Pourquoi Donald Trump a viré John Bolton, l'un des faucons de son administration

John Bolton viré par Trump dont la cote de popularité a encore baissé: elle est de 38%. | BRENDAN SMIALOWSKI/AFP

John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, vient d'être limogé. Ce proche des néoconservateurs et partisan d’une ligne dure en matière de politique étrangère était opposé à un accord en Afghanistan où la guerre fait rage depuis 18 ans ; il avait été écarté des négociations avec les talibans au profit de Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine.

D’un tweet sans état d’âme, Donald Trump a signé ce mardi l’arrêt de mort politique de John Bolton (70 ans), son conseiller à la sécurité nationale et l’un des faucons de son administration.

Le Président a invoqué des « désaccords » entre lui et son conseiller nommé le 9 avril 2018 (Bolton était alors le 4e à occuper ce poste depuis l’élection de Trump, après les généraux Flynn, Kellogg et McMaster). John Bolton a assuré, peu après le tweet présidentiel, avoir lui-même proposé sa démission.

Le dossier afghan

La décision de Donald Trump ne surprend qu’à moitié. Visiblement, John Bolton avait été mis sur la touche à cause de son positionnement jusqu’au-boutiste sur la question afghane et de sa réticence devant les efforts diplomatiques engagés par Washington depuis l’été 2018 pour parvenir à un accord avec les talibans. Un accord qui relève avant tout de la politique intérieure américaine et de la perspective de la campagne électorale de 2020. Trump n’a-t-il pas promis, à maintes reprises, à ses électeurs de réduire la présence militaire américaine en Afghanistan ?

Le week-end dernier, l’annulation surprise d’un sommet jusqu’alors secret entre Trump, le président afghan Ghani et des chefs talibans, semblait avoir conforté la posture belliciste de John Bolton qui refusait, non pas une réduction des effectifs américains sur place, mais tout accord avec les talibans à qui, selon lui, on ne peut faire confiance.

Divergences nombreuses

Mais les « désaccords » semblent avoir été plus profonds, tant avec Donald Trump qu’avec Mike Pompeo, le secrétaire d’État chargé des Affaires étrangères dont l’influence discrète grandit au sein de l’équipe rapprochée du président américain.

 Ces désaccords portent, non seulement sur l’Afghanistan, mais aussi sur les dossiers de l’Iran (Bolton préconisait une frappe aérienne en riposte à la destruction d’un drone américain par les Iraniens), du Venezuela (il souhaitait prépositionner une brigade de combat en Colombie voisine), de la Corée du Nord (Bolton aurait contribué à torpiller le rapprochement avec Kim Jong Un). Autant de dossiers que Donald Trump entend gérer à sa guise et, il faut l’espérer, de manière plus apaisée.

Videos

International

Le militant pro-démocratie Joshua Wong avant de donner une conférence de presse devant le Conseil législatif (LegCo, le Parlement local) à Hong Kong le 29 octobre 2019 afp.com - Anthony WALLACE

Elections locales à Hong Kong: la candidature de Joshua Wong invalidée

Joshua Wong, figure du mouvement pro-démocratie à Hong Kong, a crié à la "censure" politique en annonçant que sa candidature aux élections locales avait été invalidée, au moment où l'ex-colonie britannique vit sa pire crise politique depuis sa rétrocession en 1997.
L'ancien président Barack Obama le 25 octobre 2019 aux funérailles du parlementaire Elijah Cummings à Baltimore ©AFP, AFP

Obama: le respect des autres n'est pas "un signe de faiblesse"

L'ancien président Barack Obama a fait vendredi l'éloge de l'intégrité dans l'exercice du pourvoir, à l'occasion des funérailles à Baltimore d'Elijah Cummings, élu afro-américain et figure du Congrès. "Il n'y aucune faiblesse dans le fait d'être respectable", a lancé M. Obama, dans une allusion à peine voilée à son successeur Donald Trump qu'il n'a cependant jamais cité nommément.
Un délégué au stand de la société russe d'armement Kalachnikov lors du sommet Russie-Afrique de Sotchi, le 23 octobre 2019. 1/2 © AFP, Andrea PALASCIANO

Chars d'assaut et kalachnikovs: la Russie étale ses armes pour séduire l'Afrique

Kalachnikovs dernier cri, systèmes de défense anti-aérienne et programmes de reconnaissance faciale: le complexe militaire russe a exposé au premier forum Russie-Afrique toute sa panoplie pour charmer le continent africain, qui pèse lourd dans son carnet de commandes.
Certains étudiants américains font sous-traiter leurs devoirs par des jeunes kényans. | ISSOUF SANOGO / AFP

Quand des jeunes du Kenya rédigent les dissertations des étudiants américains

La triche à l’université n’est pas nouvelle. Mais avec Internet, elle peut prendre des dimensions inattendues. Certains étudiants américains font ainsi sous-traiter leurs devoirs par des jeunes Kényans.
John Bolton viré par Trump dont la cote de popularité a encore baissé: elle est de 38%. | BRENDAN SMIALOWSKI/AFP

Pourquoi Donald Trump a viré John Bolton, l'un des faucons de son administration

John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, vient d'être limogé. Ce proche des néoconservateurs et partisan d’une ligne dure en matière de politique étrangère était opposé à un accord en Afghanistan où la guerre fait rage depuis 18 ans ; il avait été écarté des négociations avec les talibans au profit de Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine.
Le Président congolais, Felix Tshisekedi et l'homme d'affaires turc Lokman SEVER

LOKMAN SEVER, l’homme d’affaires dans l’ombre des “affaires” RDC & TURQUIE

Le « bridging » consiste à relier deux mondes, deux univers, deux cultures, ou encore deux états d’une même entreprise, ce concept peut être envisagé de manière individuelle pour faire ” bouger “ les choses entre deux Nations.  Pour ce qui nous concerne en RDC celui que l'on surnomme '' The Bridge ” à Kinshasa utilise ce bridging pour s’avérer particulièrement pertinente dans les context internationaux et multiculturels entre la RDC et la Turquie.
combattants africains

France : Emmanuel Macron lance un "appel aux maires de France" pour renommer des rues en hommage aux soldats africains

Emmanuel Macron a lancé un appel aux maires de France jeudi à Saint-Raphaël (Var), lors des célébrations du 75e anniversaire du débarquement de Provence, les invitant à honorer les combattants africains en baptisant rues et places des communes françaises.