Luigi Di Maio accuse la France "d’appauvrir l’Afrique", l’ambassadrice d’Italie convoquée

Luigi Di Maio, vice-président du Conseil italien accuse la France d'aggraver la crise migratoire.©DR

Les tensions diplomatiques entre la France et l’Italie se sont accentuées ce lundi après les propos, dimanche, du vice-président du Conseil italien.

L’ambassadrice d’Italie en France a été convoquée ce lundi au ministère français des Affaires étrangères après des propos tenus dimanche par le vice-président du Conseil italien, Luigi Di Maio. Celui-ci a accusé la France "d’appauvrir l’Afrique" et d’aggraver la crise migratoire.

Luigi Di Maio a souhaité que l’Union européenne prenne "des sanctions" contre les pays qui, à commencer par la France, sont selon lui à l’origine du drame des migrants en Méditerranée en les "faisant partir" d’Afrique. "Si aujourd’hui il y a des gens qui partent, c’est parce que certains pays européens, la France en tête, n’ont jamais cessé de coloniser des dizaines de pays africains", a-t-il déclaré.

"Colonies africaines"

Le chef politique du Mouvement 5 Étoiles (M5S, antisystème), qui gouverne avec la Ligue (extrême droite) de Matteo Salvini et est aussi ministre du Développement économique, a ajouté : "Il y a des dizaines de pays africains où la France imprime une monnaie, le franc des colonies, et avec cette monnaie, elle finance la dette publique française".

"Si la France n’avait pas les colonies africaines, parce que c’est ainsi qu’il faut les appeler, elle serait la 15e puissance économique mondiale alors qu’elle est parmi les premières grâce à ce qu’elle est en train de faire en Afrique", avait-il argué.

Relations tendues

"Le directeur de cabinet de la ministre chargée des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, a convoqué l’ambassadrice d’Italie (Teresa Castaldo) à la suite des propos inacceptables et sans objet tenus par des autorités italiennes hier", a-t-on indiqué ce lundi au cabinet de la ministre. Les relations entre Paris et Rome sont extrêmement tendues depuis l’arrivée au pouvoir de l’extrême-droite alliée aux antisystème en Italie en juin 2018.

Luigi Di Maio et le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini ont apporté de façon très démonstrative leur soutien aux gilets jaunes, mouvement social qui bouscule la présidence d’Emmanuel Macron en France. Matteo Salvini a accusé le président français de gouverner "contre son peuple" et enfoncé le clou en allant jusqu’à souhaiter son départ ("Plus vite il rentre chez lui, mieux ça vaut !", a-t-il lancé).

Avec AFP

Videos

International

Donald Trump / Source Reuters

Coronavirus : Critiquée par Donald Trump, la Chine l’accuse de « fuir ses responsabilités »

Le torchon brûle depuis plusieurs jours entre Pékin et Washington. Après avoir déclenché une polémique en qualifiant le Covid-19 de « virus chinois », Donald Trump a déclaré jeudi 19 mars que le monde payait « le prix fort » pour la lenteur chinoise à communiquer sur le nouveau coronavirus. En réponse au président américain, la Chine l’accuse ce vendredi de « fuir ses responsabilités ».
Michael Bloomberg se retire de la campagne présidentielle/ Reuters

USA: Le milliardaire Michael Bloomberg jette l’éponge et soutient Joe Biden

Au lendemain d’un « Super Tuesday » raté, le magnat des médias et ancien maire de New York a annoncé qu’il se retirait de la course à l’investiture démocrate. Michael Bloomberg appelle à voter Joe Biden.
Le président russe Vladimir Poutine

Pour Vladimir Poutine, un mariage n'est possible qu'entre "un homme et une femme"

Cette déclaration du président russe a eu lieu lors d'une rencontre avec un groupe de travail formé par le Kremlin pour plancher sur la réforme constitutionnelle proposée en janvier par le chef d'Etat russe. Un mariage, c'est une union entre un homme et une femme", a déclaré jeudi 13 février Vladimir Poutine, lors d'une rencontre avec un groupe de travail formé par le Kremlin pour plancher sur la réforme constitutionnelle proposée en janvier par le chef d'Etat russe. 
L’ancien ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini, mercredi au Sénat, à Rome. Photo Roberto Monaldo. Lapresse. AP

Le Sénat italien renvoie en justice Matteo Salvini pour avoir bloqué des migrants

Le Sénat italien a renvoyé mercredi en justice Matteo Salvini, le chef de l'extrême droite, accusé de séquestration de personnes pour avoir bloqué un bateau de migrants au large de la Sicile quand il était ministre de l'Intérieur. Le résultat du vote sera annoncé officiellement à 18H00 GMT, mais le tableau électronique vu par plusieurs journalistes de l'AFP, indiquant pendant quelques secondes le résultat du scrutin, a permis d'établir clairement son renvoi en justice, confirmé par tous les médias italiens.
 Des migrants à Malaga, en octobre dernier. AFP

L'Espagne aura besoin de «millions et de millions de migrants» selon le ministre des Migrations

L'Espagne, qui compte actuellement quelque 47 millions d'habitants, va devoir ouvrir ses portes. Selon José Luis Escriva, ministre espagnol de la Sécurité sociale, de l'inclusion et des migrations, la trajectoire démographique du pays est si inquiétante que "nous aurons besoin de 8 ou 9 millions de personnes juste pour garder notre population active au même niveau", a-t-il estimé, jeudi 16 janvier lors du Forum de l'OCDE sur les migrations, à Paris.
Le président français Emmanuel Macron

Sahel : Emmanuel Macron se dit prêt à revoir les « modalités d’intervention » de la France

Près de 4.500 militaires français de l’opération Barkhane sont mobilisés, depuis août 2014, dans la bande sahélo-saharienne pour combattre le terrorisme Emmanuel Macron a annoncé jeudi 28 novembre qu'il était prêt à revoir "toutes les options stratégiques" de la France au Sahel. Le président français a réclamé à ses alliés une "plus grande implication" contre "le terrorisme" dans la région, après avoir reçu le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.
Le militant pro-démocratie Joshua Wong avant de donner une conférence de presse devant le Conseil législatif (LegCo, le Parlement local) à Hong Kong le 29 octobre 2019 afp.com - Anthony WALLACE

Elections locales à Hong Kong: la candidature de Joshua Wong invalidée

Joshua Wong, figure du mouvement pro-démocratie à Hong Kong, a crié à la "censure" politique en annonçant que sa candidature aux élections locales avait été invalidée, au moment où l'ex-colonie britannique vit sa pire crise politique depuis sa rétrocession en 1997.