Avant-dernier round lundi pour trouver un gouvernement à l'Allemagne

Angela Merkel au Bundestag à Berlin, le 22 janvier 2018. — Michael Sohn/AP/SIPA

Plus de quatre mois après les législatives, Angela Merkel et les sociaux-démocrates entament lundi l'avant-dernier round de leurs interminables négociations pour arracher un accord de gouvernement et sortir une Allemagne impatiente de son impasse post-électorale.

Conservateurs et sociaux-démocrates ont fixé comme date limite ultime mardi.

En discussions depuis début janvier, les deux camps avaient prévu d'aboutir à un compromis dimanche. Un nouveau round a finalement été prévu pour lundi à partir de 10H00 (09H00 GMT), selon le secrétaire général social-démocrate, Lars Klingbeil.

Deux thèmes chers au SPD continuent de poser problème : la réforme du système d'assurance santé et l'encadrement des contrats de travail à durée déterminée.

A la mi-journée, Mme Merkel avait prédit des heures de négociations difficiles". "On ne peut pas dire combien de temps ça va durer, il y a toujours des points importants à régler".

- L'Allemagne s'impatiente -

Le début de la semaine prochaine s'annonce néanmoins comme une date-butoir, tant l'Allemagne s'impatiente. Quelque 71% de ses habitants disent ne pas comprendre pourquoi "la formation du gouvernement prend autant de temps", selon une enquête de la télévision publique ARD.

Même en cas d'accord, la partie ne sera pas encore gagnée pour Angela Merkel car les 440.000 militants sociaux-démocrates auront le dernier mot sur la mise en place de la coalition au cours d'un vote postal étalé sur plusieurs semaines en février ou mars.

Or le SPD, laminé aux législatives (20,5%) et en chute dans les sondages depuis, est divisé. Nombre de ses membres en veulent à leur chef Martin Schulz d'être revenu sur sa promesse d'un virage à gauche et de ne pas négocier avec la chancelière.

Si au final Mme Merkel échoue, elle devra soit se résoudre à entamer son quatrième mandat en tentant de former un instable gouvernement minoritaire, soit accepter l'organisation de nouvelles élections à haut risque, qui pourraient profiter avant tout à l'extrême droite. Chacun des deux scénarios serait une première pour l'Allemagne d'après-guerre.

Les conservateurs comme les sociaux-démocrates craignent en effet que la formation antimigrants Alternative pour l'Allemagne (AfD) fasse encore mieux qu'en septembre.

Aux législatives, ce parti a reçu près de 13% des suffrages, un score historique, en surfant sur les inquiétudes générées par l'ouverture du pays à plus d'un million de demandeurs d'asile depuis 2015 et a fait d'un départ précipité de la chancelière son principal objectif.

Angela Merkel n'est donc pas dans une position enviable, coincée entre une partie de sa famille conservatrice qui demande un coup de barre à droite pour freiner l'extrême droite et la nécessité d'un compromis avec les sociaux-démocrates, sous pression de son aile gauche.

- Laisser la place -

Une partie de la presse allemande se montre d'ailleurs sans concession à l'égard des deux partis qui, ensemble ou par alternance, dirigent l'Allemagne depuis 1949.

La Süddeutsche Zeitung dénonçait ainsi cette semaine une quête du "plus petit dénominateur commun" pour fonder une GroKo "sans idée directrice".

Le quotidien appelle Mme Merkel et M. Schulz à se ressaisir ou alors à "laisser la voie libre à d'autres chefs ou à des élections anticipées".

L'imbroglio politique actuel est inédit dans l'histoire de l'Allemagne d'après-guerre, illustrant la soudaine usure politique d'Angela Merkel, après douze années au pouvoir.

Le débat sur l'après-Merkel a déjà débuté au sein de son parti, même si aucun rival sérieux ne s'est encore publiquement avancé.

Cette perte d'influence a ses conséquences en Europe, où le président français Emmanuel Macron milite pour des réformes de fond afin de regagner la confiance des citoyens.

Certes, ses propositions pour l'UE ont été timidement accueillies à Berlin et, sans l'Allemagne, rien ne pourra se faire, mais pour la première fois depuis longtemps, la chancelière n'a plus l'initiative.

Le chef du SPD, ancien président du Parlement européen et fervent partisan des propositions d'Emmanuel Macron, a quant à lui souligné que "le combat pour une Europe forte et renouvelée" devra être "un fondement" du futur gouvernement.

