Un Italien condamné à 24 ans de prison pour avoir transmis le sida à une trentaine de femmes

Valentino Talluto parle avec ses avocats pendant son procès, le 25 octobre 2017 à la prison de Rebibbia à Rome afp.com/Tiziana FAB

Valentino Talluto, un séropositif italien, a été condamné à 24 ans de prison pour avoir contaminé une trentaine de femmes en moins de 10 ans, a annoncé vendredi soir la cour d'assises de Rome.

L'accusation "d'épidémie" - une première en Italie pour laquelle le procureur réclamait la perpétuité - a été abandonnée à l'encontre de l'homme de 33 ans, reconnu coupable d'avoir infligé de graves "lésions" à la majorité de ses victimes.

La cour a rendu son verdict après près de douze heures de délibérations. A sa lecture, certaines victimes se sont enlacées en pleurant, ont constaté des journalistes présents dans la salle.

Valentino Talluto n'a rien d'un Don Juan, mais sous le pseudonyme "Hearty Style", ce comptable au physique passe-partout a séduit des dizaines de jeunes femmes sur les réseaux sociaux et sites de rencontres.

Les enquêteurs ont retrouvé 53 de ses conquêtes entre le moment où il a découvert sa séropositivité en 2006, et son arrestation en 2015: si 23 sont restées séronégatives, 30 ont été contaminées, de même que les compagnons de trois d'entre elles et le bébé d'une quatrième.

Tout au long du procès, qui s'est ouvert le 2 mars dans la salle d'audience bunker de la prison de Rebibbia à Rome, elles se sont succédé à la barre pour raconter les longues soirées de +chat+ sur les réseaux sociaux, les sorties au restaurant, les bouquets de fleurs, la confiance et l'amour qui s'installent peu à peu, jusqu'à ces rapports sexuels non protégés.

A celles qui lui demandaient de mettre un préservatif, il répondait qu'il était allergique, ou qu'il venait de faire le test du VIH. A celles qui se découvraient séropositives --par hasard, à la suite d'ennuis de santé ou prévenues par ses conquêtes précédentes--, il assurait n'y être pour rien.

- 'Destiné à semer la mort' -

Quelques-unes sont restées en couple avec Valentino Talluto de longs mois après la découverte de leur contamination, s'inquiétant surtout de sa santé à lui. Au final, ce sont surtout ses infidélités --il a entretenu jusqu'à six relations en même temps-- qui les ont éloignées.

Beaucoup étaient étudiantes, certaines mères de famille. La plus jeune avait 14 ans au moment du début de leur relation, la plus âgée près de 40. Devant la cour, elles ont aussi décrit les affres du VIH, la stigmatisation, y compris au sein de leur famille, la lourdeur des traitements...

Pour l'accusation, Valentino Talluto méritait la réclusion criminelle à perpétuité pour "épidémie" et "coups et blessures volontaires". Les circonstances atténuantes étaient exclues car il n'a exprimé aucun remord.

"Talluto n'a jamais collaboré, il a fait de fausses déclarations, il a toujours nié toute responsabilité, même face à l'évidence: son mode opératoire était destiné à semer la mort", a dénoncé l'avocate générale Elena Neri dans son réquisitoire en septembre.

La défense a en revanche présenté le portrait plus nuancé d'un jeune homme avide d'affection, qui n'a jamais connu son père et a perdu sa mère, toxicomane et séropositive, à l'âge de 4 ans.

- 'Dans le feu de l'action' -

"Il n'a pas cherché à transmettre intentionnellement le moindre virus", a expliqué son avocat Me Maurizio Barca, assurant qu'il utilisait des préservatifs "la plupart du temps" et ne s'en est passé qu'à quelques reprises, "pris dans le feu de l'action".

"C'est de l'imprudence, ce n'était pas intentionnel", a-t-il insisté. De plus, il est selon lui impossible de prouver que c'est l'accusé, et non pas d'autres partenaires, qui a contaminé les jeunes femmes. La souche du virus qu'elles partagent avec lui est en effet la plus répandue en Europe.

Longtemps mutique, Valentino Talluto avait finalement pris la parole fin septembre, la voix brisée et les yeux brillants, après le témoignage d'une victime.

"Beaucoup des filles connaissent mes amis et ma famille. On dit que j'ai voulu contaminer le plus de personnes possible. Si cela avait été le cas, je serais allé chercher des rapports occasionnels dans les bars, je ne les aurais pas fait entrer dans ma vie", avait-il insisté.

