États-Unis : L’Iowa adopte la loi anti-IVG la plus restrictive du pays

Loi anti-avortement : la gouverneure républicaine Kim Reynolds n'a pas encore indiqué si elle promulguerait le texte. | Photo : AFP

Le parlement de l’Iowa a adopté ce mercredi 2 mai la loi anti-avortement la plus restrictive des États-Unis. Une IVG sera interdite dès lors que les battements du cœur du bébé seront détectés. Pour entrer en vigueur, le texte doit toutefois être promulgué par la gouverneure républicaine de cet État agricole du centre du pays.

Cette décision va-t-elle susciter un débat national ? C’est en tout cas ce qu’espère le parlement de l’Iowa (États-Unis), qui a adopté mercredi 2 mai la loi sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG) la plus contraignante du pays en termes de période possible d’intervention.

Les législateurs majoritairement républicains de cet État agricole ont interdit l’avortement à partir du moment où les battements du cœur sont détectés, ce qui est possible dès la sixième semaine de grossesse. Avec des exceptions cependant pour les victimes de viol et d’inceste. Pour entrer en vigueur, ce texte doit encore être promulgué par la gouverneure républicaine, Kim Reynolds.

Un président « pro-life »

Les partisans de la loi souhaitent que soit saisie la Cour suprême des États-Unis, qui a légalisé l’avortement dans le pays en 1973, même si le débat reste intense sur le sujet. Mais depuis l’élection de Donald Trump, les « pro-life » (anti-avortement) ont de l’espoir : il a été le premier président américain à afficher son soutien à leur « Marche pour la vie » annuelle à Washington, en janvier dernier.

« Nous avons une Chambre des représentants pro-life, un Sénat américain pro-life, un président pro-life, et une Cour suprême des États-Unis qui pourrait bientôt accueillir un nouveau juge constitutionnel dans le futur proche », a écrit l’élu républicain Steve King dans un communiqué. Car les opposants à l’IVG espèrent que Donald Trump aura un jour l’opportunité de nommer au moins un juge conservateur supplémentaire à la Cour suprême, faisant ainsi basculer l’équilibre de la plus haute instance judiciaire américaine sur cette épineuse question.

« Un demi-siècle en arrière »

Mais les « pro-life » ont encore des obstacles devant eux. La Cour suprême avait ainsi rejeté en 2016 des recours du Dakota du Nord et de l’Arkansas, après l’annulation par des tribunaux locaux de législations similaires sur les battements cardiaques.

L’ACLU, puissante association de défense des droits civiques, elle, a condamné dans un communiqué l’adoption du projet de loi, estimant qu’il allait ramener « les femmes de l’Iowa près d’un demi-siècle en arrière ». « C’est clairement inconstitutionnel et cela bloque dans les faits le droit à l’avortement pour la plupart des femmes », a dénoncé Veronica Fowler, porte-parole de l’association dans l’Iowa.

Videos

International

Le ministre des affaires étrangères, Adel bin Ahmed Al-Jubeir.

L'Arabie saoudite expulse l'ambassadeur du Canada après des critiques sur les droits de l'Homme

L'Arabie saoudite a annoncé lundi 5 août qu'elle avait décidé d'expulser l'ambassadeur du Canada à Ryad et de geler toute relation commerciale, en réplique aux critiques répétées d'Ottawa sur la répression des militants de droits de l'Homme.Le royaume saoudien a donné 24 heures au diplomate canadien pour quitter le pays et rappelle son ambassadeur au Canada "pour consultations", dans un soudain durcissement des relations entre ces deux pays.
Le président français Emmanuel Macron ©DR

Affaire Benalla - Macron sort du silence : "Le seul responsable, c'est moi, qu'ils viennent me chercher"

Dans l'affaire Benalla, "le responsable c'est moi", a affirmé mardi le président français Emmanuel Macron devant des députés de la majorité, disant avoir ressenti les "actes du 1er-Mai" de son collaborateur comme "une trahison", selon des propos rapportés.
Image d'illustration : Luiz Inacio Lula da Silva en avril 2018 © Ricardo Moraes Source: Reuters

Brésil : un juge annule l'ordre de libération de l'ex-président Lula

Un juge de la cour d'appel du Brésil a annulé ce 8 juillet un ordre de libération de l'ex-président Lula da Silva, qui avait été pris plus tôt par un autre magistrat de la même cour. Condamné pour corruption, il n'a cessé de clamer son innocence.
Nawaz Sharif, l'ancien Premier ministre pakistanais le 17 avril 2018 à Islamabad. | AFP / AAMIR QURESHI

Pakistan: L’ancien Premier ministre condamné à 10 ans de prison pour corruption

L’ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif a été condamné à une peine de dix ans de prison par un tribunal anti-corruption, selon des sources judiciaires, portant un coup sérieux à son parti avant des élections législatives prévues le 25 juillet.
Les jeunes interpellés s'étaient spécialisés dans le vol de Range Rover. Photo d'illustration.@ DAVID MCNEW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

France : une bande soupçonnée du vol de près de 70 véhicules 4x4 interpellée

Les neuf jeunes interpellés sont soupçonnés d'avoir volé au moins 68 Range Rover, qu'ils auraient exporté vers l'Afrique. 
Forum des Diasporas Africaines

Le Palais des congres accueille une exposition éphémère pour mettre en valeur l’art comme levier de la coopération Europe - Méditerranée - Afrique

A l’occasion du Forum des Diasporas Africaines qui se tiendra le 22 juin 2018 sous le haut-patronage d’Emmanuel Macron, le Palais des Congrès accueillera une exposition éphémère pour mettre en valeur l’art et les cultures africaines. En sus de l’exposition, une table-ronde sera organisée autour de « l’art africain, levier de soft power ».Les arts d’Afrique, un soft power a exploiter pour redéfinir l’influence du continent
L'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU Nikki Haley et le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo à Washington le 19 juin 2018 afp.com - Andrew CABALLERO-REYNOLDS

Les Etats-Unis se retirent du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU

Les Etats-Unis se sont retirés mardi du Conseil des droits de l'homme de l'ONU en accusant l'institution basée à Genève d'"hypocrisie" et de parti pris contre Israël, une décision aussitôt dénoncée par des organisations de défense des droits humains.