États-Unis : L’Iowa adopte la loi anti-IVG la plus restrictive du pays

Loi anti-avortement : la gouverneure républicaine Kim Reynolds n'a pas encore indiqué si elle promulguerait le texte. | Photo : AFP

Le parlement de l’Iowa a adopté ce mercredi 2 mai la loi anti-avortement la plus restrictive des États-Unis. Une IVG sera interdite dès lors que les battements du cœur du bébé seront détectés. Pour entrer en vigueur, le texte doit toutefois être promulgué par la gouverneure républicaine de cet État agricole du centre du pays.

Cette décision va-t-elle susciter un débat national ? C’est en tout cas ce qu’espère le parlement de l’Iowa (États-Unis), qui a adopté mercredi 2 mai la loi sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG) la plus contraignante du pays en termes de période possible d’intervention.

Les législateurs majoritairement républicains de cet État agricole ont interdit l’avortement à partir du moment où les battements du cœur sont détectés, ce qui est possible dès la sixième semaine de grossesse. Avec des exceptions cependant pour les victimes de viol et d’inceste. Pour entrer en vigueur, ce texte doit encore être promulgué par la gouverneure républicaine, Kim Reynolds.

Un président « pro-life »

Les partisans de la loi souhaitent que soit saisie la Cour suprême des États-Unis, qui a légalisé l’avortement dans le pays en 1973, même si le débat reste intense sur le sujet. Mais depuis l’élection de Donald Trump, les « pro-life » (anti-avortement) ont de l’espoir : il a été le premier président américain à afficher son soutien à leur « Marche pour la vie » annuelle à Washington, en janvier dernier.

« Nous avons une Chambre des représentants pro-life, un Sénat américain pro-life, un président pro-life, et une Cour suprême des États-Unis qui pourrait bientôt accueillir un nouveau juge constitutionnel dans le futur proche », a écrit l’élu républicain Steve King dans un communiqué. Car les opposants à l’IVG espèrent que Donald Trump aura un jour l’opportunité de nommer au moins un juge conservateur supplémentaire à la Cour suprême, faisant ainsi basculer l’équilibre de la plus haute instance judiciaire américaine sur cette épineuse question.

« Un demi-siècle en arrière »

Mais les « pro-life » ont encore des obstacles devant eux. La Cour suprême avait ainsi rejeté en 2016 des recours du Dakota du Nord et de l’Arkansas, après l’annulation par des tribunaux locaux de législations similaires sur les battements cardiaques.

L’ACLU, puissante association de défense des droits civiques, elle, a condamné dans un communiqué l’adoption du projet de loi, estimant qu’il allait ramener « les femmes de l’Iowa près d’un demi-siècle en arrière ». « C’est clairement inconstitutionnel et cela bloque dans les faits le droit à l’avortement pour la plupart des femmes », a dénoncé Veronica Fowler, porte-parole de l’association dans l’Iowa.

Videos

International

Emmanuel Macron et Jean-Yves Le Drian

La France accuse l'Italie d'ingérence et rappelle son ambassadeur

La France a rappelé son ambassadeur en Italie pour "des consultations" après une série de "déclarations outrancières" et "d’attaques sans fondement" et sans "précédent" de responsables italiens, a annoncé jeudi le ministère français des Affaires étrangères. "Les dernières ingérences constituent une provocation supplémentaire et inacceptable", a déclaré la porte-parole du Quai d’Orsay dans un communiqué.
Recep Tayyip Erdogan, président du parti turc pour la justice et le développement (AK), prononce un discours le 5 février 2019. | ADEM ALTAN / AFP

Venezuela: Erdogan accuse l'UE de chercher à renverser Maduro au mépris de la "démocratie"

Le président turc a accusé, l’Union européenne de chercher à renverser le président vénézuélien Nicolás Maduro. « On sait maintenant ce qu’est l’UE », indique-t-il.
Luigi Di Maio, vice-président du Conseil italien accuse la France d'aggraver la crise migratoire.©DR

Luigi Di Maio accuse la France "d’appauvrir l’Afrique", l’ambassadrice d’Italie convoquée

Les tensions diplomatiques entre la France et l’Italie se sont accentuées ce lundi après les propos, dimanche, du vice-président du Conseil italien. L’ambassadrice d’Italie en France a été convoquée ce lundi au ministère français des Affaires étrangères après des propos tenus dimanche par le vice-président du Conseil italien, Luigi Di Maio. Celui-ci a accusé la France "d’appauvrir l’Afrique" et d’aggraver la crise migratoire.
L'ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo et Blé Goudé

CPI: Laurent Gbagbo et Blé Goudé acquittés et libérés

L'ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé jugés par la Cour pénale internationale, ont été acquitté ce mardi de crimes contre l'humanité.
De la viande de zèbre, vendue en supermarché. © Fondation 30 Millions d'Amis / Pixabay

Du zèbre d’Afrique du Sud est vendu en France par les supermarchés

Du zèbre d’Afrique du Sud est vendu en France par les supermarchés Auchan, Carrefour, Intermarché, Houra et Cora... Ces plats préparés ont choqué les internautes qui ont fait part – en nombre – de leur réprobation sur les réseaux sociaux. A l’heure où la biodiversité s’effondre, la vente au rayon alimentation d’un produit issu d’une espèce menacée d’extinction laisse perplexe. L’enquête de 30millionsdamis.fr.
Maison endommagée par un tsunami à Carita, en Indonésie, le 23 décembre 2018.

Plus de 220 morts après un tsunami "volcanique" en Indonésie

Plus de 220 personnes ont été tuées et plusieurs centaines blessées lorsqu'un tsunami provoqué par une éruption volcanique a soudain déferlé sur les plages du détroit indonésien de la Sonde, ont annoncé dimanche les autorités en disant craindre un bilan encore plus lourd.
Emmanuel Macron et Donald Trump Crédit Image : Nicholas Kamm / AFP

Paris demande à Trump de ne pas se mêler de politique intérieure française

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a invité dimanche le président américain Donald Trump, qui a commenté par une série de tweets critiques le mouvement populaire des "gilets jaunes" en France, à ne pas se mêler de politique intérieure française. "Je dis à Donald Trump et le président de la République (Emmanuel Macron) le lui a dit aussi : nous ne prenons pas partie dans les débats américains, laissez-nous vivre notre vie de nation", a-t-il déclaré dans l'émission Le Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI.