Turquie. Deux morts dans la chute de roquettes tirées depuis la Syrie

Des roquettes tirées depuis la Syrie ont fait deux victimes dans la ville turque frontalière de Reyhanli, vendredi 2 février. | Umit BEKTAS / Reuters

Des roquettes tirées depuis la Syrie ont fait deux victimes dans la ville turque frontalière de Reyhanli, vendredi 2 février.

Deux personnes ont été tuées et seize autres blessées vendredi 2 février dans la chute de roquettes en provenance du nord de la Syrie sur la ville frontalière turque de Reyhanli, a annoncé le gouvernorat de la province.

Les deux victimes sont décédées à l’hôpital des blessures causées par les roquettes tirées par les Unités de protection du peuple (YPG), une organisation classée « terroriste » par Ankara, qui a lancé une opération militaire contre elle dans le nord de la Syrie, selon le communiqué publié par le gouvernorat de Hatay, où se situe Reyhanli.

« Mon père est devenu un martyr »

L’agence étatique Anadolu ajoute que la première victime était âgée de 68 ans. Ses funérailles se sont déroulées en fin d’après-midi devant la principale mosquée de la ville, a constaté un journaliste de l’AFP.

Plusieurs dizaines de personnes, dont le gouverneur de la province de Hatay Erdal Ata, ont récité une prière devant son cercueil vert recouvert d’un drapeau turc.

Des proches, les yeux rougis de larmes, ont lancé des cris de douleur. « Que les terroristes soient maudits », ont-ils hurlé.

« Mon père est devenu un martyr », a sangloté la fille de la victime en larmes. Après la cérémonie, une vingtaine de jeunes ont escorté le corbillard en moto en klaxonnant et en agitant des drapeaux turcs.

Au total, trois roquettes ont frappé la ville vendredi, et trois autres sont tombées dans ses environs, sur des zones inhabitées, ajoute le communiqué.

Huit victimes de ces attaques 

Deux autres roquettes ont été tirées sur la ville voisine de Kilis vendredi sans faire de victimes, selon Anadolu.La Turquie a lancé le 20 janvier une opération contre l’enclave syrienne d’Afrine, contrôlée par les YPG, une milice alliée des États-Unis dans la lutte contre le groupe État islamique (EI).

Ankara accuse les YPG d’être la branche en Syrie du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), classé organisation « terroriste » par la Turquie et ses alliés occidentaux, qui mène une sanglante guérilla sur le sol turc depuis 1984.

Le Premier ministre Binali Yildirim a déclaré vendredi, lors d’un discours télévisé, que 82 roquettes ont été tirées sur les villes frontalières turques depuis le début de l’offensive.

En comptant les victimes de vendredi, sept personnes ont perdu la vie dans ces attaques en Turquie

Videos

International

Maeve Kennedy McKean, 40 ans, et son fils Gideon, 8 ans, ne sont pas revenus jeudi d'une sortie dans la baie de Chesapeake. | AFP / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / MIKE PONT

USA : Deux membres de la famille Kennedy portés disparus

Deux membres de la famille Kennedy étaient portés disparus vendredi après une balade en canoë. Maeve Kennedy McKean, 40 ans, et son fils Gideon, 8 ans, ne sont pas revenus jeudi d’une sortie dans la baie de Chesapeake.Deux membres de la famille Kennedy, dont une petite-nièce du président assassiné John Kennedy, étaient portés disparus vendredi après une balade en canoë, selon les autorités du Maryland, une nouvelle tragédie au sein de la dynastie politique la plus célèbre des États-Unis.
Donald Trump / Source Reuters

Coronavirus : Critiquée par Donald Trump, la Chine l’accuse de « fuir ses responsabilités »

Le torchon brûle depuis plusieurs jours entre Pékin et Washington. Après avoir déclenché une polémique en qualifiant le Covid-19 de « virus chinois », Donald Trump a déclaré jeudi 19 mars que le monde payait « le prix fort » pour la lenteur chinoise à communiquer sur le nouveau coronavirus. En réponse au président américain, la Chine l’accuse ce vendredi de « fuir ses responsabilités ».
Michael Bloomberg se retire de la campagne présidentielle/ Reuters

USA: Le milliardaire Michael Bloomberg jette l’éponge et soutient Joe Biden

Au lendemain d’un « Super Tuesday » raté, le magnat des médias et ancien maire de New York a annoncé qu’il se retirait de la course à l’investiture démocrate. Michael Bloomberg appelle à voter Joe Biden.
Le président russe Vladimir Poutine

Pour Vladimir Poutine, un mariage n'est possible qu'entre "un homme et une femme"

Cette déclaration du président russe a eu lieu lors d'une rencontre avec un groupe de travail formé par le Kremlin pour plancher sur la réforme constitutionnelle proposée en janvier par le chef d'Etat russe. Un mariage, c'est une union entre un homme et une femme", a déclaré jeudi 13 février Vladimir Poutine, lors d'une rencontre avec un groupe de travail formé par le Kremlin pour plancher sur la réforme constitutionnelle proposée en janvier par le chef d'Etat russe. 
L’ancien ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini, mercredi au Sénat, à Rome. Photo Roberto Monaldo. Lapresse. AP

Le Sénat italien renvoie en justice Matteo Salvini pour avoir bloqué des migrants

Le Sénat italien a renvoyé mercredi en justice Matteo Salvini, le chef de l'extrême droite, accusé de séquestration de personnes pour avoir bloqué un bateau de migrants au large de la Sicile quand il était ministre de l'Intérieur. Le résultat du vote sera annoncé officiellement à 18H00 GMT, mais le tableau électronique vu par plusieurs journalistes de l'AFP, indiquant pendant quelques secondes le résultat du scrutin, a permis d'établir clairement son renvoi en justice, confirmé par tous les médias italiens.
 Des migrants à Malaga, en octobre dernier. AFP

L'Espagne aura besoin de «millions et de millions de migrants» selon le ministre des Migrations

L'Espagne, qui compte actuellement quelque 47 millions d'habitants, va devoir ouvrir ses portes. Selon José Luis Escriva, ministre espagnol de la Sécurité sociale, de l'inclusion et des migrations, la trajectoire démographique du pays est si inquiétante que "nous aurons besoin de 8 ou 9 millions de personnes juste pour garder notre population active au même niveau", a-t-il estimé, jeudi 16 janvier lors du Forum de l'OCDE sur les migrations, à Paris.
Le président français Emmanuel Macron

Sahel : Emmanuel Macron se dit prêt à revoir les « modalités d’intervention » de la France

Près de 4.500 militaires français de l’opération Barkhane sont mobilisés, depuis août 2014, dans la bande sahélo-saharienne pour combattre le terrorisme Emmanuel Macron a annoncé jeudi 28 novembre qu'il était prêt à revoir "toutes les options stratégiques" de la France au Sahel. Le président français a réclamé à ses alliés une "plus grande implication" contre "le terrorisme" dans la région, après avoir reçu le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.