Rencontre Poutine - Assad : les dirigeants plaident pour la reprise du « dialogue politique » en Syrie

Vladimir Poutine a rencontré ce jeudi son homologue et allié syrien, le président Bachar al-Assad à Sotchi, dans le sud de la Russie. | SPUTNIK / REUTERS

Le porte-parole du Kremlin a annoncé que le président russe Vladimir Poutine a rencontré son homologue et allié syrien Bachar al-Assad, ce jeudi à Sotchi et que « des pourparlers assez approfondis ont eu lieu ». Poutine s’est ainsi dit « favorable à une activation du processus politique » et souhaite, grâce à cela le « retrait des forces armées étrangères », sans préciser auxquelles il faisait référence.

Vladimir Poutine et son allié syrien Bachar al-Assad ont appelé jeudi, lors d’une rare rencontre à Sotchi en Russie, à la reprise du « dialogue politique » censé mettre un terme à sept ans de conflit et entamer la phase de reconstruction du pays.

C’était la première rencontre entre le président russe et son homologue syrien depuis une courte entrevue en décembre sur la base russe de Hmeimim en Syrie, à l’issue de laquelle Vladimir Poutine avait annoncé le retrait d’une partie du contingent militaire russe.

Les deux dirigeants s’étaient également rencontrés en novembre, déjà à Sotchi, ville balnéaire au bord de la mer Noire située dans le sud-ouest de la Russie.

Le porte-parole du Kremlin a annoncé que le président russe Vladimir Poutine a rencontré son homologue et allié syrien Bachar al-Assad, ce jeudi à Sotchi et que « des pourparlers assez approfondis ont eu lieu ». Poutine s’est ainsi dit « favorable à une activation du processus politique » et souhaite, grâce à cela le « retrait des forces armées étrangères », sans préciser auxquelles il faisait référence.

Vladimir Poutine et son allié syrien Bachar al-Assad ont appelé jeudi, lors d’une rare rencontre à Sotchi en Russie, à la reprise du « dialogue politique » censé mettre un terme à sept ans de conflit et entamer la phase de reconstruction du pays.

C’était la première rencontre entre le président russe et son homologue syrien depuis une courte entrevue en décembre sur la base russe de Hmeimim en Syrie, à l’issue de laquelle Vladimir Poutine avait annoncé le retrait d’une partie du contingent militaire russe.

Les deux dirigeants s’étaient également rencontrés en novembre, déjà à Sotchi, ville balnéaire au bord de la mer Noire située dans le sud-ouest de la Russie.

Poutine a félicité Assaf pour les « succès de l’armée gouvernementale »

Vladimir Poutine a rencontré ce jeudi son homologue et allié syrien, le président Bachar al-Assad à Sotchi, dans le sud de la Russie.

« Aujourd’hui, le président Poutine a eu des entretiens avec le président syrien Bachar al-Assad, qui s’est rendu à Sotchi pour une visite de travail », a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

La télévision russe a diffusé de courts extraits de l’entretien entre les deux hommes. Vendredi Vladimir Poutine reçoit la chancelière allemande Angela Merkel sur la question de la Syrie, et prochainement le président français Emmanuel Macron.

Jeudi, le président russe a félicité le président syrien pour les « succès de l’armée gouvernementale syrienne dans la lutte contre les groupes terroristes », qui ont permis de « créer des conditions supplémentaires en faveur d’une activation du processus politique à grande échelle », selon un communiqué du Kremlin.

« Les forces étrangères vont se retirer du territoire »

L’intervention militaire russe en Syrie, débutée en septembre 2015, a permis à l’armée syrienne de reprendre la grande majorité des territoires conquis par l’organisation djihadiste État islamique et à significativement affaiblir les groupes rebelles, les chassant de la ville d’Alep et des quartiers de la Ghouta orientale près de Damas.

« Avec le début du processus politique dans sa phase la plus active, les forces armées étrangères vont se retirer du territoire syrien », a poursuivi Vladimir Poutine, sans préciser à quelles « forces étrangères » il faisait référence.

« La prochaine tâche est, bien sûr, le redressement économique et l’aide humanitaire aux personnes qui se trouvent dans une situation difficile », a ajouté le président russe.

D'après Assad « la stabilité s’améliore » en Syrie

« La stabilité s’améliore » en Syrie, a assuré de son côté Bachar al-Assad, « ouvrant la porte au processus politique que nous avons commencé il y a quelque temps », selon des propos traduits par le Kremlin.

« Nous savons que ce ne sera pas facile car certains pays ne veulent pas que la stabilité revienne en Syrie. Cependant, avec vous et d’autres partenaires et amis, nous continuerons à avancer fermement dans le processus de règlement en faveur de la paix », a-t-il affirmé.

