Venezuela: Erdogan accuse l'UE de chercher à renverser Maduro au mépris de la "démocratie"

Recep Tayyip Erdogan, président du parti turc pour la justice et le développement (AK), prononce un discours le 5 février 2019. | ADEM ALTAN / AFP

Le président turc a accusé, l’Union européenne de chercher à renverser le président vénézuélien Nicolás Maduro. « On sait maintenant ce qu’est l’UE », indique-t-il.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé mardi l’Union européenne de chercher à renverser le président vénézuélien Nicolás Maduro, au mépris de la « démocratie ». « On sait maintenant ce qu’est l’UE. D’un côté vous parlez d’élections et de démocratie, et après, par la violence et la ruse, vous allez renverser un gouvernement », a-t-il déclaré lors d’un discours télévisé.

Dix-neuf pays de l’Union européenne ont reconnu Juan Guaido comme président par intérim du Venezuela après qu’il s’est autoproclamé président le 23 janvier. Il considère Nicolás Maduro comme un usurpateur pour s’être fait réélire lors d’une élection contestée par l’opposition et par une grande partie de la communauté internationale, avec ses adversaires en prison ou en exil.

Le chef de l’État turc soutien fermement Nicolás Maduro

Washington, qui a reconnu Juan Guaido aussitôt après son autoproclamation comme président, s’est félicité des reconnaissances européennes et a invité tous les autres pays à faire de même. Mais le chef de l’État turc soutient fermement Nicolás Maduro. « Le Venezuela, est-ce que c’est ta province ? », a également déclaré mardi Recep Tayyip Erdogan, semblant s’adresser à Washington. « Comment peux-tu dire à quelqu’un arrivé au pouvoir par des élections "Allez va-t-en" ? Et comment mets-tu à la présidence quelqu’un qui n’a même pas été élu ? ».

Le président turc avait appelé Nicolás Maduro le 23 janvier pour lui apporter son soutien, l’exhortant à garder « la tête haute ». MM. Erdogan et Maduro entretiennent des rapports étroits depuis plusieurs années. Nicolás Maduro fut l’un des premiers dirigeants au monde à apporter son soutien à Recep Tayyip Erdogan après la tentative de coup d’État contre ce dernier en juillet 2016.« Tentative de coup d’État »

Recep Tayyip Erdogan a qualifié mardi les efforts destinés à pousser Nicolás Maduro vers la sortie de « tentative de coup d’État pour déloger le dirigeant élu du pays du pouvoir ». Un haut responsable américain a affirmé jeudi que les États-Unis étaient « déçus » par le soutien apporté par la Turquie à Nicolás Maduro.

Il a aussi affirmé que Washington examinait les échanges commerciaux entre Ankara et Caracas, notamment les exportations d’or du Venezuela vers la Turquie, pour déterminer si ceux-ci violaient les sanctions américaines imposées à Caracas. « Nous examinons la nature des activités commerciales turco-vénézuéliennes et si nous constatons une violation de nos sanctions, nous agirons évidemment », a-t-il dit.

Videos

International

Emmanuel Macron et Jean-Yves Le Drian

La France accuse l'Italie d'ingérence et rappelle son ambassadeur

La France a rappelé son ambassadeur en Italie pour "des consultations" après une série de "déclarations outrancières" et "d’attaques sans fondement" et sans "précédent" de responsables italiens, a annoncé jeudi le ministère français des Affaires étrangères. "Les dernières ingérences constituent une provocation supplémentaire et inacceptable", a déclaré la porte-parole du Quai d’Orsay dans un communiqué.
Recep Tayyip Erdogan, président du parti turc pour la justice et le développement (AK), prononce un discours le 5 février 2019. | ADEM ALTAN / AFP

Venezuela: Erdogan accuse l'UE de chercher à renverser Maduro au mépris de la "démocratie"

Le président turc a accusé, l’Union européenne de chercher à renverser le président vénézuélien Nicolás Maduro. « On sait maintenant ce qu’est l’UE », indique-t-il.
Luigi Di Maio, vice-président du Conseil italien accuse la France d'aggraver la crise migratoire.©DR

Luigi Di Maio accuse la France "d’appauvrir l’Afrique", l’ambassadrice d’Italie convoquée

Les tensions diplomatiques entre la France et l’Italie se sont accentuées ce lundi après les propos, dimanche, du vice-président du Conseil italien. L’ambassadrice d’Italie en France a été convoquée ce lundi au ministère français des Affaires étrangères après des propos tenus dimanche par le vice-président du Conseil italien, Luigi Di Maio. Celui-ci a accusé la France "d’appauvrir l’Afrique" et d’aggraver la crise migratoire.
L'ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo et Blé Goudé

CPI: Laurent Gbagbo et Blé Goudé acquittés et libérés

L'ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé jugés par la Cour pénale internationale, ont été acquitté ce mardi de crimes contre l'humanité.
De la viande de zèbre, vendue en supermarché. © Fondation 30 Millions d'Amis / Pixabay

Du zèbre d’Afrique du Sud est vendu en France par les supermarchés

Du zèbre d’Afrique du Sud est vendu en France par les supermarchés Auchan, Carrefour, Intermarché, Houra et Cora... Ces plats préparés ont choqué les internautes qui ont fait part – en nombre – de leur réprobation sur les réseaux sociaux. A l’heure où la biodiversité s’effondre, la vente au rayon alimentation d’un produit issu d’une espèce menacée d’extinction laisse perplexe. L’enquête de 30millionsdamis.fr.
Maison endommagée par un tsunami à Carita, en Indonésie, le 23 décembre 2018.

Plus de 220 morts après un tsunami "volcanique" en Indonésie

Plus de 220 personnes ont été tuées et plusieurs centaines blessées lorsqu'un tsunami provoqué par une éruption volcanique a soudain déferlé sur les plages du détroit indonésien de la Sonde, ont annoncé dimanche les autorités en disant craindre un bilan encore plus lourd.
Emmanuel Macron et Donald Trump Crédit Image : Nicholas Kamm / AFP

Paris demande à Trump de ne pas se mêler de politique intérieure française

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a invité dimanche le président américain Donald Trump, qui a commenté par une série de tweets critiques le mouvement populaire des "gilets jaunes" en France, à ne pas se mêler de politique intérieure française. "Je dis à Donald Trump et le président de la République (Emmanuel Macron) le lui a dit aussi : nous ne prenons pas partie dans les débats américains, laissez-nous vivre notre vie de nation", a-t-il déclaré dans l'émission Le Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI.