L’Italie paie-t-elle des milices libyennes pour bloquer les migrants ?

Un garde-côte libyen patrouille en mer, au large de Sabratha et Zawiyah. PHOTO TAHA JAWASHI /

D’après une enquête très documentée d’Associated Press, l’Italie ne se contenterait pas de soutenir les gardes-côtes libyens pour qu’ils empêchent les départs de migrants. Elle se serait entendue, directement, avec des milices qui, jusque-là, pratiquaient le trafic d’êtres humains.

Comment expliquer que les importants flux migratoires entre les côtes libyennes et italiennes aient soudainement baissé cet été ? Le mois de juillet a vu deux fois moins d’arrivées que juillet 2016, quant au mois d’août, en date du 29, il atteignait 86 % d’arrivées en moins qu’août 2016.

Cette forte diminution, écrit Associated Press, peut s’expliquer par les conditions en mer et par le travail des gardes-côtes libyens qui, en vertu d’un accord avec l’Union européenne (UE),bloquent les départs de migrants, interceptent les bateaux, et reconduisent leurs passagers dans des centres de rétention en Libye.

Mais elle s’explique aussi largement par des accords conclus avec les deux milices les plus puissantes de Sabratha , ville côtière de l’ouest libyen d’où partent la plupart des migrants africains qui tentent la traversée vers l’Italie.”

Liaisons dangereuses

L’enquête d’Associated Press, qui a beaucoup fait parler d’elle, avance en réalité deux informations. La première concerne le gouvernement de Faiez Serraj, installé à Tripoli (l’un des gouvernements qui se disputent la légitimité en Libye), auquel l’UEfournit formations, financement et matériel en échange des opérations de blocage des migrants effectuées par ses gardes-côtes.

D’après les nombreuses sources consultées par AP, ce gouvernement de Tripoli “a payé des milices qui, jusque-là, étaient impliquées dans le trafic de migrants pour qu’elles empêchent désormais les migrants de prendre la mer”.

L’accord entre Serraj et l’UE prévoit certes que les fonds puissent financer des “activités de réinsertion par l’emploi” à l’intention des trafiquants, indique l’article. “Mais cette mission ne va sans doute pas jusqu’à permettre de les engager dans la lutte contre les migrants.” Sans compter le risque, dans le contexte du chaos libyen, que ces milices, armées et financées, “reprennent à tout moment leur trafic ou se retournent contre le gouvernement”.

La deuxième information qu’apporte cette enquête est l’implication directe de l’Italie, sans l’entremise du gouvernement Serraj.

“Le rôle de l’Italie reste à éclaircir”, admet la reporter. La version officielle est que Rome n’a conclu aucun arrangement : “L’État italien ne négocie pas avec les trafiquants”, a déclaré le ministre italien des Affaires étrangères, Marco Minniti.

Mais plusieurs sources sur place ont soutenu le contraire. Parmi elles, “deux fonctionnaires de Sabratha, l’un responsable des services de sécurité, l’autre policier, ont pourtant eux affirmé que l’Italie s’était directement entendue avec les milices”.D’après le premier, ce sont les services secrets italiens, et pas des représentants du gouvernement, qui s’en sont chargés.

Lire la suite

Videos

International

Maeve Kennedy McKean, 40 ans, et son fils Gideon, 8 ans, ne sont pas revenus jeudi d'une sortie dans la baie de Chesapeake. | AFP / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / MIKE PONT

USA : Deux membres de la famille Kennedy portés disparus

Deux membres de la famille Kennedy étaient portés disparus vendredi après une balade en canoë. Maeve Kennedy McKean, 40 ans, et son fils Gideon, 8 ans, ne sont pas revenus jeudi d’une sortie dans la baie de Chesapeake.Deux membres de la famille Kennedy, dont une petite-nièce du président assassiné John Kennedy, étaient portés disparus vendredi après une balade en canoë, selon les autorités du Maryland, une nouvelle tragédie au sein de la dynastie politique la plus célèbre des États-Unis.
Donald Trump / Source Reuters

Coronavirus : Critiquée par Donald Trump, la Chine l’accuse de « fuir ses responsabilités »

Le torchon brûle depuis plusieurs jours entre Pékin et Washington. Après avoir déclenché une polémique en qualifiant le Covid-19 de « virus chinois », Donald Trump a déclaré jeudi 19 mars que le monde payait « le prix fort » pour la lenteur chinoise à communiquer sur le nouveau coronavirus. En réponse au président américain, la Chine l’accuse ce vendredi de « fuir ses responsabilités ».
Michael Bloomberg se retire de la campagne présidentielle/ Reuters

USA: Le milliardaire Michael Bloomberg jette l’éponge et soutient Joe Biden

Au lendemain d’un « Super Tuesday » raté, le magnat des médias et ancien maire de New York a annoncé qu’il se retirait de la course à l’investiture démocrate. Michael Bloomberg appelle à voter Joe Biden.
Le président russe Vladimir Poutine

Pour Vladimir Poutine, un mariage n'est possible qu'entre "un homme et une femme"

Cette déclaration du président russe a eu lieu lors d'une rencontre avec un groupe de travail formé par le Kremlin pour plancher sur la réforme constitutionnelle proposée en janvier par le chef d'Etat russe. Un mariage, c'est une union entre un homme et une femme", a déclaré jeudi 13 février Vladimir Poutine, lors d'une rencontre avec un groupe de travail formé par le Kremlin pour plancher sur la réforme constitutionnelle proposée en janvier par le chef d'Etat russe. 
L’ancien ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini, mercredi au Sénat, à Rome. Photo Roberto Monaldo. Lapresse. AP

Le Sénat italien renvoie en justice Matteo Salvini pour avoir bloqué des migrants

Le Sénat italien a renvoyé mercredi en justice Matteo Salvini, le chef de l'extrême droite, accusé de séquestration de personnes pour avoir bloqué un bateau de migrants au large de la Sicile quand il était ministre de l'Intérieur. Le résultat du vote sera annoncé officiellement à 18H00 GMT, mais le tableau électronique vu par plusieurs journalistes de l'AFP, indiquant pendant quelques secondes le résultat du scrutin, a permis d'établir clairement son renvoi en justice, confirmé par tous les médias italiens.
 Des migrants à Malaga, en octobre dernier. AFP

L'Espagne aura besoin de «millions et de millions de migrants» selon le ministre des Migrations

L'Espagne, qui compte actuellement quelque 47 millions d'habitants, va devoir ouvrir ses portes. Selon José Luis Escriva, ministre espagnol de la Sécurité sociale, de l'inclusion et des migrations, la trajectoire démographique du pays est si inquiétante que "nous aurons besoin de 8 ou 9 millions de personnes juste pour garder notre population active au même niveau", a-t-il estimé, jeudi 16 janvier lors du Forum de l'OCDE sur les migrations, à Paris.
Le président français Emmanuel Macron

Sahel : Emmanuel Macron se dit prêt à revoir les « modalités d’intervention » de la France

Près de 4.500 militaires français de l’opération Barkhane sont mobilisés, depuis août 2014, dans la bande sahélo-saharienne pour combattre le terrorisme Emmanuel Macron a annoncé jeudi 28 novembre qu'il était prêt à revoir "toutes les options stratégiques" de la France au Sahel. Le président français a réclamé à ses alliés une "plus grande implication" contre "le terrorisme" dans la région, après avoir reçu le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.