RDC : Décès de Ndaye Mulamba, meilleur buteur sur une phase finale de la CAN

Le joueur légendaire de la RDC, Ndaye Mutumbula/Photo Radio Okapi

Léopard Ndaye Mutumbula Mulamba est décédé samedi 26 janvier en Afrique du Sud, où il suivait les soins depuis août dernier. Il demeure le meilleur buteur de l'histoire d'une phase finale de la coupe d'Afrique de nation, avec 9 réalisations.

Il a été champion d'Afrique en 1974 avec les Léopards.

Parcours du footballeur légendaire

Ndaye Mulamba est né à Luluabourg (Kananga) le 11 avril 1950.Talentueux pour le foot Ndaya Mulamba a rencontré sur son chemin l’opposition farouche de ses parents, qui ne voulaient pas le laisser s’adonner au football au détriment des études. Mais, sa passion a fini par prendre le dessus.

Il a d’abord rejoint la formation de Renaissance du Kasaï, de 1962 à 1964, un des grands clubs de Kananga ; avant d’intégrer le rival local, l’US Tshinkunku, de 1964 à 1971.

En 1971, le président de l’AS Bantou de Mbuji-Mayi, M. Kamuanga, réussit à l’arracher à Tshinkunku. Dans la capitale diamantifère Ndaya Mulamba, alias « Mutumbula », ce petit attaquant tonique, vif, rapide, aux tirs puissants, sème la pagaille dans le championnat local. On le surnomme aussitôt « Volvo », la voiture la plus rapide de cette époque-là.

Sa renommée déborde le Kasaï-Oriental et arrive jusqu’à Kinshasa. Là où le président Mobutu Sese Seko, un supporter influent de Vita Club, ordonne son transfert de l’AS Bantous à Vita Club. Ici, le joueur va évoluer de 1972 jusqu’en 1988. Ndaye Mutumbula collectionne des titres aussi bien avec Vita Club que l’équipe nationale des Léopards.

En 1973, il remporte la coupe d’Afrique des clubs champions contre Kotoko de Kumasi et, quelques semaines plus tard, il se qualifie pour la coupe du monde de football Allemagne 1974. Ensuite, en Egypte, il gagne la coupe d’Afrique des Nations avec mention « meilleur buteur et meilleur joueur » de la compétition avec 9 buts ; record encore valide jusqu’à ce jour.

La Confédération africaine de football l’honore en Tunisie à la CAN 1994. De retour au pays, des bandits à main armés l’ont attaqué et arraché tout. En 1996, il perd son fils ainé dans la guerre de libération et s’enfuit en Afrique du Sud comme refugié. Abandonné à son triste sort, Ndaye Mutumbula s’adonnera aux petits métiers pour la survie, comme sentinelle.

De retour au pays, sa situation sociale ne s’est pas améliorée, toujours maladif. Le gouvernement de la RDC l’a pris en charge pour une opération d’abord en Inde, il y a de cela quelques mois, avant de le transférer en Afrique du Sud, où il a tiré sa révérence.

Avec Radio Okapi