Comment la finance mondiale prépare la contre-révolution au Venezuela

Le Président venezuelien Nicolas Maduro

Laboratoire vivant du socialisme du 21ème siècle, le Venezuela symbolisait jusqu’à peu le réveil de la périphérie. Mais la disparition brutale de son leader charismatique, Hugo Chavez, en mars 2013, ajoutée à la conjoncture politique et économique défavorable en Amérique Latine,  a révélé la précarité d’un modèle construit à coup de réthoriques anti-américaines certes, mais surtout sur la nationalisation des forces productrices du pays.

 En 2016, l’hyperinflation a atteint 800%. Le cours officiel de 10 dollars pour 1 Bolivar se négocie en ce moment  à  6000 l’unité  au marché noir. Les réserves du pays ont fondu à moins de 10 milliards de dollars. L’Etat doit rembourser 3,3 milliards de dollars de dettes en 2017. La compagnie nationale, PDVSA, doit, elle, s’acquitter de 6,6 milliards de dollars à des créanciers entourés de leurs avocats et huissiers.

La finance mondiale qui a fermé les robinets parie ouvertement sur un défaut de paiement, sur la faillite de la compagnie pétrolière, sa privatisation et, in fine, sur la guerre civile.

D’où l’envolée des CDS (Credit Default Swap) , ces contrats d’assurance souscrits par les détenteurs de titres vénézuélien pour se prémunir contre le défaut de paiement. Le récent référendum, le mystérieux coup militaire déjoué et l’expulsion du pays par le Mercosur sont autant de signaux qui poussent à investir sur la couverture de la dette plutôt que sur la dette elle-même. 

Cette attaque financière de grande ampleur s’explique à notre sens moins par un agenda caché (qui existe quand même) que par le système de casino qui régit la finance mondiale. Ainsi, le  sort des millions de personnes est entrain de basculer à cause des spéculations politiques et financières qui ont tendance à se confondre et à s’ influencer. La situation financière délicate du pays a poussé la Chine, bailleur de fonds alternatif, à resserrer sa politique de prêts envers le Venezuela.

La main mise de l’Etat sur le secteur pétrolier permet  depuis 2002 de conduire une politique de logements sociaux qui a permis de sortir des millions de personnes de la pauvreté. La base populaire du président Nicolas Maduro vient justement de ces Favelas, longtemps laissés en compte par un système capitaliste de type prédateur. De la même manière qu’il est soutenu par l’immense majorité des  populations pauvres et indigènes, le présent Maduro est critiqué par les classes moyennes supérieures et les grands propriétaires. L’on penserait pourtant de l’inverse à lire les manchettes de la presse des pays démocratiques.

L’unanimité de la presse occidentale sur le Venezuela frise la propagande et n’est pas, toutes proportions gardées, sans rappeler le tapis de bombe contre Robert Mugabé, coupable d’avoir rappelé les accords de Lancaster House à l’administration amnésique de Tony Blair, ou encore la campagne féroce contre le président Lula du Brésil. 

L’on sent, derrière la  presse main stream, alliée du grand capital et par dévers elle gardienne de l’uniformisation des modèles, la revanche du vieux capital qui dirigeait le pays avant l’avènement du chavisme, ce bonapartisme social qui accouché de la république bolivarienne du Venezuela en 1999, au lendemain d’une modification de la constitution contestée par les partenaires internationaux. La popularité de Chavez était basée sur la redistribution des richesses.  Sous la houlette du lieutenant-colonel reconverti, le PIB du Venezuela a été multiplié par trois, le chômage divisé par deux, la pauvreté réduite de plus d’un tiers et  la pauvreté extrême ramenée à 10%,écrit le huffingtonpost.fr.

Sur le plan sociétal, le chavisme, bien aidé par les pétrodollars, a divisé l’analphabétisme par deux, fait reculer la mortalité infantile et progresser l’espérance de vie, poursuit cette publication d’origine américaine.   Qu’est-ce qui explique donc la vendetta médiatique et financière contre ce pays riche en pétrole?

Le blocus implacable imposé au pays, ajouté à cette vendetta médiatique et, le malheur ne venant pas seul, à la conjoncture du baril de pétrole, ont fragilisé un modèle social pertinent mais, il faut le dire, peu régulé par les contre-pouvoirs démocratiques et, donc, soumis aux lois du marché. Le pétrole vénézuélien se caractérise par un coût élevé de 40 dollars qui ne lui permet pas de dégager suffisamment du cash aujourd’hui pour alimenter les réserves du pays et poursuivre le financement des programmes sociaux. La chute de la monnaie locale, le  Bolivar, en l’honneur de l’inspirateur des révolutions populaires latino-américaines, résulte de déséquilibres réels de la balance de paiement mais surtout d’une spéculation de quelques cambistes qui font leur beurre à l’ombre du marché.

