La Compagnie Royal Air Maroc va-t-elle prioriser le rapatriement des citoyens marocains & Africains ?

Royal Maroc

Sa Majesté le Roi du Maroc considère à juste titre que la vie des marocains a plus de valeur  que les intérêts économiques du pays, il conviendrait d’espérer que la compagnie nationale Royal Air Maroc en fasse de même quand les vols internationaux seront à nouveau ouverts à sa clientèle.

En effet, il est impensable d’imaginer qu’à l’ouverture de l’espace aérien cette dernière s’octroie le droit de mettre en place des quottas ou des classes de billet (X, Y etc) par vol comme c’est déjà l’usage aujourd’hui… ceci pourrait empêcher les rapatriements d’urgence des personnes bloqués possédant un billet acheté et annulé dans une catégorie donnée, car dans tous les cas de figure il est fort probable que la compagnie envisage de commercialiser ses nouvelles lignes. 

L’Etat marocain a donc un rôle primordial de contrôle de la compagnie et de catalyseur afin de favoriser les personnes à rapatrier sans appliquer une règle de quotta ou un supplément tarifaire.

Ces passagers  voire « ces victimes » qui patientent depuis des mois sans relâche afin de retourner vers le Maroc ont été plus que patients. 

Aujourd’hui la nation doit se montrer à la hauteur de sa gestion de crise, le pays doit jouer son rôle et se mobiliser de façon exemplaire et forte pour l’intérêt de sa population laissée pour compte et abandonnée aux quatre-coins du monde, car seulement une minorité de cette population est prise en charge à l’étranger.

Il semblerait que le Maroc soit en mesure d’organiser dans les prochains jours, le rapatriement de tous ses ressortissants. Il est judicieux de rappeler que la flotte de la Royal Air Maroc comprend des  BOEING 737-800,700 et des Boeing 767, des Dreamliners et des Embrayers, elle  ne peut donc transporter qu’une moyenne de 100 passagers par vol, seule exception pour les 5 ou 8 Dreamliners qui disposent de plus de sièges . 

Si nous poursuivons la logique du cas des rapatriés d’Algérie, soit  300 rapatriés par semaine, la compagnie aura besoin de 110 semaines pour rapatrier ses 33 000 passagers bloqués à l’étranger, à ce rythme…cela parait impossible ! Dans 2 ans, le dernier passager à rapatrier rentre chez lui ....

L’Etat devrait pouvoir demander un rythme de rapatriement plus accéléré et permettre un dispashing des passagers sur des villes différentes dans le royaume pour le respect de la 14e.

Sans des dispositions drastiques de suivis des cas à rapatrier en priorité, nous allons nous retrouver avec des détresses sans précédent sur des lignes où les passagers n’auront pas d’autres solutions. 

Si le transport maritime est écarté pour des raisons de risque sanitaire. Ne serait-il pas important de s’interroger sur le risque sanitaire que subissent certains marocains qui se retrouvent à dormir dans la rue, exposés à tous les risques…Même la mort pour certains...

Nous attendons de voir si la Royal Air Maroc favorisera la vie des marocains avant ses prérogatives économiques, le cas échéant la compagnie pourra se résigner à s’appeler “Air Maroc”

Hakim Ayouch