Maduro remercie Poutine pour son soutien "politique et diplomatique"

Le président russe Vladimir Poutine, à droite, reçoit son homologue vénézuélien, Nicolas Maduro, au Kremlin, Moscou, 4 octobre 2017.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro, en visite à Moscou, a remercié mercredi son homologue russe Vladimir Poutine pour son "soutien politique et diplomatique" alors que le Venezuela est confronté à une grave crise politique et économique.

"Je vous remercie pour votre soutien politique et diplomatique dans les moments difficiles que nous surmontons", a déclaré M. Maduro au début d'une rencontre avec Vladimir Poutine au Kremlin, pendant laquelle les deux chefs d'Etat doivent notamment discuter d'une éventuelle restructuration de la dette vénézuélienne vis-a-vis de la Russie.

Nicolas Maduro est à la recherche d'alliances après les sanctions imposées par les États-Unis au Venezuela, incluant l'interdiction de négocier la dette de son pays et en particulier celle de PDVSA, l'entreprise pétrolière nationale.

"Nous voyons que le Venezuela traverse des moments difficiles. Nous avons l'impression que vous avez cependant réussi à établir un contact avec les forces politiques qui s'opposent à vous", a déclaré de son côté le président russe.

La Russie avait prêté en 2011 à Caracas 2,8 milliards de dollars pour des achats d'armements russes, notamment des chars et des missiles, puis avait décidé de restructurer cette dette en repoussant le calendrier des remboursement, évoquant des délais trop courts prévus par l'accord initial.

Alors que le Venezuela traverse de lourdes difficultés financières, l'hypothèse d'une nouvelle restructuration devait être évoquée mercredi par les deux chefs d'Etat, a indiqué le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

"Nous avons été sujets à une persécution financière ces trois dernières années", avait déclaré plus tôt Nicolas Maduro lors d'une conférence sur l'énergie à Moscou.

"Le Venezuela est un pays solvable avec une réputation de bon payeur. Mais ces trois dernières années, les banques occidentales ont refusé de financer ou de prêter un seul dollar au Venezuela", a-t-il ajouté.

Avec AFP

 

Videos

International

Dimanche soir, James Comey a accordé une longue interview à la chaîne américaine ABC. | Capture d'écran

Pour l’ex-chef du FBI James Cormey, Donald Trump est « moralement inapte » à présider

Lors d'une interview à la chaîne de télévision ABC diffusée dimanche, l’ancien directeur du FBI James Comey n'a pas mâché ses mots sur Donald Trump. Pour lui, l'actuel occupant de la Maison Blanche est « moralement inapte » à diriger les États-Unis.Donald Trump a proféré dimanche une nouvelle bordée d’insultes à l’endroit de l’ancien directeur du FBI James Comey, qui dans une interview diffusée dans la soirée sur la chaîne de télévision ABC estime que le président américain est « moralement inapte » à exercer ses fonctions.
Photo provenant du site internet de l'agence de presse officielle syrienne le 14 avril 2018 d'une explosion dans la banlieue de Damas après des frappes aériennes d'Occidentaux / © SYRIAN GOVERNMENT'S CENTRAL MILITARY MEDIA/AFP / Handout / STR

Les Etats-Unis et leurs alliés lancent des frappes ciblées en Syrie

Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont lancé samedi des frappes ciblées en Syrie pour punir le régime de Bachar al-Assad accusé par Donald Trump d'avoir mené des attaques chimiques "monstrueuses". Au moment même où le président américain annonçait ces frappes depuis la Maison Blanche, des détonations ont été entendues à Damas, marquant un nouveau chapitre dans ce pays ravagé par une guerre sanglante et complexe qui dure depuis sept ans.
Le président français Emmanuel Macron (G) et son homologue russe Vladimir Poutine au sommet du G20 à Hambourg, Allemagne, 8 juillet 2017.

Poutine met Macron en garde contre tout "acte irréfléchi et dangereux"

Le président français a regretté le nouveau veto russe au Conseil de sécurité qui a empêché une réponse "unie et ferme" de l'ONU à la suite de l'attaque chimique présumée. Mais Poutine l'a mis en garde contre tout acte irréfléchi.
Luiz Inacio Lula da Silva, à gauche, ex-président brésilien (2003-2011), lors d'une messe catholique à la mémoire de sa défunte épouse Marisa Leticia, à Sao Paulo, Brésil, 7 avril 2018.

Lula empêché de se rendre à la police par des sympathisants au Brésil

L'ex-président brésilien Lula a été empêché samedi de se rendre à la police par quelques dizaines de sympathisants lors de scènes chaotiques, quelques heures après avoir annoncé qu'il allait purger une lourde peine de prison, selon des journalistes de l'AFP à Sao Bernardo do Campo (sud).
L'ex-président brésilien Lula ©DR

La Cour suprême du Brésil donne son feu vert à l'incarcération de l'ex-président Lula

L'ex-président brésilien Lula, mythe vivant de la gauche, pourrait se retrouver prochainement derrière les barreaux après le rejet jeudi par la Cour suprême d'une demande d'habeas Corpus pour lui éviter la prison avant l'épuisement de tous les recours possibles. Une décision loin d'être unanime: la demande a été rejetée par six voix contre cinq, à l'issue de débats qui se sont étendus 11 heures durant, à six mois d'une élection présidentielle pour laquelle il était donné favori.
Le chef du laboratoire militaire britannique a déclaré qu'il n'avait pas été capable de déterminer que l'agent innervant utilisé pour empoisonner l'ancien espion russe Sergueï Skripal. | BEN STANSALL/AFP

Ex-espion empoisonné : Pas de preuve que l'agent innervant utilisé provient de Russie

Les scientifiques britanniques chargés d'étudier le poison utilisé pour tuer l'ex-espion russe Sergueï Skripal disent qu'ils n'ont pas été capables d'établir que l'agent innervant venait de Russie.Le chef du laboratoire militaire britannique de Porton Down a déclaré qu'il n'avait pas été capable de déterminer que l'agent innervant utilisé pour empoisonner l'ancien espion russe Sergueï Skripal provenait de Russie, ce mardi dans un entretien avec Sky News.
Benjamin Netanyahu en conférence de presse à Jérusalem, ce lundi 2 avril. | RONEN ZVULUN/REUTERS

Israël : Netanyahu annule l’accord avec l'ONU sur les migrants africains

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé, ce mardi 3 avril, l’annulation de l’accord avec l'ONU qui prévoyait la régularisation de milliers de migrants africains en Israël et la réinstallation d’un nombre similaire dans des pays occidentaux.