L’Italie paie-t-elle des milices libyennes pour bloquer les migrants ?

Un garde-côte libyen patrouille en mer, au large de Sabratha et Zawiyah. PHOTO TAHA JAWASHI /

D’après une enquête très documentée d’Associated Press, l’Italie ne se contenterait pas de soutenir les gardes-côtes libyens pour qu’ils empêchent les départs de migrants. Elle se serait entendue, directement, avec des milices qui, jusque-là, pratiquaient le trafic d’êtres humains.

Comment expliquer que les importants flux migratoires entre les côtes libyennes et italiennes aient soudainement baissé cet été ? Le mois de juillet a vu deux fois moins d’arrivées que juillet 2016, quant au mois d’août, en date du 29, il atteignait 86 % d’arrivées en moins qu’août 2016.

Cette forte diminution, écrit Associated Press, peut s’expliquer par les conditions en mer et par le travail des gardes-côtes libyens qui, en vertu d’un accord avec l’Union européenne (UE),bloquent les départs de migrants, interceptent les bateaux, et reconduisent leurs passagers dans des centres de rétention en Libye.

Mais elle s’explique aussi largement par des accords conclus avec les deux milices les plus puissantes de Sabratha , ville côtière de l’ouest libyen d’où partent la plupart des migrants africains qui tentent la traversée vers l’Italie.”

Liaisons dangereuses

L’enquête d’Associated Press, qui a beaucoup fait parler d’elle, avance en réalité deux informations. La première concerne le gouvernement de Faiez Serraj, installé à Tripoli (l’un des gouvernements qui se disputent la légitimité en Libye), auquel l’UEfournit formations, financement et matériel en échange des opérations de blocage des migrants effectuées par ses gardes-côtes.

D’après les nombreuses sources consultées par AP, ce gouvernement de Tripoli “a payé des milices qui, jusque-là, étaient impliquées dans le trafic de migrants pour qu’elles empêchent désormais les migrants de prendre la mer”.

L’accord entre Serraj et l’UE prévoit certes que les fonds puissent financer des “activités de réinsertion par l’emploi” à l’intention des trafiquants, indique l’article. “Mais cette mission ne va sans doute pas jusqu’à permettre de les engager dans la lutte contre les migrants.” Sans compter le risque, dans le contexte du chaos libyen, que ces milices, armées et financées, “reprennent à tout moment leur trafic ou se retournent contre le gouvernement”.

La deuxième information qu’apporte cette enquête est l’implication directe de l’Italie, sans l’entremise du gouvernement Serraj.

“Le rôle de l’Italie reste à éclaircir”, admet la reporter. La version officielle est que Rome n’a conclu aucun arrangement : “L’État italien ne négocie pas avec les trafiquants”, a déclaré le ministre italien des Affaires étrangères, Marco Minniti.

Mais plusieurs sources sur place ont soutenu le contraire. Parmi elles, “deux fonctionnaires de Sabratha, l’un responsable des services de sécurité, l’autre policier, ont pourtant eux affirmé que l’Italie s’était directement entendue avec les milices”.D’après le premier, ce sont les services secrets italiens, et pas des représentants du gouvernement, qui s’en sont chargés.

Lire la suite

Videos

International

Emmanuel Macron et Jean-Yves Le Drian

La France accuse l'Italie d'ingérence et rappelle son ambassadeur

La France a rappelé son ambassadeur en Italie pour "des consultations" après une série de "déclarations outrancières" et "d’attaques sans fondement" et sans "précédent" de responsables italiens, a annoncé jeudi le ministère français des Affaires étrangères. "Les dernières ingérences constituent une provocation supplémentaire et inacceptable", a déclaré la porte-parole du Quai d’Orsay dans un communiqué.
Recep Tayyip Erdogan, président du parti turc pour la justice et le développement (AK), prononce un discours le 5 février 2019. | ADEM ALTAN / AFP

Venezuela: Erdogan accuse l'UE de chercher à renverser Maduro au mépris de la "démocratie"

Le président turc a accusé, l’Union européenne de chercher à renverser le président vénézuélien Nicolás Maduro. « On sait maintenant ce qu’est l’UE », indique-t-il.
Luigi Di Maio, vice-président du Conseil italien accuse la France d'aggraver la crise migratoire.©DR

Luigi Di Maio accuse la France "d’appauvrir l’Afrique", l’ambassadrice d’Italie convoquée

Les tensions diplomatiques entre la France et l’Italie se sont accentuées ce lundi après les propos, dimanche, du vice-président du Conseil italien. L’ambassadrice d’Italie en France a été convoquée ce lundi au ministère français des Affaires étrangères après des propos tenus dimanche par le vice-président du Conseil italien, Luigi Di Maio. Celui-ci a accusé la France "d’appauvrir l’Afrique" et d’aggraver la crise migratoire.
L'ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo et Blé Goudé

CPI: Laurent Gbagbo et Blé Goudé acquittés et libérés

L'ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé jugés par la Cour pénale internationale, ont été acquitté ce mardi de crimes contre l'humanité.
De la viande de zèbre, vendue en supermarché. © Fondation 30 Millions d'Amis / Pixabay

Du zèbre d’Afrique du Sud est vendu en France par les supermarchés

Du zèbre d’Afrique du Sud est vendu en France par les supermarchés Auchan, Carrefour, Intermarché, Houra et Cora... Ces plats préparés ont choqué les internautes qui ont fait part – en nombre – de leur réprobation sur les réseaux sociaux. A l’heure où la biodiversité s’effondre, la vente au rayon alimentation d’un produit issu d’une espèce menacée d’extinction laisse perplexe. L’enquête de 30millionsdamis.fr.
Maison endommagée par un tsunami à Carita, en Indonésie, le 23 décembre 2018.

Plus de 220 morts après un tsunami "volcanique" en Indonésie

Plus de 220 personnes ont été tuées et plusieurs centaines blessées lorsqu'un tsunami provoqué par une éruption volcanique a soudain déferlé sur les plages du détroit indonésien de la Sonde, ont annoncé dimanche les autorités en disant craindre un bilan encore plus lourd.
Emmanuel Macron et Donald Trump Crédit Image : Nicholas Kamm / AFP

Paris demande à Trump de ne pas se mêler de politique intérieure française

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a invité dimanche le président américain Donald Trump, qui a commenté par une série de tweets critiques le mouvement populaire des "gilets jaunes" en France, à ne pas se mêler de politique intérieure française. "Je dis à Donald Trump et le président de la République (Emmanuel Macron) le lui a dit aussi : nous ne prenons pas partie dans les débats américains, laissez-nous vivre notre vie de nation", a-t-il déclaré dans l'émission Le Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI.