Pourquoi Donald Trump a viré John Bolton, l'un des faucons de son administration

John Bolton viré par Trump dont la cote de popularité a encore baissé: elle est de 38%. | BRENDAN SMIALOWSKI/AFP

John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, vient d'être limogé. Ce proche des néoconservateurs et partisan d’une ligne dure en matière de politique étrangère était opposé à un accord en Afghanistan où la guerre fait rage depuis 18 ans ; il avait été écarté des négociations avec les talibans au profit de Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine.

D’un tweet sans état d’âme, Donald Trump a signé ce mardi l’arrêt de mort politique de John Bolton (70 ans), son conseiller à la sécurité nationale et l’un des faucons de son administration.

Le Président a invoqué des « désaccords » entre lui et son conseiller nommé le 9 avril 2018 (Bolton était alors le 4e à occuper ce poste depuis l’élection de Trump, après les généraux Flynn, Kellogg et McMaster). John Bolton a assuré, peu après le tweet présidentiel, avoir lui-même proposé sa démission.

Le dossier afghan

La décision de Donald Trump ne surprend qu’à moitié. Visiblement, John Bolton avait été mis sur la touche à cause de son positionnement jusqu’au-boutiste sur la question afghane et de sa réticence devant les efforts diplomatiques engagés par Washington depuis l’été 2018 pour parvenir à un accord avec les talibans. Un accord qui relève avant tout de la politique intérieure américaine et de la perspective de la campagne électorale de 2020. Trump n’a-t-il pas promis, à maintes reprises, à ses électeurs de réduire la présence militaire américaine en Afghanistan ?

Le week-end dernier, l’annulation surprise d’un sommet jusqu’alors secret entre Trump, le président afghan Ghani et des chefs talibans, semblait avoir conforté la posture belliciste de John Bolton qui refusait, non pas une réduction des effectifs américains sur place, mais tout accord avec les talibans à qui, selon lui, on ne peut faire confiance.

Divergences nombreuses

Mais les « désaccords » semblent avoir été plus profonds, tant avec Donald Trump qu’avec Mike Pompeo, le secrétaire d’État chargé des Affaires étrangères dont l’influence discrète grandit au sein de l’équipe rapprochée du président américain.

 Ces désaccords portent, non seulement sur l’Afghanistan, mais aussi sur les dossiers de l’Iran (Bolton préconisait une frappe aérienne en riposte à la destruction d’un drone américain par les Iraniens), du Venezuela (il souhaitait prépositionner une brigade de combat en Colombie voisine), de la Corée du Nord (Bolton aurait contribué à torpiller le rapprochement avec Kim Jong Un). Autant de dossiers que Donald Trump entend gérer à sa guise et, il faut l’espérer, de manière plus apaisée.

Videos

International

L'ex-marine américain Paul Whelan, accusé d'espionnage, arrive au tribunal moscovite de Lefortovo pour une audience, le 24 octobre 2019

Russie : 18 ans de prison requis contre un Américain accusé d'espionnage

Le parquet russe a requis lundi une peine de 18 ans de camp contre Paul Whelan, un ex-marine américano-britannique jugé pour espionnage dans une affaire qui empoisonne les relations déjà compliquées entre
Ahmaud Arbery, joggeur de 25 ans assassiné en Géorgie (USA) fin février

Vive émotion aux Etats-Unis après le meurtre d'Ahmaud Arbery par deux hommes blancs

Les appels de responsables politiques, stars et internautes se multipliaient jeudi 7 mai aux États-Unis pour demander l’inculpation de deux hommes blancs accusés d’avoir tué un joggeur noir de 25 ans en Géorgie fin février. 
Donald Trump à Washington, le 27 avril 2020 - © MANDEL NGAN - AFP

Coronavirus : Trump a été alerté plus d'une douzaine de fois en janvier-février

Le président américain Donald Trump a été à maintes reprises alerté quant aux dangers du nouveau coronavirus dans des rapports des services de renseignements en janvier et février, a indiqué lundi le Washington Post.
Capture d'écran d'une vidéo montrant des élèves de retour à l'école à Hangzhou (Chine), le 26 avril 2020. (PEOPLE'S DAILY CHINA)

En Chine, des écoliers retournent en classe avec des chapeaux de distanciation sociale

Un petit air de carnaval pour la rentrée. Pour leur retour en classe, dimanche 26 avril, des élèves chinois ont arboré des chapeaux surmontés de tiges d'un mètre visant à leur rappeler les consignes de distanciation sociale face au Covid-19. Ces images proviennent d'une école primaire de Hangzhou, dans la province du Zhejiang, dans l'est de la Chine.
En seulement trois semaines, près de 17 millions d’Américains se sont inscrits au chômage.

Coronavirus : Ces Américains qui font la « grève du loyer », la peur au ventre

"Je risque gros, mais je n’ai pas le choix" : Terra Thomas résume ainsi sa décision de faire la grève du loyer, un mouvement naissant aux États-Unis chez les nouveaux chômeurs, pris entre le marteau et l’enclume."Je n’ai plus de revenus. Le choix c’était de donner mes dernières économies à mon propriétaire, qui possède une entreprise multi-millionnaire, ou de garder cet argent pour manger et payer mon assurance-santé", raconte cette habitante d’Oakland, dans la baie de San Francisco.
Des personnes avec un masque à Central Park, à New York, le 17 mars dernier. • ©William Volcov / BRAZIL PHOTO PRESS / Brazil Photo Press via AFP

Coronavirus : Aux États-Unis, les Noirs meurent plus que les autres

Cela a tout à voir avec la pauvreté de cette communauté qui représente 12,9 % de la population. Des centaines d’avocats et de médecins ont écrit au ministre de la Santé. Ils veulent voir les statistiques, pour s’assurer que les Afro-Américains ne sont pas moins bien soignés.
Maeve Kennedy McKean, 40 ans, et son fils Gideon, 8 ans, ne sont pas revenus jeudi d'une sortie dans la baie de Chesapeake. | AFP / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / MIKE PONT

USA : Deux membres de la famille Kennedy portés disparus

Deux membres de la famille Kennedy étaient portés disparus vendredi après une balade en canoë. Maeve Kennedy McKean, 40 ans, et son fils Gideon, 8 ans, ne sont pas revenus jeudi d’une sortie dans la baie de Chesapeake.Deux membres de la famille Kennedy, dont une petite-nièce du président assassiné John Kennedy, étaient portés disparus vendredi après une balade en canoë, selon les autorités du Maryland, une nouvelle tragédie au sein de la dynastie politique la plus célèbre des États-Unis.