Donald Trump et le Covid-19 : du déni à la contamination

Donald Trump

A quelques semaines de l'élection présidentielle américaine, Donald Trump a indiqué jeudi s'être placé en quarantaine après avoir été testé positif au coronavirus . Cet événement, de nature à bouleverser l'agenda politique des prochains jours, intervient alors que le président américain a multiplié les déclarations contradictoires sur l'épidémie ces derniers mois. Revue de détail.

1) Un virus sous-estimé

Alors que l'épidémie commençait à frapper mortellement la Chine au début de l'année 2020, Donald Trump a d'abord minimisé la dangerosité du virus ( « une supercherie » ) et loué la gestion de crise de Xi Jinping. Le virus disparaîtra probablement en avril « à cause de la chaleur », pronostiquait-il en février.

L'ancien magnat de l'immobilier a ensuite changé de vocabulaire quand l'épidémie s'est abattue sur le monde occidental. Le 13 mars, il déclarait finalement l'Etat d'urgence aux Etats-Unis. Il a depuis dénoncé à plusieurs reprises le « virus chinois », provoquant l'ire de Pékin.

2) Les conseils qui font polémique

Ces derniers mois, le président américain s'est exposé aux critiques en multipliant les conseils sanitaires hasardeux. Malgré la prudence de la communauté scientifique, il révèle en mai qu'il prend de l'hydroxychloroquine à titre préventif contre le Covid-19.

« J'en prends depuis une semaine et demie je prends un comprimé par jour », lâche-t-il lors d'un échange avec des journalistes à la Maison Blanche. Lors d'une autre conférence de presse, il soulève un tollé en suggérant que des injections avec un désinfectant comme l'eau de Javel permettent de lutter contrer le Covid-19.

3) Le masque, symbole politique controversé

Alors que le port du masque se généralise dans le monde, Donald Trump s'est longtemps obstiné à ne pas en porter publiquement, avant d'estimer en juillet que le port du masque devait être considéré comme « un geste patriotique » quand la distanciation sociale ne pouvait pas être respectée.

Cela ne l'a pas empêché d'apparaître depuis à visage découvert et de railler son opposant Joe Biden. « Lui, à chaque fois que vous le voyez il porte un masque. Il pourrait être à 200 mètres de moi, il aurait quand même un masque énorme sur le visage », ironisait-il cette semaine lors de leur débat télévisé .

4) La confession qui fait grand bruit

Le livre a fait beaucoup de bruit . En septembre, le journaliste Bob Woodward, célèbre pour avoir révélé le Watergate, publie « Rage », son deuxième ouvrage sur la présidence Trump. Au cours de l'un de ces rendez-vous avec Donald Trump, ce dernier a reconnu qu'il était au courant de la gravité du coronavirus dès le début du mois de février et qu'il avait volontairement minimisé le danger en public. L'objectif ?

« Eviter la panique ».

Ces révélations ont été exploitées par l'opposition démocrate, qui dénonce la mauvaise gestion sanitaire de cette épidémie qui a coûté la vie à 207.000 personnes aux Etats-Unis, selon le dernier bilan de l'université Johns Hopkins.

5) L'annonce de la contamination au Covid-19

Le message est devenu viral immédiatement. Le 1er octobre, Donald Trump annonce qu'il a été testé positif au Covid-19, tout comme son épouse, Melania. « Nous allons entamer notre quarantaine et le processus de rétablissement immédiatement. Nous nous en sortirons ENSEMBLE ! », précise le chef de l'Etat. Cette annonce risque de chambouler l'agenda politique , à quelques semaines d'un scrutin déjà sous haute tension.

Source : Les Echos