Pourquoi l’armée américaine bannit les téléphones Huawei et ZTE de ses bases

Le Pentagone a interdit la vente des terminaux Huawei depuis le 25 avril 2018. | LlUIS GENE /AFP

Le personnel des bases militaires américaines ne pourra plus acheter de téléphones des marques chinoises Huawei et ZTE en raison des risques de sécurité « inacceptables » présentés par ces appareils, a affirmé vendredi le Pentagone.

Les smartphones des marques chinoises Huawei et ZTE ne sont plus les bienvenus sur les bases militaires américaines. Le Pentagone interdit désormais à son personnel d'en acheter et à ses magasins d'en vendre, en raison des risques de sécurité « inacceptables » présentés par ces appareils.

« Les appareils Huawei et ZTE peuvent présenter un risque inacceptable pour le personnel, les informations et les missions militaires », a déclaré un porte-parole du Pentagone, Dave Eastburn.

Pister les soldats

« Au vu de cette information, il n’était pas prudent » pour les magasins gérés par l’armée dans les bases américaines à travers le monde « de continuer à les vendre », a-t-il ajouté. L’ordre de retirer les appareils Huawei de ces magasins a été donné le 25 avril, selon lui.

« En raison des inquiétudes liées à la sécurité concernant les téléphones portables et autres produits ZTE, les magasins (du Pentagone) ont également retiré les produits ZTE », a-t-il précisé.

Le responsable n’a pas donné de détails sur les aspects techniques de ces menaces potentielles, mais d’après le Wall Street Journal, le Pentagone craint que le gouvernement chinois ne piste ses soldats en utilisant des produits Huawei et ZTE.

Le porte-parole de Huawei, Charles Zinkowski, a affirmé que les appareils de la compagnie respectaient les normes les plus élevées en termes de sécurité et de confidentialité dans tout pays où elle opère, y compris aux États-Unis.

« Nous restons attachés à l’ouverture et à la transparence dans tout ce que nous faisons et nous voulons dire clairement qu’aucun gouvernement ne nous a demandé de compromettre la sécurité ou l’intégrité de nos réseaux ou de nos appareils », a-t-il dit dans un communiqué. Contacté par l’AFP, ZTE n’avait pas réagi dans l’immédiat.

En janvier, le Pentagone avait indiqué qu’il était en train de revoir ses règles concernant les applications mobiles liées à la santé et les objets connectés, après que la compagnie Strava eut publié une carte compilant les activités de ses utilisateurs.

En Irak et en Syrie, on pouvait facilement voir des foyers d’activité là où se trouvent des bases militaires, indiquant vraisemblablement des parcours de jogging ou de marche.

Videos

International

L'explosion serait le résultat d'un incident au port de Beyrouth

Liban : ce que l'on sait des explosions survenues à Beyrouth

Au moins 50 personnes sont mortes et 2 750 ont été blessées dans les deux explosions survenues à Beyrouth (Liban), mardi 4 août, selon un nouveau bilan annoncé un peu avant 22 heures par le ministre de la Santé libanais, Hamad Hassan. Les fortes déflagrations, qui ont eu lieu dans la zone du port et dont l'origine n'était pas connue dans l'immédiat, ont été entendues dans plusieurs secteurs de la ville. Le Premier ministre a d'ores et déjà annoncé un jour de deuil national mercredi.
Le président brésilien Jair Bolsonaro

Brésil : Bolsonaro, en quarantaine, annonce qu’il va subir un nouveau test

Le président brésilien Jair Bolsonaro, en quarantaine depuis une semaine après avoir été testé positif au coronavirus, a annoncé lundi qu’il allait subir un nouveau test et qu’il avait hâte de reprendre ses activités normales. Jair Bolsonaro s’exprimait dans une interview téléphonique avec la chaîne de télévision CNN Brasil depuis sa résidence officielle à Brasilia, le palais d’Alvorada, où il est confiné.

Belgique : Anvers déboulonne une statue de l'ex-roi Léopold II, figure du passé colonial

Une statue de l'ancien roi des Belges Léopold II, figure du passé colonial de la Belgique, a été retirée d'un square mardi 9 juin à Anvers (région flamande) pour être entreposée dans les réserves d'un musée local.
Des travailleuses éthiopiennes attendent devant le consulat de leur pays à Beyrouth afin de s'inscrire pour un rapatriement, le 18 mai 2020. (JOSEPH EID / AFP)

Mises à la porte par leurs employeurs sans être payées, des travailleuses éthiopiennes victimes de la crise au Liban

Des dizaines d'Ethiopiennes travaillant au Liban comme domestiques se retrouvent abandonnées par leurs employeurs qui ne peuvent plus les payer en raison de la crise économique que traverse le pays. La pandémie de coronavirus a envenimé la situation.Des travailleuses abandonnées
Angela Merkel

Angela Merkel dénonce le « meurtre » raciste de George Floyd

Angela Merkel a dénoncé ce jeudi 4 juin le meurtre de l’Afro-Américain George Floyd par des policiers et le racisme qui frappe selon elle une société américaine très polarisée."Mes exigences en politique sont toujours d’essayer de rassembler les gens, de les réconcilier" a également répondu la chancelière, interrogée sur la chaîne publique allemande ZDF au sujet du style politique, qu’elle a jugé très controversé, de Donald Trump.
Au milieu de l'image, Assa Traoré, la soeur d'Adama Traoré, lors d'une manifestation en juin 2017

France / Mort d'Adama Traoré : le plaquage ventral a causé le décès, selon une contre-expertise demandée par les parties civiles

La contre-expertise demandée par la famille d’Adama Traoré estime que le plaquage ventral opéré par les gendarmes lors de l’arrestation du jeune homme il y a quatre ans est à l’origine de sa mort, a appris franceinfo auprès de l’avocat de la famille d’Adama Traoré mardi 2 juin.

France / Mort d'Adama Traoré : plusieurs dizaines de milliers de personnes rassemblées en France contre les violences policières

Une foule impressionante est venue faire entendre sa voix contre les violences policières, mardi 2 juin au soir, à l'appel du comité de soutien à la famille d'Adama Traoré, jeune homme noir de 24 ans mort en 2016 après son interpellation, qui organisait un rassemblement sur le parvis du tribunal judiciaire de Paris (17e arrondissement). Des manifestations ont également eu lieu à Lille (Nord) mais aussi à Marseille (Bouches-du-Rhône) et Lyon (Rhône).