Coronavirus : Critiquée par Donald Trump, la Chine l’accuse de « fuir ses responsabilités »

Donald Trump / Source Reuters

Le torchon brûle depuis plusieurs jours entre Pékin et Washington. Après avoir déclenché une polémique en qualifiant le Covid-19 de « virus chinois », Donald Trump a déclaré jeudi 19 mars que le monde payait « le prix fort » pour la lenteur chinoise à communiquer sur le nouveau coronavirus. En réponse au président américain, la Chine l’accuse ce vendredi de « fuir ses responsabilités ».

La Chine a indirectement accusé vendredi 20 mars Donald Trump de fuir ses responsabilités après des propos du président américain estimant que le monde payait le prix fort pour la lenteur chinoise à communiquer sur le nouveau coronavirus.

L’épidémie de Covid-19, partie de la ville chinoise de Wuhan (centre du pays) en décembre, a désormais contaminé plus de 230 000 personnes dans 158 pays et territoires, selon un décompte de l’AFP.

Cela se serait beaucoup mieux passé si on avait su tout cela quelques mois plus tôt. Cela aurait pu être cantonné dans une région de Chine d’où c’est parti, avait déclaré jeudi 19 mars Donald Trump.

Le monde paie le prix fort pour ce que (les Chinois) ont fait, a-t-il souligné lors d’une conférence de presse, employant une nouvelle fois la formule controversée de virus chinois.

« Certains aux États-Unis tentent de salir le travail de la Chine »

Les autorités chinoises ont initialement été critiquées pour un manque de transparence et une lenteur à réagir face à la propagation de ce coronavirus alors inconnu.

Mais la Chine a ensuite pris des mesures de confinement draconiennes et l’épidémie a connu un net ralentissement dans le pays, tout en se propageant dans le reste du monde.

Certaines personnes aux États-Unis tentent de salir le travail de la Chine contre l’épidémie et de fuir leurs responsabilités en les rejetant sur la Chine, a réagi Geng Shuang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Cette façon de faire fait fi des énormes sacrifices consentis par les Chinois afin de protéger la sécurité sanitaire, a-t-il souligné lors d’une conférence de presse régulière.

Geng Shuang a assuré que les autorités chinoises avaient commencé dès le 3 janvier à informer les États-Unis de la situation épidémique et maintenu une communication étroite depuis lors.

Le porte-parole a dénoncé une contradiction de Donald Trump, soulignant que le président américain avait à de nombreuses reprises salué la Chine pour sa transparence et ses informations.

Depuis quelques jours, le locataire de la Maison Blanche utilise toutefois de façon répétée l’expression virus chinois pour désigner le nouveau coronavirus.

Beaucoup estiment qu’il emploie sciemment le terme afin de rejeter sur la Chine la responsabilité de la crise sanitaire aux États-Unis – où la maladie Covid-19 a déjà touché plus de 9 400 personnes dont 150 en sont mortes.

Avec AFP