Moushira Khattab, la seule candidate africaine à la direction de l'UNESCO a toutes ses chances

Moushira Khattab, Candidate au poste de Directeur Général de l’UNESCO

 

À partir du 9 octobre, les 58 membres du Conseil exécutif voteront, à bulletin secret, pour choisir, à la majorité des voix, parmi neuf candidats, celui qui succédera à la Bulgare Irina Bukova et deviendra, pour quatre ans, le nouveau directeur général de l'UNESCO

CAIRO, Égypte, 8 octobre 2017/ -- Egyptienne, ancienne Ministre d’Etat chargée de la famille et de la population, Vice-Présidente du Bureau international des droits des enfants, Moushira Khattab est dans le dernier sprint pour le poste de Directrice Générale de l’UNESCO.À partir du 9 octobre, les 58 membres du Conseil exécutif voteront, à bulletin secret, pour choisir, à la majorité des voix, parmi neuf candidats, celui qui succédera à la Bulgare Irina Bukova et deviendra, pour quatre ans, le nouveau directeur général de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, les sciences et la culture.Les 195 États membres entérineront le vote du Conseil exécutif.Cette année, la bataille risque d'être rude entre les trois candidats de pays arabes, dont principalement l'Égyptienne Moushira Khattab, diplomate de carrière, ancienne ministre de la Famille, militante des droits de l’enfants et des femmes, et le Qatari Hamad Al-Kuwari, ex-ministre de la Culture, qui se vante de ne pas arriver à l'UNESCO « les mains vides » !...Face à eux une candidate libanaise en sachant que le candidat irakien vient de se retirer de la course pour soutenir l’égyptienne. Face à eux, Audrey Azoulay, ancienne ministre de la Culture de François Hollandea ses chances même si les derniers jours de campagne ont montré de grosses fragilités. Le soutien français est loin d’être unanime : l’ancien Ministre français de la Culture, Jack Lang, et actuel Président de l’Institut du Monde Arabe (IMA) ne la soutient pas. De fait, la candidature française est une nouveauté qui ne fait pas que des heureux : la France abrite le siège de l'Organisation et avait pour tradition de ne pas présenter de candidat selon un accord tacite. Par ailleurs, rien ne dit qu’Azoulay ait le soutien de son pays d’origine, le Maroc.En revanche une chose est certaine, Moushira Khattab a le soutien du continent et de l’Union africaine. Outre le retrait du candidat Irakien en sa faveur prélude à un ralliement du camp arabe, une forte mobilisation africaine s’organise autour de l’Égyptienne. Le Ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, et le Président de la Commission Africaine, Moussa Faki (et ancien ministre des affaires étrangères du Tchad), sont arrivés à Paris pour soutenir la candidate. Ils ont été rejoints par le ministre des Affaires étrangères de Sierra Leone, Samura Kamara, et de nombreux responsables de l’Union Africaine. Objectif : voir l’UNESCO dirigée pour la première fois par une femme africaine.« Je veux faire de l'UNESCO une organisation efficace et transparente. Quand la situation est telle qu'elle est aujourd'hui, il n'est pas question de « business as usual ». La première chose à faire est de restaurer la confiance entre les États membres et l'organisation, d'une part, et entre les différents secteurs et niveaux de l'UNESCO eux-mêmes, d'autre part », a déclaré la candidate dans une interview au Point.Face aux menaces de la radicalisation, du terrorisme et de l’extrémisme, qui menacent la paix et le dialogue entre les cultures, la communauté internationale doit se mobiliser en urgence, selon la candidate. Au premier rang, l’Unesco doit se mettre en ordre de marche sur la base de convictions fortes articulées sur des valeurs affichées, une méthode renouvelée et des priorités claires et lisibles dans ses missions : l’éducation, l’autonomisation des jeunes, l’égalité des genres et enfin l’Afrique pour contribuer activement à l’agenda mondial des Objectifs de développement durable (ODD) à l’horizon 2030 et lutter efficacement contre l’extrémisme et la radicalisation. Ce double objectif est un impératif.« Qui mieux qu'une femme arabe et musulmane, qui dispose des qualifications requises, peut parler contre tous les radicalismes ? », conclut-elle.De fait, l’UNESCO serait bien inspirée de se choisir une femme, arabe et africaine

 

Videos

International

Dimanche soir, James Comey a accordé une longue interview à la chaîne américaine ABC. | Capture d'écran

