Coronavirus : Critiquée par Donald Trump, la Chine l’accuse de « fuir ses responsabilités »

Donald Trump / Source Reuters

Le torchon brûle depuis plusieurs jours entre Pékin et Washington. Après avoir déclenché une polémique en qualifiant le Covid-19 de « virus chinois », Donald Trump a déclaré jeudi 19 mars que le monde payait « le prix fort » pour la lenteur chinoise à communiquer sur le nouveau coronavirus. En réponse au président américain, la Chine l’accuse ce vendredi de « fuir ses responsabilités ».

La Chine a indirectement accusé vendredi 20 mars Donald Trump de fuir ses responsabilités après des propos du président américain estimant que le monde payait le prix fort pour la lenteur chinoise à communiquer sur le nouveau coronavirus.

L’épidémie de Covid-19, partie de la ville chinoise de Wuhan (centre du pays) en décembre, a désormais contaminé plus de 230 000 personnes dans 158 pays et territoires, selon un décompte de l’AFP.

Cela se serait beaucoup mieux passé si on avait su tout cela quelques mois plus tôt. Cela aurait pu être cantonné dans une région de Chine d’où c’est parti, avait déclaré jeudi 19 mars Donald Trump.

Le monde paie le prix fort pour ce que (les Chinois) ont fait, a-t-il souligné lors d’une conférence de presse, employant une nouvelle fois la formule controversée de virus chinois.

« Certains aux États-Unis tentent de salir le travail de la Chine »

Les autorités chinoises ont initialement été critiquées pour un manque de transparence et une lenteur à réagir face à la propagation de ce coronavirus alors inconnu.

Mais la Chine a ensuite pris des mesures de confinement draconiennes et l’épidémie a connu un net ralentissement dans le pays, tout en se propageant dans le reste du monde.

Certaines personnes aux États-Unis tentent de salir le travail de la Chine contre l’épidémie et de fuir leurs responsabilités en les rejetant sur la Chine, a réagi Geng Shuang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Cette façon de faire fait fi des énormes sacrifices consentis par les Chinois afin de protéger la sécurité sanitaire, a-t-il souligné lors d’une conférence de presse régulière.

Geng Shuang a assuré que les autorités chinoises avaient commencé dès le 3 janvier à informer les États-Unis de la situation épidémique et maintenu une communication étroite depuis lors.

Le porte-parole a dénoncé une contradiction de Donald Trump, soulignant que le président américain avait à de nombreuses reprises salué la Chine pour sa transparence et ses informations.

Depuis quelques jours, le locataire de la Maison Blanche utilise toutefois de façon répétée l’expression virus chinois pour désigner le nouveau coronavirus.

Beaucoup estiment qu’il emploie sciemment le terme afin de rejeter sur la Chine la responsabilité de la crise sanitaire aux États-Unis – où la maladie Covid-19 a déjà touché plus de 9 400 personnes dont 150 en sont mortes.

Avec AFP

Videos

International

Au milieu de l'image, Assa Traoré, la soeur d'Adama Traoré, lors d'une manifestation en juin 2017

France / Mort d'Adama Traoré : le plaquage ventral a causé le décès, selon une contre-expertise demandée par les parties civiles

La contre-expertise demandée par la famille d’Adama Traoré estime que le plaquage ventral opéré par les gendarmes lors de l’arrestation du jeune homme il y a quatre ans est à l’origine de sa mort, a appris franceinfo auprès de l’avocat de la famille d’Adama Traoré mardi 2 juin.

France / Mort d'Adama Traoré : plusieurs dizaines de milliers de personnes rassemblées en France contre les violences policières

Une foule impressionante est venue faire entendre sa voix contre les violences policières, mardi 2 juin au soir, à l'appel du comité de soutien à la famille d'Adama Traoré, jeune homme noir de 24 ans mort en 2016 après son interpellation, qui organisait un rassemblement sur le parvis du tribunal judiciaire de Paris (17e arrondissement). Des manifestations ont également eu lieu à Lille (Nord) mais aussi à Marseille (Bouches-du-Rhône) et Lyon (Rhône). 
George Floyd, cet Américain noir décrit comme un homme généreux

Qui était George Floyd, l’Américain noir tué par un policier à Minneapolis  ?

Il avait quitté le Texas pour commencer une nouvelle vie à Minneapolis, dans le nord des États-Unis. Mais George Floyd, cet Américain noir décrit comme un homme généreux, qui a perdu son emploi pendant la crise due à la pandémie, est mort face contre terre, le cou sous le genou d’un policier blanc.
Derek Chauvin, lors de l'arrestation qui a conduit à la mort de George Floyd. Capture d'écran.

Etats-Unis : ce que l'on sait de Derek Chauvin, le policier qui a étouffé jusqu'à la mort George Floyd

Pour les manifestants qui se mobilisent depuis plusieurs jours, il est le nouveau visage de la violence et du racisme dans la police américaine. Derek Chauvin, un policier blanc de 44 ans, a été inculpé et incarcéré, vendredi 29 mai, dans l'enquête sur la mort de George Floyd, un homme noir qu'il avait arrêté quatre jours plus tôt à Minneapolis (Minnesota).
Derek Chauvin, lors de l'arrestation qui a conduit à la mort de George Floyd. Capture d'écran.

Derek Chauvin, le policier à l'origine de la mort de George Floyd, a été arrêté

Derek Chauvin, policier filmé entrain d'étouffer et écrasser au sol avec son genou George Floyd au sol a été arrêté et inculpé pour homicide involontaire, selon des informations publiées vendredi. En effet, Floyd 46 ans est décédé lundi à Minneapolis suite aux méthodes non policières conventionelles.
L'ex-marine américain Paul Whelan, accusé d'espionnage, arrive au tribunal moscovite de Lefortovo pour une audience, le 24 octobre 2019

Russie : 18 ans de prison requis contre un Américain accusé d'espionnage

Le parquet russe a requis lundi une peine de 18 ans de camp contre Paul Whelan, un ex-marine américano-britannique jugé pour espionnage dans une affaire qui empoisonne les relations déjà compliquées entre
Ahmaud Arbery, joggeur de 25 ans assassiné en Géorgie (USA) fin février

Vive émotion aux Etats-Unis après le meurtre d'Ahmaud Arbery par deux hommes blancs

Les appels de responsables politiques, stars et internautes se multipliaient jeudi 7 mai aux États-Unis pour demander l’inculpation de deux hommes blancs accusés d’avoir tué un joggeur noir de 25 ans en Géorgie fin février.