France : L’alibi non vérifié de Tariq Ramadan

Tariq Ramadan le 5 avril 2015

Une réservation de billet d’avions, qui contredit les déclarations de l’une des plaignantes accusant l’islamologue de viols, n’a étrangement pas fait l’objet de vérifications. Le débat sur la détention de Tariq Ramadan sera tranché mardi.

C'est un élément embarrassant dans l'enquête sensible visant Tariq Ramadan, mis en examen vendredi pour viols et placé en détention provisoire dans l'attente du débat qui se déroulera mardi devant le juge des libertés et de la détention (JLD). Selon nos informations, un document important pour la manifestation de la vérité s'est mystérieusement égaré au parquet de Paris avant de réapparaître très tardivement.

En l'espèce, il s'agit de la réservation du billet d'avion entre Londres et Lyon pris par l'islamalogue le 9 octobre 2009, date de l'agression présumée dénoncée par l'une des plaignantes. Le document indique que le prédicateur, qui devait participer le soir même à 20h30 à une conférence dans la capitale des Gaules, se serait posé à l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry à 18h35.

Pour ses défenseurs, cette information fragilise considérablement les déclarations de son accusatrice qui explique avoir été violée «dans l'après-midi». N'ayant pas été informé de l'existence de cette pièce avant jeudi dernier, les enquêteurs n'ont pas été en mesure de confirmer ou d'infirmer cet alibi, en envoyant une réquisition à la compagnie aérienne par exemple.

Dénonçant un «défaut de communication» qui porte «gravement préjudice à Monsieur Ramadan», ses avocats, Mes Yassine Bouzrou et Julie Granier, ont envoyé ce lundi après-midi un courrier à la Garde des Sceaux pour demander la saisine de l'Inspection générale de la justice.

Les enquêteurs ne savent pas de quoi il retourne

La réservation d'avion fait partie d'une note adressée le 6 décembre dernier par les avocats de Tariq Ramadan à la section P20 du parquet de Paris, c'est-à-dire la section chargée de diriger l'enquête préliminaire ouverte le 20 octobre dernier. Dans un e-mail du 7 décembre, le service de l'accueil et du bureau d'ordre pénal du parquet accuse pourtant réception de la note, précisant que le courrier «a été transmis au service compétent».

Alors que le théologien est placé en garde à vue mercredi dernier, ses avocats s'étonnent qu'à aucun moment les enquêteurs du 2e district de police judiciaire (DPJ) ne l'interrogent sur son alibi. Et pour cause : ils ne savent pas de quoi il retourne. En urgence, Mes Bouzrou et Granier envoient un courrier au parquet de Paris pour obtenir des explications. Les policiers en font manifestement de même comme en atteste un procès-verbal rédigé jeudi après-midi par une capitaine du 2e DPJ : «Sommes avisés électroniquement par Madame L. de la réception d'un courrier adressé par Me Bouzrou au parquet de Paris en date du 6 décembre 2017. Madame L. nous indique que la section P20 n'a jamais été destinataire de ce courrier, sans raison connue».

La perte temporaire de la note n'est donc pas contestée. Le procès-verbal décrit ensuite le contenu de ce courrier vieux de près de deux mois. La réservation du billet d'avion fait enfin son entrée dans la procédure le 1er février à 15h45, à quelques minutes seulement de la confrontation entre Tariq Ramadan et son accusatrice. L'islamologue sera mis en examen et incarcéré le lendemain à l'issue de sa présentation devant les juges d'instruction sans que ce fameux alibi ne soit vérifié. Contacté, le parquet de Paris «ne souhaite pas faire de commentaire».

 

Videos

International

Oxfam

Scandale Oxfam : l'ONG visée par de nouvelles accusations de viol au Soudan du Sud

Le scandale entourant l'ONG Oxfam s'étend avec de nouvelles accusations, cette fois de viol contre certains de ses employés au Soudan du Sud, mettant en cause le fonctionnement de ce type d'organisation.
Tariq Ramadan est théologien, professeur d'université | Mehdi Fedouach / AFP

Tariq Ramadan a fait appel de son placement en détention provisoire

Tariq Ramadan a fait appel de sa mise en détention provisoire. Son recours sera examinée par la cour d'appel de Paris. Le théologien et professeur d'université est mis en examen depuis le 2 février pour viol et viol sur personne vulnérable. Deux femmes l'accusent d'avoir abusé d'elles lors de rendez-vous donnés dans des hôtels en marge de ses conférences en France.
Aden, le 31 janvier 2018 REUTERS/Fawaz Salman.

85.000 déplacés en 10 semaines suite aux violences au Yémen

Les Nations unies ont annoncé vendredi que le regain de violences au Yémen avait poussé quelque 85.000 personnes à fuir leur foyer en dix semaines, depuis le 1er décembre.Un peu plus de 70% ont fui les violences qui ont redoublé d'intensité dans les provinces de Hodeida et de Taëz, sur la côte ouest, selon les statistiques publiées par le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).
De la fumée et des débris s’élèvent après un bombardement à Damas, Syrie, 25 septembre 2017.

L'armée syrienne affirme avoir intercepté des missiles israéliens

La défense antiaérienne de l'armée syrienne a annoncé mercredi avoir intercepté et détruit des missiles israéliens tirés sur une position militaire près de Damas."Ce matin à l'aube, des appareils israéliens ont tiré plusieurs missiles depuis l'espace aérien libanais sur une de nos positions militaires près de Damas", a indiqué l'armée dans un communiqué diffusé par l'agence officielle Sana.
Tariq Ramadan le 5 avril 2015

France : L’alibi non vérifié de Tariq Ramadan

Une réservation de billet d’avions, qui contredit les déclarations de l’une des plaignantes accusant l’islamologue de viols, n’a étrangement pas fait l’objet de vérifications. Le débat sur la détention de Tariq Ramadan sera tranché mardi.
Un jeune Italien soupçonné d'être l'auteur d'une fusillade perpétrée à partir d'une voiture ce samedi 3 février 2018 à Macerata (Italie), a été arrêté par la police, qui a annoncé que les personnes blessées par les tirs étaient des étrangers. — Guido Picchio/AP/SIPA

Italie: Une fusillade raciste choque le pays à un mois des législatives

L’expédition punitive contre des Africains qui a fait six blessés samedi à Macerata, dans le centre de l’Italie, a glacé le pays à un mois jour pour jour des élections législatives. Luca Traini, 28 ans, crâne rasé, tatouage d’inspiration fasciste sur la tempe, a vidé samedi matin deux chargeurs avec un pistolet semi-automatique dans les rues de Macerata, une commune de 43.000 habitants non loin de la côte Adriatique, blessant cinq hommes et une femme originaires du Mali, du Ghana et du Nigeria.
Lee Jae-Yong — Chung Sung-Jun / POOL / AFP

Corée du Sud: Jugé pour corruption, l'héritier de Samsung obtient sa libération en appel

Une cour d’appel sud-coréenne a confirmé ce lundi la culpabilité de l’héritier de l’empire Samsung Lee Jae-Yong, jugé pour corruption, mais ramené sa condamnation à une peine de prison avec sursis et ordonné sa libération immédiate.