 

Avec AFP

Videos

International

Maeve Kennedy McKean, 40 ans, et son fils Gideon, 8 ans, ne sont pas revenus jeudi d'une sortie dans la baie de Chesapeake. | AFP / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / MIKE PONT

USA : Deux membres de la famille Kennedy portés disparus

Deux membres de la famille Kennedy étaient portés disparus vendredi après une balade en canoë. Maeve Kennedy McKean, 40 ans, et son fils Gideon, 8 ans, ne sont pas revenus jeudi d’une sortie dans la baie de Chesapeake.Deux membres de la famille Kennedy, dont une petite-nièce du président assassiné John Kennedy, étaient portés disparus vendredi après une balade en canoë, selon les autorités du Maryland, une nouvelle tragédie au sein de la dynastie politique la plus célèbre des États-Unis.
Donald Trump / Source Reuters

Coronavirus : Critiquée par Donald Trump, la Chine l’accuse de « fuir ses responsabilités »

Le torchon brûle depuis plusieurs jours entre Pékin et Washington. Après avoir déclenché une polémique en qualifiant le Covid-19 de « virus chinois », Donald Trump a déclaré jeudi 19 mars que le monde payait « le prix fort » pour la lenteur chinoise à communiquer sur le nouveau coronavirus. En réponse au président américain, la Chine l’accuse ce vendredi de « fuir ses responsabilités ».
Michael Bloomberg se retire de la campagne présidentielle/ Reuters

USA: Le milliardaire Michael Bloomberg jette l’éponge et soutient Joe Biden

Au lendemain d’un « Super Tuesday » raté, le magnat des médias et ancien maire de New York a annoncé qu’il se retirait de la course à l’investiture démocrate. Michael Bloomberg appelle à voter Joe Biden.
Le président russe Vladimir Poutine

Pour Vladimir Poutine, un mariage n'est possible qu'entre "un homme et une femme"

Cette déclaration du président russe a eu lieu lors d'une rencontre avec un groupe de travail formé par le Kremlin pour plancher sur la réforme constitutionnelle proposée en janvier par le chef d'Etat russe. Un mariage, c'est une union entre un homme et une femme", a déclaré jeudi 13 février Vladimir Poutine, lors d'une rencontre avec un groupe de travail formé par le Kremlin pour plancher sur la réforme constitutionnelle proposée en janvier par le chef d'Etat russe. 
L’ancien ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini, mercredi au Sénat, à Rome. Photo Roberto Monaldo. Lapresse. AP

Le Sénat italien renvoie en justice Matteo Salvini pour avoir bloqué des migrants

Le Sénat italien a renvoyé mercredi en justice Matteo Salvini, le chef de l'extrême droite, accusé de séquestration de personnes pour avoir bloqué un bateau de migrants au large de la Sicile quand il était ministre de l'Intérieur. Le résultat du vote sera annoncé officiellement à 18H00 GMT, mais le tableau électronique vu par plusieurs journalistes de l'AFP, indiquant pendant quelques secondes le résultat du scrutin, a permis d'établir clairement son renvoi en justice, confirmé par tous les médias italiens.
 Des migrants à Malaga, en octobre dernier. AFP

L'Espagne aura besoin de «millions et de millions de migrants» selon le ministre des Migrations

L'Espagne, qui compte actuellement quelque 47 millions d'habitants, va devoir ouvrir ses portes. Selon José Luis Escriva, ministre espagnol de la Sécurité sociale, de l'inclusion et des migrations, la trajectoire démographique du pays est si inquiétante que "nous aurons besoin de 8 ou 9 millions de personnes juste pour garder notre population active au même niveau", a-t-il estimé, jeudi 16 janvier lors du Forum de l'OCDE sur les migrations, à Paris.
Le président français Emmanuel Macron

Sahel : Emmanuel Macron se dit prêt à revoir les « modalités d’intervention » de la France

Près de 4.500 militaires français de l’opération Barkhane sont mobilisés, depuis août 2014, dans la bande sahélo-saharienne pour combattre le terrorisme Emmanuel Macron a annoncé jeudi 28 novembre qu'il était prêt à revoir "toutes les options stratégiques" de la France au Sahel. Le président français a réclamé à ses alliés une "plus grande implication" contre "le terrorisme" dans la région, après avoir reçu le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.