Le Palais des congres accueille une exposition éphémère pour mettre en valeur l’art comme levier de la coopération Europe - Méditerranée - Afrique

Forum des Diasporas Africaines

A l’occasion du Forum des Diasporas Africaines qui se tiendra le 22 juin 2018 sous le haut-patronage d’Emmanuel Macron, le Palais des Congrès accueillera une exposition éphémère pour mettre en valeur l’art et les cultures africaines. En sus de l’exposition, une table-ronde sera organisée autour de « l’art africain, levier de soft power ».

Les arts d’Afrique, un soft power a exploiter pour redéfinir l’influence du continent

Envisagé comme un levier pour accélérer la coopération entre l’Europe, la Méditerranée et l’Afrique, le secteur artistique se voit attribuer une place de choix dans cette première édition du Forum des Diasporas Africaines. Ainsi, en clôture de la journée se tiendra une table-ronde ayant pour thème « l’art comme soft power sur le continent africain ». La conférence réunira des experts de ce secteur, invités à débattre autour du financement de la culture et du marché de l’art en Afrique, du rapatriement des oeuvres ou encore du rayonnement artistique du continent africain.

Parmi les intervenants de cette table ronde qui débutera des 18h15 :

Mme Salimata Diop, Directrice du Musée de la photographie de Saint-Louis – Sénégal ;

Mr Sansy Kaba Diakité, Commissaire général de Conakry Capitale mondiale du livre (CCML) et directeur de L’Harmattan-Guinée ;

Mr Stéphane Brabant, Avocat associé & Co-Chairman du groupe Afrique mondedu Cabinet Herbert Smith Freehills

Mr Charles Houdart, Chargé de mission Industries Culturelles et Créatives a Agence Française de Développement.

Une traversée au coeur du continent visant à l’exalter les cinq sens

Le Forum des Diasporas Africaines sera également l’occasion de découvrir une exposition éphémère sur les arts d’Afrique, installée en parallèle d’un cocktail de clôture. Celle-ci se voudra plus précisément une traversée au coeur du continent africain au fil de laquelle les participants pourront découvrir des oeuvres faisant appel à leurs différents sens. L’occasion pour les participants de découvrir ou de redécouvrir des artistes de renom, tels qu’Imane AYISSI (mode), Alun BE (photographie), Elis BOND (art culinaire), Amsa CISSE (sculpture), Josue COMOE (peinture), Aissa DIONE (textile) MAISON INTEGRE (design), Abdoulaye KONATE (tenture), Atsoupé KPOGNON (peinture), Dounia TAMRI-LOEPER (design) et Barthélémy TOGUO (céramique), moustapha maiga (teinture).

 

La sélection d’oeuvres sera réalisée par le cabinet de curiosités Nelly WANDJI.

 

Benjamin Mampuya

COMPAGNIE GÉNÉRALE DE COMMUNICATION

 

 

Videos

International

La procureure de la CPI, Fatou Bensouda, n'a pas l'intention de se laisser influencer par les menaces des États-Unis. © BAS CZERWINSKI / ANP / AFP/ BAS CZERWINSKI

Les États-Unis ont menacé les magistrats de la CPI s'ils s'en prennent à leurs alliés

Entre la CPI et les États-Unis, rien ne va plus. Les États-Unis ont menacé les magistrats de la Cour s'ils s'en prennent à leurs alliés.
Le président chinois Xi Jinping donne un discours, lors de l'ouverture d'un vaste sommet Chine-Afrique à Pékin (Chine), le 3 septembre 2018. (MADOKA IKEGAMI / AFP)

La Chine promet 60 milliards de dollars d'aide "sans conditions" à l'Afrique

La Chine, premier partenaire commercial de l'Afrique, a promis, lundi 3 septembre, 60 milliards de dollars au continent, le président Xi Jinping vantant une aide "sans conditions", face aux critiques de l'Occident. Pékin est volontiers accusé d'imposer à ses partenaires un endettement intenable via d'onéreux crédits.
Le sommet est l'occasion pour le président chinois Xi Jinping de célébrer ses "Nouvelles routes de la soie".

L'Afrique en sommet à Pékin, qui défend ses investissements

La Chine accueille lundi des dirigeants de 53 pays africains pour un sommet célébrant la coopération économique entre le géant asiatique et le continent, qui soulève des craintes quant à l'endettement de certaines nations envers Pékin.Durant deux jours, le 7e Forum sur la coopération sino-africaine réunit dans la capitale chinoise de nombreux chefs d'Etat et de gouvernement. Parmi eux, l'Ivoirien Alassane Ouattara, le Sud-Africain Cyril Ramaphosa ou encore le Congolais Denis Sassou Nguesso. 
Kofi Annan, décédé samedi à l'âge de 80 ans, a marqué de son empreinte les Nations unies, à la tête de l'organisation pendant dix ans ©DR

Mort de Kofi Annan, ancien secrétaire général de l’ONU et prix Nobel de la paix

Kofi Annan, décédé samedi à l'âge de 80 ans, a marqué de son empreinte les Nations unies, à la tête de l'organisation pendant dix ans, devenant le seul ancien dirigeant de l'ONU à avoir, jusqu'ici, accédé au rang de vedette de la diplomatie mondiale. Ce diplomate de carrière, charismatique sans être flamboyant, a contribué à rendre l'ONU plus présente sur la scène internationale pendant ses deux mandats, de 1997 à 2007.
Le ministre des affaires étrangères, Adel bin Ahmed Al-Jubeir.

L'Arabie saoudite expulse l'ambassadeur du Canada après des critiques sur les droits de l'Homme

L'Arabie saoudite a annoncé lundi 5 août qu'elle avait décidé d'expulser l'ambassadeur du Canada à Ryad et de geler toute relation commerciale, en réplique aux critiques répétées d'Ottawa sur la répression des militants de droits de l'Homme.Le royaume saoudien a donné 24 heures au diplomate canadien pour quitter le pays et rappelle son ambassadeur au Canada "pour consultations", dans un soudain durcissement des relations entre ces deux pays.
Le président français Emmanuel Macron ©DR

Affaire Benalla - Macron sort du silence : "Le seul responsable, c'est moi, qu'ils viennent me chercher"

Dans l'affaire Benalla, "le responsable c'est moi", a affirmé mardi le président français Emmanuel Macron devant des députés de la majorité, disant avoir ressenti les "actes du 1er-Mai" de son collaborateur comme "une trahison", selon des propos rapportés.
Image d'illustration : Luiz Inacio Lula da Silva en avril 2018 © Ricardo Moraes Source: Reuters

Brésil : un juge annule l'ordre de libération de l'ex-président Lula

Un juge de la cour d'appel du Brésil a annulé ce 8 juillet un ordre de libération de l'ex-président Lula da Silva, qui avait été pris plus tôt par un autre magistrat de la même cour. Condamné pour corruption, il n'a cessé de clamer son innocence.