« Grâce aux succès militaires, nous parvenons à normaliser la situation dans le pays, ce qui ouvre la voie au retour de nos nombreux concitoyens dans leur foyer », a-t-il ajouté.

Assad aurait choisi des émissaires pour un « Comité constitutionnel » en Syrie

Selon le Kremlin, Bachar al-Assad a décidé suite à cette rencontre de choisir des émissaires en vue de la « formation d’un Comité constitutionnel qui devra travailler sur la loi fondamentale en Syrie » et qui « seront envoyés à l'ONU ».

Le président syrien s’est en outre félicité de l'« augmentation des investissements russes au cours des dernières années » dans le pays en guerre, insistant sur les besoins du processus de reconstruction.

Mercredi, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques affirme avoir établi que « du chlore a été libéré de cylindres par impact mécanique dans le quartier d’Al Talil, à Saraqeb », en février. Une information qui était jusqu’ici contredite par la Russie et la Syrie, alliés depuis le début du conflit.

Videos

International

Un manifestant proteste contre la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, à Washington, le 8 octobre 2018. © Jim WATSON / AFP

Disparition de Khashoggi : Ryad rejette les menaces de sanctions

L'Arabie saoudite a promis dimanche de riposter à d'éventuelles sanctions après la menace de "châtiment sévère" proférée par le président américain Donald Trump, en cas d'implication avérée de Ryad dans la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.
Michaëlle Jean, le 9 octobre 2018.

Ottawa et Québec lâchent la présidente de la Francophonie

Le Canada et le Québec ont annoncé qu'ils ne soutenaient plus la candidature de Michaëlle Jean à la direction de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), dont elle est la secrétaire générale sortante, lors du prochain sommet de l'organisation.
Mohamad Izzat Khatab, président de l’ONG 'La Syrie pour tous', lance un appel mondial pour l'arrêt des combats.

L’ONG 'La Syrie pour tous' appelle à la mise en place d'un plan Marshall pour la Syrie

Communiqué de presse - Alors que la bataille d’Idleb pourrait devenir la catastrophe humanitaire du siècle, Mohamad Izzat Khatab, président de l’ONG 'La Syrie pour tous', lance un appel mondial pour l'arrêt des combats. Il plaide pour la mise en place du plan Khatab visant à reconstruire la Syrie ravagée par plus de 7 ans de guerre et à assurer son retour dans le concert des nations.
La procureure de la CPI, Fatou Bensouda, n'a pas l'intention de se laisser influencer par les menaces des États-Unis. © BAS CZERWINSKI / ANP / AFP/ BAS CZERWINSKI

Les États-Unis ont menacé les magistrats de la CPI s'ils s'en prennent à leurs alliés

Entre la CPI et les États-Unis, rien ne va plus. Les États-Unis ont menacé les magistrats de la Cour s'ils s'en prennent à leurs alliés.
Le président chinois Xi Jinping donne un discours, lors de l'ouverture d'un vaste sommet Chine-Afrique à Pékin (Chine), le 3 septembre 2018. (MADOKA IKEGAMI / AFP)

La Chine promet 60 milliards de dollars d'aide "sans conditions" à l'Afrique

La Chine, premier partenaire commercial de l'Afrique, a promis, lundi 3 septembre, 60 milliards de dollars au continent, le président Xi Jinping vantant une aide "sans conditions", face aux critiques de l'Occident. Pékin est volontiers accusé d'imposer à ses partenaires un endettement intenable via d'onéreux crédits.
Le sommet est l'occasion pour le président chinois Xi Jinping de célébrer ses "Nouvelles routes de la soie".

L'Afrique en sommet à Pékin, qui défend ses investissements

La Chine accueille lundi des dirigeants de 53 pays africains pour un sommet célébrant la coopération économique entre le géant asiatique et le continent, qui soulève des craintes quant à l'endettement de certaines nations envers Pékin.Durant deux jours, le 7e Forum sur la coopération sino-africaine réunit dans la capitale chinoise de nombreux chefs d'Etat et de gouvernement. Parmi eux, l'Ivoirien Alassane Ouattara, le Sud-Africain Cyril Ramaphosa ou encore le Congolais Denis Sassou Nguesso. 
Kofi Annan, décédé samedi à l'âge de 80 ans, a marqué de son empreinte les Nations unies, à la tête de l'organisation pendant dix ans ©DR

Mort de Kofi Annan, ancien secrétaire général de l’ONU et prix Nobel de la paix

Kofi Annan, décédé samedi à l'âge de 80 ans, a marqué de son empreinte les Nations unies, à la tête de l'organisation pendant dix ans, devenant le seul ancien dirigeant de l'ONU à avoir, jusqu'ici, accédé au rang de vedette de la diplomatie mondiale. Ce diplomate de carrière, charismatique sans être flamboyant, a contribué à rendre l'ONU plus présente sur la scène internationale pendant ses deux mandats, de 1997 à 2007.