L'une d'entre elles n'en est d'ailleurs jamais sortie: en juillet, elle était venue témoigner de leur rencontre en 2014, de la séropositivité dont il lui a tout de suite parlé, des infidélités qu'elle a pardonnées.

"Nous voulons nous marier. Je suis encore amoureuse de Valentino. Il n'est pas le monstre que tout le monde a décrit", avait-t-elle assuré.

Avec l'AFP

 

Videos

International

Un manifestant proteste contre la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, à Washington, le 8 octobre 2018. © Jim WATSON / AFP

Disparition de Khashoggi : Ryad rejette les menaces de sanctions

L'Arabie saoudite a promis dimanche de riposter à d'éventuelles sanctions après la menace de "châtiment sévère" proférée par le président américain Donald Trump, en cas d'implication avérée de Ryad dans la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.
Michaëlle Jean, le 9 octobre 2018.

Ottawa et Québec lâchent la présidente de la Francophonie

Le Canada et le Québec ont annoncé qu'ils ne soutenaient plus la candidature de Michaëlle Jean à la direction de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), dont elle est la secrétaire générale sortante, lors du prochain sommet de l'organisation.
Mohamad Izzat Khatab, président de l’ONG 'La Syrie pour tous', lance un appel mondial pour l'arrêt des combats.

L’ONG 'La Syrie pour tous' appelle à la mise en place d'un plan Marshall pour la Syrie

Communiqué de presse - Alors que la bataille d’Idleb pourrait devenir la catastrophe humanitaire du siècle, Mohamad Izzat Khatab, président de l’ONG 'La Syrie pour tous', lance un appel mondial pour l'arrêt des combats. Il plaide pour la mise en place du plan Khatab visant à reconstruire la Syrie ravagée par plus de 7 ans de guerre et à assurer son retour dans le concert des nations.
La procureure de la CPI, Fatou Bensouda, n'a pas l'intention de se laisser influencer par les menaces des États-Unis. © BAS CZERWINSKI / ANP / AFP/ BAS CZERWINSKI

Les États-Unis ont menacé les magistrats de la CPI s'ils s'en prennent à leurs alliés

Entre la CPI et les États-Unis, rien ne va plus. Les États-Unis ont menacé les magistrats de la Cour s'ils s'en prennent à leurs alliés.
Le président chinois Xi Jinping donne un discours, lors de l'ouverture d'un vaste sommet Chine-Afrique à Pékin (Chine), le 3 septembre 2018. (MADOKA IKEGAMI / AFP)

La Chine promet 60 milliards de dollars d'aide "sans conditions" à l'Afrique

La Chine, premier partenaire commercial de l'Afrique, a promis, lundi 3 septembre, 60 milliards de dollars au continent, le président Xi Jinping vantant une aide "sans conditions", face aux critiques de l'Occident. Pékin est volontiers accusé d'imposer à ses partenaires un endettement intenable via d'onéreux crédits.
Le sommet est l'occasion pour le président chinois Xi Jinping de célébrer ses "Nouvelles routes de la soie".

L'Afrique en sommet à Pékin, qui défend ses investissements

La Chine accueille lundi des dirigeants de 53 pays africains pour un sommet célébrant la coopération économique entre le géant asiatique et le continent, qui soulève des craintes quant à l'endettement de certaines nations envers Pékin.Durant deux jours, le 7e Forum sur la coopération sino-africaine réunit dans la capitale chinoise de nombreux chefs d'Etat et de gouvernement. Parmi eux, l'Ivoirien Alassane Ouattara, le Sud-Africain Cyril Ramaphosa ou encore le Congolais Denis Sassou Nguesso. 
Kofi Annan, décédé samedi à l'âge de 80 ans, a marqué de son empreinte les Nations unies, à la tête de l'organisation pendant dix ans ©DR

Mort de Kofi Annan, ancien secrétaire général de l’ONU et prix Nobel de la paix

Kofi Annan, décédé samedi à l'âge de 80 ans, a marqué de son empreinte les Nations unies, à la tête de l'organisation pendant dix ans, devenant le seul ancien dirigeant de l'ONU à avoir, jusqu'ici, accédé au rang de vedette de la diplomatie mondiale. Ce diplomate de carrière, charismatique sans être flamboyant, a contribué à rendre l'ONU plus présente sur la scène internationale pendant ses deux mandats, de 1997 à 2007.