Donald Trump limoge un responsable qui conteste ses accusations de fraude électorale

Le président sortant Donald Trump lors d'un meeting de campagne à Fayetteville en Caroline du Nord, le 2 novembre 2020 ( AFP / Brendan Smialowski )

Donald Trump a persisté à contester sa défaite à la présidentielle américaine en limogeant mardi le patron de l'agence gouvernementale en charge de la sécurité des élections, qui défend la probité du scrutin.

Des machines qui auraient "changé" les votes pour Trump en voix pour Joe Biden, les votes de personnes décédées...

Deux semaines après l'élection du 3 novembre, le président sortant affirme toujours qu'il a gagné et fait état, sans preuves, d'irrégularités lors de l'élection, alors qu'il est contredit par ses propres agences. 

Le limogeage de Chris Krebs, directeur de l'agence de cybersécurité et de sécurité, qui a déclaré que la présidentielle avait été "la plus sûre de l'histoire des Etats-Unis", a été annoncé par Donald Trump par un bref message sur Twitter.

"La récente déclaration de Chris Krebs sur la sécurité des élections de 2020 était très inexacte, puisqu'il y a eu des irrégularités et des fraudes massives", a écrit le président sur son réseau social favori.

"C'est pourquoi, Chris Krebs a été démis de ses fonctions (...) avec effet immédiat."

"Ce fut un honneur", a réagi l'intéressé dans un tweet assorti du mot-dièse #Protéger2020. Chris Krebs aurait dit à des amis la semaine dernière qu'il s'attendait à être limogé.

- "Pathétique" -

L'annonce de Donald Trump a immédiatement été dénoncée par l'opposition démocrate qui appelle à accélérer le processus de transition vers la présidence de Joe Biden.

"Chris Krebs est fonctionnaire extraordinaire et la personne même que les Américains souhaitent voir protéger la sécurité de nos élections. Le choix du président de le limoger simplement parce qu'il a son agence avait souligné dans un communiqué publié la semaine dernière, signé par d'autres organismes américains, qu'il n'y avait "aucune preuve d'un système de vote ayant effacé, perdu ou changé des bulletins, ou ayant été piraté de quelque façon que ce soit". dit la vérité en dit long", a réagi le vice-président du Sénat chargé du renseignement, Mark Warner. 

"Il est pathétique, mais tristement prévisible, que le maintien et la protection de nos processus démocratiques soient une cause de licenciement", a pour sa part dénoncé le chef démocrate de la puissante commission du Renseignement de la Chambre des représentants, Adam Schiff.

L'ancienne candidate à la présidentielle, la sénatrice Elizabeth Warren a qualifié le limogeage "d'abus de pouvoir" par un président "faible et désespéré".

Nancy Pelosi, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, a affirmé que Chris Krebs était "profondément respecté" et qu'il avait été limogé pour avoir "dit la vérité au pouvoir et rejeté la campagne constante de Trump" sur des fraudes électorales.

Le sénateur républicain Richard Burr a pour sa part estimé que Chris Krebbs et son équipe "ont oeuvré sans relâche pour renforcer notre infrastructure électorale".

Si une poignée d'élus républicains du Congrès ont rapidement reconnu la victoire du démocrate, de nombreux autres sont restés silencieux ou ont soutenu publiquement les accusations de fraudes lancées par Donald Trump.

Le 45e président des Etats-Unis, qui a échoué à se faire réélire, contrairement à ses trois prédécesseurs directs Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton, a dès le jour de l'élection, adopté une posture très belliqueuse, promettant une véritable guérilla judiciaire. 

Depuis l'annonce, le 8 novembre, de la victoire de Joe Biden, la plupart des dirigeants de la planète l'ont félicité, renforçant l'idée que personne - ni aux Etats-Unis, ni ailleurs - ne prenait véritablement au sérieux les actions en justice engagées par l'équipe Trump. 

En l'absence d'éléments probants accréditant l'hypothèse de fraudes électorales massives, la plupart de ces recours ont d'ailleurs depuis été rejetés par les tribunaux. 

Comme dans une réalité parallèle, ses ministres et conseillers les plus fidèles assurent pourtant préparer le terrain pour "un second mandat Trump".

Et les partisans du président, une marée de casquettes rouges "Make America Great Again", auprès de qui Donald Trump n'a cessé de s'entourer dans les dernières heures de sa campagne, continuent d'être bombardés de demandes de participation financière pour "défendre l'élection".

En face, Joe Biden poursuit ses préparatifs pour son futur mandat. L'ancien vice-président démocrate a nommé mardi une dizaine de membres de son équipe de campagne, dont une moitié de femmes et un influent élu noir, pour l'entourer à la Maison Blanche, où il prendra ses fonctions le 20 janvier.