Lire la suite 

Videos

International

Maeve Kennedy McKean, 40 ans, et son fils Gideon, 8 ans, ne sont pas revenus jeudi d'une sortie dans la baie de Chesapeake. | AFP / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / MIKE PONT

USA : Deux membres de la famille Kennedy portés disparus

Deux membres de la famille Kennedy étaient portés disparus vendredi après une balade en canoë. Maeve Kennedy McKean, 40 ans, et son fils Gideon, 8 ans, ne sont pas revenus jeudi d’une sortie dans la baie de Chesapeake.Deux membres de la famille Kennedy, dont une petite-nièce du président assassiné John Kennedy, étaient portés disparus vendredi après une balade en canoë, selon les autorités du Maryland, une nouvelle tragédie au sein de la dynastie politique la plus célèbre des États-Unis.
Donald Trump / Source Reuters

Coronavirus : Critiquée par Donald Trump, la Chine l’accuse de « fuir ses responsabilités »

Le torchon brûle depuis plusieurs jours entre Pékin et Washington. Après avoir déclenché une polémique en qualifiant le Covid-19 de « virus chinois », Donald Trump a déclaré jeudi 19 mars que le monde payait « le prix fort » pour la lenteur chinoise à communiquer sur le nouveau coronavirus. En réponse au président américain, la Chine l’accuse ce vendredi de « fuir ses responsabilités ».
Michael Bloomberg se retire de la campagne présidentielle/ Reuters

USA: Le milliardaire Michael Bloomberg jette l’éponge et soutient Joe Biden

Au lendemain d’un « Super Tuesday » raté, le magnat des médias et ancien maire de New York a annoncé qu’il se retirait de la course à l’investiture démocrate. Michael Bloomberg appelle à voter Joe Biden.
Le président russe Vladimir Poutine

Pour Vladimir Poutine, un mariage n'est possible qu'entre "un homme et une femme"

Cette déclaration du président russe a eu lieu lors d'une rencontre avec un groupe de travail formé par le Kremlin pour plancher sur la réforme constitutionnelle proposée en janvier par le chef d'Etat russe. Un mariage, c'est une union entre un homme et une femme", a déclaré jeudi 13 février Vladimir Poutine, lors d'une rencontre avec un groupe de travail formé par le Kremlin pour plancher sur la réforme constitutionnelle proposée en janvier par le chef d'Etat russe. 
L’ancien ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini, mercredi au Sénat, à Rome. Photo Roberto Monaldo. Lapresse. AP

Le Sénat italien renvoie en justice Matteo Salvini pour avoir bloqué des migrants

Le Sénat italien a renvoyé mercredi en justice Matteo Salvini, le chef de l'extrême droite, accusé de séquestration de personnes pour avoir bloqué un bateau de migrants au large de la Sicile quand il était ministre de l'Intérieur. Le résultat du vote sera annoncé officiellement à 18H00 GMT, mais le tableau électronique vu par plusieurs journalistes de l'AFP, indiquant pendant quelques secondes le résultat du scrutin, a permis d'établir clairement son renvoi en justice, confirmé par tous les médias italiens.
 Des migrants à Malaga, en octobre dernier. AFP

L'Espagne aura besoin de «millions et de millions de migrants» selon le ministre des Migrations

L'Espagne, qui compte actuellement quelque 47 millions d'habitants, va devoir ouvrir ses portes. Selon José Luis Escriva, ministre espagnol de la Sécurité sociale, de l'inclusion et des migrations, la trajectoire démographique du pays est si inquiétante que "nous aurons besoin de 8 ou 9 millions de personnes juste pour garder notre population active au même niveau", a-t-il estimé, jeudi 16 janvier lors du Forum de l'OCDE sur les migrations, à Paris.
Le président français Emmanuel Macron

Sahel : Emmanuel Macron se dit prêt à revoir les « modalités d’intervention » de la France

Près de 4.500 militaires français de l’opération Barkhane sont mobilisés, depuis août 2014, dans la bande sahélo-saharienne pour combattre le terrorisme Emmanuel Macron a annoncé jeudi 28 novembre qu'il était prêt à revoir "toutes les options stratégiques" de la France au Sahel. Le président français a réclamé à ses alliés une "plus grande implication" contre "le terrorisme" dans la région, après avoir reçu le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.