Pour l’ex-chef du FBI James Cormey, Donald Trump est « moralement inapte » à présider

Lors d'une interview à la chaîne de télévision ABC diffusée dimanche, l’ancien directeur du FBI James Comey n'a pas mâché ses mots sur Donald Trump. Pour lui, l'actuel occupant de la Maison Blanche est « moralement inapte » à diriger les États-Unis.Donald Trump a proféré dimanche une nouvelle bordée d’insultes à l’endroit de l’ancien directeur du FBI James Comey, qui dans une interview diffusée dans la soirée sur la chaîne de télévision ABC estime que le président américain est « moralement inapte » à exercer ses fonctions.
Photo provenant du site internet de l'agence de presse officielle syrienne le 14 avril 2018 d'une explosion dans la banlieue de Damas après des frappes aériennes d'Occidentaux / © SYRIAN GOVERNMENT'S CENTRAL MILITARY MEDIA/AFP / Handout / STR

Les Etats-Unis et leurs alliés lancent des frappes ciblées en Syrie

Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont lancé samedi des frappes ciblées en Syrie pour punir le régime de Bachar al-Assad accusé par Donald Trump d'avoir mené des attaques chimiques "monstrueuses". Au moment même où le président américain annonçait ces frappes depuis la Maison Blanche, des détonations ont été entendues à Damas, marquant un nouveau chapitre dans ce pays ravagé par une guerre sanglante et complexe qui dure depuis sept ans.
Le président français Emmanuel Macron (G) et son homologue russe Vladimir Poutine au sommet du G20 à Hambourg, Allemagne, 8 juillet 2017.

Poutine met Macron en garde contre tout "acte irréfléchi et dangereux"

Le président français a regretté le nouveau veto russe au Conseil de sécurité qui a empêché une réponse "unie et ferme" de l'ONU à la suite de l'attaque chimique présumée. Mais Poutine l'a mis en garde contre tout acte irréfléchi.
Luiz Inacio Lula da Silva, à gauche, ex-président brésilien (2003-2011), lors d'une messe catholique à la mémoire de sa défunte épouse Marisa Leticia, à Sao Paulo, Brésil, 7 avril 2018.

Lula empêché de se rendre à la police par des sympathisants au Brésil

L'ex-président brésilien Lula a été empêché samedi de se rendre à la police par quelques dizaines de sympathisants lors de scènes chaotiques, quelques heures après avoir annoncé qu'il allait purger une lourde peine de prison, selon des journalistes de l'AFP à Sao Bernardo do Campo (sud).
L'ex-président brésilien Lula ©DR

La Cour suprême du Brésil donne son feu vert à l'incarcération de l'ex-président Lula

L'ex-président brésilien Lula, mythe vivant de la gauche, pourrait se retrouver prochainement derrière les barreaux après le rejet jeudi par la Cour suprême d'une demande d'habeas Corpus pour lui éviter la prison avant l'épuisement de tous les recours possibles. Une décision loin d'être unanime: la demande a été rejetée par six voix contre cinq, à l'issue de débats qui se sont étendus 11 heures durant, à six mois d'une élection présidentielle pour laquelle il était donné favori.
Le chef du laboratoire militaire britannique a déclaré qu'il n'avait pas été capable de déterminer que l'agent innervant utilisé pour empoisonner l'ancien espion russe Sergueï Skripal. | BEN STANSALL/AFP

Ex-espion empoisonné : Pas de preuve que l'agent innervant utilisé provient de Russie

Les scientifiques britanniques chargés d'étudier le poison utilisé pour tuer l'ex-espion russe Sergueï Skripal disent qu'ils n'ont pas été capables d'établir que l'agent innervant venait de Russie.Le chef du laboratoire militaire britannique de Porton Down a déclaré qu'il n'avait pas été capable de déterminer que l'agent innervant utilisé pour empoisonner l'ancien espion russe Sergueï Skripal provenait de Russie, ce mardi dans un entretien avec Sky News.
Benjamin Netanyahu en conférence de presse à Jérusalem, ce lundi 2 avril. | RONEN ZVULUN/REUTERS

Israël : Netanyahu annule l’accord avec l'ONU sur les migrants africains

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé, ce mardi 3 avril, l’annulation de l’accord avec l'ONU qui prévoyait la régularisation de milliers de migrants africains en Israël et la réinstallation d’un nombre similaire dans des pays occidentaux.