Laurent Gbagbo reste en prison à la CPI

L'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo devant la CPI, le 19 Juillet 2017.© CPI

La chambre d'appel de la Cour pénale internationale (CPI) a cassé mercredi une décision refusant de libérer l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo pour le reste de son procès et ordonné à la chambre de première instance de réexaminer sa situation.

L’ancien président ivoirien en prison à la Cour pénale internationale, à La Haye reste en détention, selon une décision annoncée mercredi par la CPI.

Premier ex-chef d'État remis à la CPI, Laurent Gbagbo avait fait appel en mars de la décision de la Cour de le maintenir en détention à La Haye pendant toute la durée de son procès pour crimes contre l'humanité commis lors de violences post-électorales ayant déchiré la Côte d'Ivoire en 2010-2011.

"La chambre d'appel décide d'annuler la décision remise en question et ordonne à la chambre de première instance de mener un nouvel examen quant à savoir si M. Gbagbo devrait continuer à être détenu ou devrait être libéré avec ou sans conditions", a déclaré le juge Piotr Hofmanski, faisant état d'"erreurs" lors du premier jugement.

L'ancien président, âgé aujourd'hui de 72 ans, et Charles Blé Goudé, ancien chef du mouvement des Jeunes patriotes fidèles à Laurent Gbagbo, sont accusés de quatre chefs de crimes contre l'humanité: meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains. Les deux hommes ont plaidé non coupable.

Les violences avaient fait plus de 3.000 morts en cinq mois, entre décembre 2010 et avril 2011, dans les deux camps, lors de cette crise née du refus de l'ex-chef de l'Etat de céder le pouvoir à son rival Alassane Ouattara, reconnu vainqueur de la présidentielle de 2010.

Cette crise, émaillée d'exactions perpétrées par les deux camps, avait paralysé pendant plusieurs mois ce pays, premier producteur mondial de cacao et moteur économique de l'Afrique de l'Ouest.

Le procès, qui devrait durer trois à quatre ans, s'est ouvert le 28 janvier 2016 à La Haye. Laurent Gbagbo avait été livré à la CPI en 2011 et "le procureur est toujours dans le processus de collecte de preuves", a souligné M. Hofmanski.

En mars, la défense avait de nouveau demandé la libération conditionnelle de l'ancien chef d'Etat, arguant qu'il était "déjà détenu depuis presque six ans" et qu'il souffrait de "maladies qui l'affectent tant physiquement que psychologiquement".

"La chambre de première instance aurait dû prendre en considération la durée que M. Gbagbo a passé en détention et (déterminer) si la détention de M. Gbagbo continue d'être raisonnable", a affirmé le juge.

L'ancien président ivoirien restera en détention jusqu'à ce que la question soit réexaminée.

AFP

Videos

International

Le président russe Vladimir Poutine

Pour Vladimir Poutine, un mariage n'est possible qu'entre "un homme et une femme"

Cette déclaration du président russe a eu lieu lors d'une rencontre avec un groupe de travail formé par le Kremlin pour plancher sur la réforme constitutionnelle proposée en janvier par le chef d'Etat russe. Un mariage, c'est une union entre un homme et une femme", a déclaré jeudi 13 février Vladimir Poutine, lors d'une rencontre avec un groupe de travail formé par le Kremlin pour plancher sur la réforme constitutionnelle proposée en janvier par le chef d'Etat russe. 
L’ancien ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini, mercredi au Sénat, à Rome. Photo Roberto Monaldo. Lapresse. AP

Le Sénat italien renvoie en justice Matteo Salvini pour avoir bloqué des migrants

Le Sénat italien a renvoyé mercredi en justice Matteo Salvini, le chef de l'extrême droite, accusé de séquestration de personnes pour avoir bloqué un bateau de migrants au large de la Sicile quand il était ministre de l'Intérieur. Le résultat du vote sera annoncé officiellement à 18H00 GMT, mais le tableau électronique vu par plusieurs journalistes de l'AFP, indiquant pendant quelques secondes le résultat du scrutin, a permis d'établir clairement son renvoi en justice, confirmé par tous les médias italiens.
 Des migrants à Malaga, en octobre dernier. AFP

L'Espagne aura besoin de «millions et de millions de migrants» selon le ministre des Migrations

L'Espagne, qui compte actuellement quelque 47 millions d'habitants, va devoir ouvrir ses portes. Selon José Luis Escriva, ministre espagnol de la Sécurité sociale, de l'inclusion et des migrations, la trajectoire démographique du pays est si inquiétante que "nous aurons besoin de 8 ou 9 millions de personnes juste pour garder notre population active au même niveau", a-t-il estimé, jeudi 16 janvier lors du Forum de l'OCDE sur les migrations, à Paris.
Le président français Emmanuel Macron

Sahel : Emmanuel Macron se dit prêt à revoir les « modalités d’intervention » de la France

Près de 4.500 militaires français de l’opération Barkhane sont mobilisés, depuis août 2014, dans la bande sahélo-saharienne pour combattre le terrorisme Emmanuel Macron a annoncé jeudi 28 novembre qu'il était prêt à revoir "toutes les options stratégiques" de la France au Sahel. Le président français a réclamé à ses alliés une "plus grande implication" contre "le terrorisme" dans la région, après avoir reçu le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.
Le militant pro-démocratie Joshua Wong avant de donner une conférence de presse devant le Conseil législatif (LegCo, le Parlement local) à Hong Kong le 29 octobre 2019 afp.com - Anthony WALLACE

Elections locales à Hong Kong: la candidature de Joshua Wong invalidée

Joshua Wong, figure du mouvement pro-démocratie à Hong Kong, a crié à la "censure" politique en annonçant que sa candidature aux élections locales avait été invalidée, au moment où l'ex-colonie britannique vit sa pire crise politique depuis sa rétrocession en 1997.
L'ancien président Barack Obama le 25 octobre 2019 aux funérailles du parlementaire Elijah Cummings à Baltimore ©AFP, AFP

Obama: le respect des autres n'est pas "un signe de faiblesse"

L'ancien président Barack Obama a fait vendredi l'éloge de l'intégrité dans l'exercice du pourvoir, à l'occasion des funérailles à Baltimore d'Elijah Cummings, élu afro-américain et figure du Congrès. "Il n'y aucune faiblesse dans le fait d'être respectable", a lancé M. Obama, dans une allusion à peine voilée à son successeur Donald Trump qu'il n'a cependant jamais cité nommément.
Un délégué au stand de la société russe d'armement Kalachnikov lors du sommet Russie-Afrique de Sotchi, le 23 octobre 2019. 1/2 © AFP, Andrea PALASCIANO

Chars d'assaut et kalachnikovs: la Russie étale ses armes pour séduire l'Afrique

Kalachnikovs dernier cri, systèmes de défense anti-aérienne et programmes de reconnaissance faciale: le complexe militaire russe a exposé au premier forum Russie-Afrique toute sa panoplie pour charmer le continent africain, qui pèse lourd dans son carnet de commandes.