Pour Vladimir Poutine, un mariage n'est possible qu'entre "un homme et une femme"

Le président russe Vladimir Poutine

Cette déclaration du président russe a eu lieu lors d'une rencontre avec un groupe de travail formé par le Kremlin pour plancher sur la réforme constitutionnelle proposée en janvier par le chef d'Etat russe. 

Un mariage, c'est une union entre un homme et une femme", a déclaré jeudi 13 février Vladimir Poutine, lors d'une rencontre avec un groupe de travail formé par le Kremlin pour plancher sur la réforme constitutionnelle proposée en janvier par le chef d'Etat russe.

 

"C'est une bonne idée et elle doit être soutenue. Il nous faut juste réfléchir de quelle manière la formuler et où", a estimé le président russe, après une proposition faite par la députée conservatrice Olga Batalina de fixer dans la Constitution que le gouvernement doit soutenir "les valeurs familiales traditionnelles".

 

Selon Olga Batalina, la notion de famille est actuellement en danger en raison des tentatives d'introduire de nouveaux termes comme "parent numéro un" et "parent numéro deux". "Ce n'est pas une fantaisie, c'est une réalité dans plusieurs pays", s'est alarmée la députée, qui représente le parti au pouvoir Russie unie à la Douma d'Etat (chambre basse du Parlement) et qui a activement soutenu dans le passé la loi interdisant la "propagande homosexuelle" dans le pays.

 

Préparer l'après 2024 

 

Le maître du Kremlin a créé la surprise en annonçant en janvier que la Russie avait besoin d'amender sa Constitution écrite en 1993 et a formé un groupe de travail composé de dizaines de députés et de célébrités russes pour préparer les amendements.

 

Pour beaucoup d'analystes, Vladimir Poutine organise avec cette réforme l'après 2024, en se laissant le maximum de portes ouvertes pour préserver son influence tout en quittant le poste de président puisqu'il ne peut plus se représenter. De son côté, Vladimir Poutine affirme que ses récentes propositions de révisions constitutionnelles ne visent pas à "prolonger son pouvoir", alors qu'il pilote le pays depuis vingt ans.

 

Avec AFP 

 

Videos

International

L'explosion serait le résultat d'un incident au port de Beyrouth

Liban : ce que l'on sait des explosions survenues à Beyrouth

Au moins 50 personnes sont mortes et 2 750 ont été blessées dans les deux explosions survenues à Beyrouth (Liban), mardi 4 août, selon un nouveau bilan annoncé un peu avant 22 heures par le ministre de la Santé libanais, Hamad Hassan. Les fortes déflagrations, qui ont eu lieu dans la zone du port et dont l'origine n'était pas connue dans l'immédiat, ont été entendues dans plusieurs secteurs de la ville. Le Premier ministre a d'ores et déjà annoncé un jour de deuil national mercredi.
Le président brésilien Jair Bolsonaro

Brésil : Bolsonaro, en quarantaine, annonce qu’il va subir un nouveau test

Le président brésilien Jair Bolsonaro, en quarantaine depuis une semaine après avoir été testé positif au coronavirus, a annoncé lundi qu’il allait subir un nouveau test et qu’il avait hâte de reprendre ses activités normales. Jair Bolsonaro s’exprimait dans une interview téléphonique avec la chaîne de télévision CNN Brasil depuis sa résidence officielle à Brasilia, le palais d’Alvorada, où il est confiné.

Belgique : Anvers déboulonne une statue de l'ex-roi Léopold II, figure du passé colonial

Une statue de l'ancien roi des Belges Léopold II, figure du passé colonial de la Belgique, a été retirée d'un square mardi 9 juin à Anvers (région flamande) pour être entreposée dans les réserves d'un musée local.
Des travailleuses éthiopiennes attendent devant le consulat de leur pays à Beyrouth afin de s'inscrire pour un rapatriement, le 18 mai 2020. (JOSEPH EID / AFP)

Mises à la porte par leurs employeurs sans être payées, des travailleuses éthiopiennes victimes de la crise au Liban

Des dizaines d'Ethiopiennes travaillant au Liban comme domestiques se retrouvent abandonnées par leurs employeurs qui ne peuvent plus les payer en raison de la crise économique que traverse le pays. La pandémie de coronavirus a envenimé la situation.Des travailleuses abandonnées
Angela Merkel

Angela Merkel dénonce le « meurtre » raciste de George Floyd

Angela Merkel a dénoncé ce jeudi 4 juin le meurtre de l’Afro-Américain George Floyd par des policiers et le racisme qui frappe selon elle une société américaine très polarisée."Mes exigences en politique sont toujours d’essayer de rassembler les gens, de les réconcilier" a également répondu la chancelière, interrogée sur la chaîne publique allemande ZDF au sujet du style politique, qu’elle a jugé très controversé, de Donald Trump.
Au milieu de l'image, Assa Traoré, la soeur d'Adama Traoré, lors d'une manifestation en juin 2017

France / Mort d'Adama Traoré : le plaquage ventral a causé le décès, selon une contre-expertise demandée par les parties civiles

La contre-expertise demandée par la famille d’Adama Traoré estime que le plaquage ventral opéré par les gendarmes lors de l’arrestation du jeune homme il y a quatre ans est à l’origine de sa mort, a appris franceinfo auprès de l’avocat de la famille d’Adama Traoré mardi 2 juin.

France / Mort d'Adama Traoré : plusieurs dizaines de milliers de personnes rassemblées en France contre les violences policières

Une foule impressionante est venue faire entendre sa voix contre les violences policières, mardi 2 juin au soir, à l'appel du comité de soutien à la famille d'Adama Traoré, jeune homme noir de 24 ans mort en 2016 après son interpellation, qui organisait un rassemblement sur le parvis du tribunal judiciaire de Paris (17e arrondissement). Des manifestations ont également eu lieu à Lille (Nord) mais aussi à Marseille (Bouches-du-Rhône) et Lyon (Rhône).