ligne financialafrik révélait en début décembre l’interpellation de l’avocate Me Sylvie Mouyecket à l’aéroport de Pointe-Noire au moment où elle tentait d’embarquer dans un vol de Turkish Airlines. Les confrères ajoutaient qu’empêtrée dans une affaire de détournement présumé d’un fond placé sous séquestre de son client, la société Bolloré, Me Sylvie Mouyecket a tenté malgré l’interdiction de quitter le territoire, délivrée par un juge d’instruction, de prendre la fuite avec la complicité de certains agents. Des sources interrogées précisent que la société Bolloré a constitué Me Sylvie Mouyecket séquestre à l’amiable dans un dossier les concernant. « Cependant, au moment de leur restitution, ces fonds n’étaient pas disponibles ». C’est dans ce cadre que l’entreprise aurait porté plainte.

 

Entendue une première fois, le 2 décembre, le juge a procédé à sa libération provisoire en précisant à l’intéressée qu’elle pourrait être appelée à tout moment pour des besoins d’enquête. Au deuxième appel, Me Sylvie Mouyecket, ne se serait pas présenté, elle est donc interpellée et placée aux arrêts, selon ces sources. Une question : « Me Mouyecket en avait-elle été notifiée ? » nul ne le sait. Pour rappel, la société Bolloré est une entreprise de droit congolais installée depuis plusieurs années. Elle emploie des centaines d’agents. Comme toutes les entreprises du Congo, elle est régie par les lois et textes en vigueur dans le pays, auxquels nul ne doit se soustraire sans avoir besoin d’accointance ou affinité particulière avec quelques institutions ou particuliers que ce soit. Le Congo est un pays de droit et de justice. Il est temps que tout le monde en prenne conscience.