Pourquoi Donald Trump a viré John Bolton, l'un des faucons de son administration

John Bolton viré par Trump dont la cote de popularité a encore baissé: elle est de 38%. | BRENDAN SMIALOWSKI/AFP

John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, vient d'être limogé. Ce proche des néoconservateurs et partisan d’une ligne dure en matière de politique étrangère était opposé à un accord en Afghanistan où la guerre fait rage depuis 18 ans ; il avait été écarté des négociations avec les talibans au profit de Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine.

D’un tweet sans état d’âme, Donald Trump a signé ce mardi l’arrêt de mort politique de John Bolton (70 ans), son conseiller à la sécurité nationale et l’un des faucons de son administration.

Le Président a invoqué des « désaccords » entre lui et son conseiller nommé le 9 avril 2018 (Bolton était alors le 4e à occuper ce poste depuis l’élection de Trump, après les généraux Flynn, Kellogg et McMaster). John Bolton a assuré, peu après le tweet présidentiel, avoir lui-même proposé sa démission.

Le dossier afghan

La décision de Donald Trump ne surprend qu’à moitié. Visiblement, John Bolton avait été mis sur la touche à cause de son positionnement jusqu’au-boutiste sur la question afghane et de sa réticence devant les efforts diplomatiques engagés par Washington depuis l’été 2018 pour parvenir à un accord avec les talibans. Un accord qui relève avant tout de la politique intérieure américaine et de la perspective de la campagne électorale de 2020. Trump n’a-t-il pas promis, à maintes reprises, à ses électeurs de réduire la présence militaire américaine en Afghanistan ?

Le week-end dernier, l’annulation surprise d’un sommet jusqu’alors secret entre Trump, le président afghan Ghani et des chefs talibans, semblait avoir conforté la posture belliciste de John Bolton qui refusait, non pas une réduction des effectifs américains sur place, mais tout accord avec les talibans à qui, selon lui, on ne peut faire confiance.

Divergences nombreuses

Mais les « désaccords » semblent avoir été plus profonds, tant avec Donald Trump qu’avec Mike Pompeo, le secrétaire d’État chargé des Affaires étrangères dont l’influence discrète grandit au sein de l’équipe rapprochée du président américain.

 Ces désaccords portent, non seulement sur l’Afghanistan, mais aussi sur les dossiers de l’Iran (Bolton préconisait une frappe aérienne en riposte à la destruction d’un drone américain par les Iraniens), du Venezuela (il souhaitait prépositionner une brigade de combat en Colombie voisine), de la Corée du Nord (Bolton aurait contribué à torpiller le rapprochement avec Kim Jong Un). Autant de dossiers que Donald Trump entend gérer à sa guise et, il faut l’espérer, de manière plus apaisée.

Videos

International

Donald Trump / Source Reuters

Coronavirus : Critiquée par Donald Trump, la Chine l’accuse de « fuir ses responsabilités »

Le torchon brûle depuis plusieurs jours entre Pékin et Washington. Après avoir déclenché une polémique en qualifiant le Covid-19 de « virus chinois », Donald Trump a déclaré jeudi 19 mars que le monde payait « le prix fort » pour la lenteur chinoise à communiquer sur le nouveau coronavirus. En réponse au président américain, la Chine l’accuse ce vendredi de « fuir ses responsabilités ».
Michael Bloomberg se retire de la campagne présidentielle/ Reuters

USA: Le milliardaire Michael Bloomberg jette l’éponge et soutient Joe Biden

Au lendemain d’un « Super Tuesday » raté, le magnat des médias et ancien maire de New York a annoncé qu’il se retirait de la course à l’investiture démocrate. Michael Bloomberg appelle à voter Joe Biden.
Le président russe Vladimir Poutine

Pour Vladimir Poutine, un mariage n'est possible qu'entre "un homme et une femme"

Cette déclaration du président russe a eu lieu lors d'une rencontre avec un groupe de travail formé par le Kremlin pour plancher sur la réforme constitutionnelle proposée en janvier par le chef d'Etat russe. Un mariage, c'est une union entre un homme et une femme", a déclaré jeudi 13 février Vladimir Poutine, lors d'une rencontre avec un groupe de travail formé par le Kremlin pour plancher sur la réforme constitutionnelle proposée en janvier par le chef d'Etat russe. 
L’ancien ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini, mercredi au Sénat, à Rome. Photo Roberto Monaldo. Lapresse. AP

Le Sénat italien renvoie en justice Matteo Salvini pour avoir bloqué des migrants

Le Sénat italien a renvoyé mercredi en justice Matteo Salvini, le chef de l'extrême droite, accusé de séquestration de personnes pour avoir bloqué un bateau de migrants au large de la Sicile quand il était ministre de l'Intérieur. Le résultat du vote sera annoncé officiellement à 18H00 GMT, mais le tableau électronique vu par plusieurs journalistes de l'AFP, indiquant pendant quelques secondes le résultat du scrutin, a permis d'établir clairement son renvoi en justice, confirmé par tous les médias italiens.
 Des migrants à Malaga, en octobre dernier. AFP

L'Espagne aura besoin de «millions et de millions de migrants» selon le ministre des Migrations

L'Espagne, qui compte actuellement quelque 47 millions d'habitants, va devoir ouvrir ses portes. Selon José Luis Escriva, ministre espagnol de la Sécurité sociale, de l'inclusion et des migrations, la trajectoire démographique du pays est si inquiétante que "nous aurons besoin de 8 ou 9 millions de personnes juste pour garder notre population active au même niveau", a-t-il estimé, jeudi 16 janvier lors du Forum de l'OCDE sur les migrations, à Paris.
Le président français Emmanuel Macron

Sahel : Emmanuel Macron se dit prêt à revoir les « modalités d’intervention » de la France

Près de 4.500 militaires français de l’opération Barkhane sont mobilisés, depuis août 2014, dans la bande sahélo-saharienne pour combattre le terrorisme Emmanuel Macron a annoncé jeudi 28 novembre qu'il était prêt à revoir "toutes les options stratégiques" de la France au Sahel. Le président français a réclamé à ses alliés une "plus grande implication" contre "le terrorisme" dans la région, après avoir reçu le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.
Le militant pro-démocratie Joshua Wong avant de donner une conférence de presse devant le Conseil législatif (LegCo, le Parlement local) à Hong Kong le 29 octobre 2019 afp.com - Anthony WALLACE

Elections locales à Hong Kong: la candidature de Joshua Wong invalidée

Joshua Wong, figure du mouvement pro-démocratie à Hong Kong, a crié à la "censure" politique en annonçant que sa candidature aux élections locales avait été invalidée, au moment où l'ex-colonie britannique vit sa pire crise politique depuis sa rétrocession en 1997.