Quand vous militez contre un système, prenez toujours le temps d'observer l'attitude de ceux qui l'ont façonné

Etudiants africains / Source: Camille Millerand

Quand vous militez contre un système ou prétendez le combattre, prenez toujours le temps d'observer ou d'analyser sérieusement l'attitude de ceux qui l'ont façonné. C'est seulement en faisant cet exercice que vous saurez si vous menez ou non le bon combat. Parfois nous croyons mener le bon combat, alors que nous faisons exactement ce que l'adversaire attend de nous, tout en nous faisant croire le contraire.

Je me souviens d'une discussion que j'ai eue, il y a quelques années, avec un groupe de jeunes africains sur la question du terrorisme. Les frères se mirent à « louanger » les attentats suicides contre les intérêts occidentaux au nom de la lutte contre l'impérialisme. Pour la plupart de ces jeunes, les Africains devraient s’inspirer des intégristes musulmans qui se font sauter un peu partout contre les intérêts occidentaux. L’un d’entre eux me demanda : « M. Mbeko, pourquoi les Africains ne font pas comme les Arabes (c'est-à-dire se faire sauter là où il y a les intérêts occidentaux)? »

Quand j’étais jeune activiste, je pensais exactement comme eux; j’avais des convictions et pensais pouvoir changer le monde. Mais avec l’âge et en me familiarisant avec les affaires d’État, j’ai changé ma manière de voir les choses. Certains entretiens que j’ai eus avec les hommes de pouvoir m’ont fait prendre conscience de la réalité; cette réalité qui est souvent aux antipodes de ce qu’on peut croire. Mes convictions n’ont jamais changé, mais ma compréhension du fonctionnement du monde a beaucoup évolué et m’a permis de mieux orienter mes choix et mes combats. On croit mener des grands combats, alors qu’on ne fait que nourrir la bête.

À ce jeune qui me demandait pourquoi les Africains n’imitaient pas les intégristes musulmans, je lui répondis simplement ceci : « Si ces "fous de Dieu" ne se faisaient pas exploser, les Occidentaux auraient organisé des attentats contre leurs propres intérêts à leur place. Laissez-moi vous apprendre ceci: les Occidentaux les adorent...» Surpris par ma réponse, un autre jeune du groupe demanda pourquoi je disais de telles choses. Je lui rétorquai : « Il arrive aussi au voleur de crier au voleur et au diable de chasser les démons. » Ce monde est vraiment rempli de mystère. Je vois des jeunes africains se mobiliser sur des questions importantes, je les vois rejeter l'ordre néocolonial sous toutes ses formes, et je les vois aussi nourrir la bête sans le savoir. En fait, nombreux sont ceux qui militent pour une Afrique digne et souveraine, en faisant exactement ce que les "petites mains" du capitalisme sorcier attendent d'eux. C'est ce qui m'inquiète. Parfois la détermination, la fougue de la jeunesse et les connaissances livresques ne suffisent pas. Ce monde est rempli de mystère...