Que change la poignée de main Kim-Trump ?

L'image a fait le tour du monde. Donald Trump et Kim Jong-un se sont serré la main et ont fait assaut d'amabilité à Singapour. | AFP

Donald Trump et Kim Jong-un se sont serré la main et ont fait assaut d’amabilités, à Singapour. Tant mieux, après les tensions des derniers mois. Mais sur le fond, notamment le nucléaire, le bilan est maigre.

Ouf, le clash tant redouté par certains n’a pas eu lieu ! Au contraire, douze secondes de poignée de main, des sourires à gogo, des compliments distribués de part et d’autre, et une photo « his-to-ri-que »… Pour la première fois depuis la guerre et la partition de la Corée en 1953, un président américain et un leader nord-coréen se sont rencontrés.

« Nous allons avoir une relation formidable », a lancé Donald Trump, assis au côté d’un Kim Jong-un qualifiant la rencontre de « bon prélude à la paix ». Les deux dirigeants ont eu un tête-à-tête de 40 minutes, suivi de trois heures de discussions avec leurs délégations respectives, puis d’un déjeuner au menu très diplomatique : cocktail de crevettes, porc sauce aigre-douce et tarte tropézienne.

La publication de la déclaration, signée par Trump et Kim, a rapidement douché l’enthousiasme. Elle ne contient aucune avancée concrète sur la question de l’arsenal nucléaire de la Corée du Nord, qui menace ses voisins du Sud, le Japon et même désormais le territoire américain. Très vague, le texte s’en remet à des négociations ultérieures. Il reprend de précédents engagements du régime nord-coréen, jamais mis en œuvre, sans préciser que la dénucléarisation doit être « vérifiable et irréversible », exigence de Trump avant le sommet.

 

>>> Cliquez ici pour découvrir la suite

Videos

International

Emmanuel Macron et Donald Trump Crédit Image : Nicholas Kamm / AFP

Paris demande à Trump de ne pas se mêler de politique intérieure française

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a invité dimanche le président américain Donald Trump, qui a commenté par une série de tweets critiques le mouvement populaire des "gilets jaunes" en France, à ne pas se mêler de politique intérieure française. "Je dis à Donald Trump et le président de la République (Emmanuel Macron) le lui a dit aussi : nous ne prenons pas partie dans les débats américains, laissez-nous vivre notre vie de nation", a-t-il déclaré dans l'émission Le Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI.
Ambassade de la RDC à Paris

VIDEO - France: le véhicule de l'ambassade de la RDC brûlé lors de la manifestation des gilets jaunes

Le véhicule de l'ambassade de la RDC à Paris mise à disposition du Premier ministre Bruno Tshibala a été victime de la violence émanant de la manifestation du mouvement "Gilets Jaunes". 
A Paris, lors de la manifestation des gilets jaunes samedi. Photo Yann Castanier. Hans Lucas pour Libération

Sirènes et fumées noires: au coeur de Paris, des touristes stupéfaits du chaos

Ils étaient venus goûter aux charmes paisibles de la capitale française, scintillante des illuminations de Noël. Des touristes éberlués se sont trouvés plongés samedi dans des scènes de guerilla urbaine, entre voitures incendiées et nuages de gaz lacrymogène dans le quartier de l'Opéra.
Etudiant africian en France / image d'archives.

La France multiplie par seize les frais de scolarités pour les étudiants étrangers

L'annonce a été donné par le premier ministre Français Édouard Philippe. Les étudiants étrangers debouseront à compter de la rentrée Universitaire des frais de scolarités beaucoup plus élevé en l'etat actuel en plus des charges sociales et supplémentaires. Une mesure qui ne fait pas l'unanimité au sein des syndicats.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan

Khashoggi : Erdogan promet la « vérité », Riyad assure ignorer où est le corps

La Turquie va révéler "toute la vérité" sur le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi à Istanbul, a promis dimanche son président Recep Tayyip Erdogan. De son côté, Ryad a assuré ignorer le "détail" des circonstances de sa mort, comme l'endroit où se trouve son corps.
Un manifestant proteste contre la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, à Washington, le 8 octobre 2018. © Jim WATSON / AFP

Disparition de Khashoggi : Ryad rejette les menaces de sanctions

L'Arabie saoudite a promis dimanche de riposter à d'éventuelles sanctions après la menace de "châtiment sévère" proférée par le président américain Donald Trump, en cas d'implication avérée de Ryad dans la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.
Michaëlle Jean, le 9 octobre 2018.

Ottawa et Québec lâchent la présidente de la Francophonie

Le Canada et le Québec ont annoncé qu'ils ne soutenaient plus la candidature de Michaëlle Jean à la direction de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), dont elle est la secrétaire générale sortante, lors du prochain sommet de l'organisation.