AFP

Videos

International

Le président sortant Donald Trump lors d'un meeting de campagne à Fayetteville en Caroline du Nord, le 2 novembre 2020 ( AFP / Brendan Smialowski )

Donald Trump limoge un responsable qui conteste ses accusations de fraude électorale

Donald Trump a persisté à contester sa défaite à la présidentielle américaine en limogeant mardi le patron de l'agence gouvernementale en charge de la sécurité des élections, qui défend la probité du scrutin.Des machines qui auraient "changé" les votes pour Trump en voix pour Joe Biden, les votes de personnes décédées...
Le président des États-Unis, Donald Trump, à la salle de presse de la Maison Blanche à Washington. © AFP

USA : Donald Trump se tient prêt à torpiller la transition avec Joe Biden

Le camp Biden ne perd pas de temps. Dès mercredi dernier, il a ouvert un site web consacré à la transition entre l’administration sortante de Donald Trump et celle qui se met en place. La législation américaine fixe un cadre pour un transfert ordonné et apaisé des pouvoirs entre un président sortant et son successeur à la Maison-Blanche.
Photo montage créé le 4 novembre 2020 de Joe Biden lors de son discours à Wilmington et du président Trump à la Maison Blanche, tous deux intervenants le 4 novembre 2020 ( AFP / ANGELA WEISSMANDEL NGAN )

Trump se déclare vainqueur d'une élection indécise, Biden appelle à la patience

Donald Trump a pris mercredi la responsabilité de plonger les Etats-Unis dans l'inconnu en se déclarant vainqueur de la présidentielle, au moment où le décompte se poursuivait et où son adversaire démocrate Joe Biden semblait dans une position plus favorable.Le spectre de longues journées d'incertitudes et d'âpres batailles judiciaires hante désormais la première puissance mondiale déjà secouée par des crises sanitaire, économique et sociale d'ampleur.
Donald Trump

Donald Trump et le Covid-19 : du déni à la contamination

A quelques semaines de l'élection présidentielle américaine, Donald Trump a indiqué jeudi s'être placé en quarantaine après avoir été testé positif au coronavirus . Cet événement, de nature à bouleverser l'agenda politique des prochains jours, intervient alors que le président américain a multiplié les déclarations contradictoires sur l'épidémie ces derniers mois. Revue de détail. 1) Un virus sous-estimé
Cette parade annuelle dans Philadelphie commémore l'annonce de l'abolition de l'esclavage le 19 juin 1865 aux Etats-Unis, déclaré journée officielle fériée par Tom Wolf, le gouverneur de Pennsylvanie. (BASTIAAN SLABBERS / NURPHOTO)

L'histoire de la traite transatlantique des esclaves africains retracée dans l'ADN de dizaines de milliers d'Américains

L’entreprise américaine spécialisée dans les tests génétiques "23andMe" et l’université de Leicester, au Royaume-Uni, ont analysé les données génétiques de plus de 50 000 personnes des deux côtés de l’Atlantique, en étroite collaboration avec des historiens, des spécialistes des études afro-américaines et d’autres généticiens. Cette étude génétique, publiée dans l'American Journal of Human Genetics, confrontée aux données historiques recueillies dans la grande base de données sur la traite des esclaves de l
Bureau de vote aux USA.

La campagne électorale américaine a changé de visage, quid de l'issue du scrutin?

Avec 5 millions de cas de contaminations et plus de 163.000 décès, les Etats-Unis sont le pays le plus touché au monde par la pandémie du Covid-19. Avec ses conséquences sévères aux plans économique et sociale, cette crise sanitaire inédite a changé le visage de l'Amérique. Au niveau politique, elle risque de peser lourd sur l'issue de la course à la Maison Blanche en passe, avec les conventions d'investiture, d'entamer sa dernière ligne droite. Depuis la détection
L'explosion serait le résultat d'un incident au port de Beyrouth

Liban : ce que l'on sait des explosions survenues à Beyrouth

Au moins 50 personnes sont mortes et 2 750 ont été blessées dans les deux explosions survenues à Beyrouth (Liban), mardi 4 août, selon un nouveau bilan annoncé un peu avant 22 heures par le ministre de la Santé libanais, Hamad Hassan. Les fortes déflagrations, qui ont eu lieu dans la zone du port et dont l'origine n'était pas connue dans l'immédiat, ont été entendues dans plusieurs secteurs de la ville. Le Premier ministre a d'ores et déjà annoncé un jour de deuil national mercredi.