Avant-dernier round lundi pour trouver un gouvernement à l'Allemagne

Angela Merkel au Bundestag à Berlin, le 22 janvier 2018. — Michael Sohn/AP/SIPA

Plus de quatre mois après les législatives, Angela Merkel et les sociaux-démocrates entament lundi l'avant-dernier round de leurs interminables négociations pour arracher un accord de gouvernement et sortir une Allemagne impatiente de son impasse post-électorale.

Conservateurs et sociaux-démocrates ont fixé comme date limite ultime mardi.

En discussions depuis début janvier, les deux camps avaient prévu d'aboutir à un compromis dimanche. Un nouveau round a finalement été prévu pour lundi à partir de 10H00 (09H00 GMT), selon le secrétaire général social-démocrate, Lars Klingbeil.

Deux thèmes chers au SPD continuent de poser problème : la réforme du système d'assurance santé et l'encadrement des contrats de travail à durée déterminée.

A la mi-journée, Mme Merkel avait prédit des heures de négociations difficiles". "On ne peut pas dire combien de temps ça va durer, il y a toujours des points importants à régler".

- L'Allemagne s'impatiente -

Le début de la semaine prochaine s'annonce néanmoins comme une date-butoir, tant l'Allemagne s'impatiente. Quelque 71% de ses habitants disent ne pas comprendre pourquoi "la formation du gouvernement prend autant de temps", selon une enquête de la télévision publique ARD.

Même en cas d'accord, la partie ne sera pas encore gagnée pour Angela Merkel car les 440.000 militants sociaux-démocrates auront le dernier mot sur la mise en place de la coalition au cours d'un vote postal étalé sur plusieurs semaines en février ou mars.

Or le SPD, laminé aux législatives (20,5%) et en chute dans les sondages depuis, est divisé. Nombre de ses membres en veulent à leur chef Martin Schulz d'être revenu sur sa promesse d'un virage à gauche et de ne pas négocier avec la chancelière.

Si au final Mme Merkel échoue, elle devra soit se résoudre à entamer son quatrième mandat en tentant de former un instable gouvernement minoritaire, soit accepter l'organisation de nouvelles élections à haut risque, qui pourraient profiter avant tout à l'extrême droite. Chacun des deux scénarios serait une première pour l'Allemagne d'après-guerre.

Les conservateurs comme les sociaux-démocrates craignent en effet que la formation antimigrants Alternative pour l'Allemagne (AfD) fasse encore mieux qu'en septembre.

Aux législatives, ce parti a reçu près de 13% des suffrages, un score historique, en surfant sur les inquiétudes générées par l'ouverture du pays à plus d'un million de demandeurs d'asile depuis 2015 et a fait d'un départ précipité de la chancelière son principal objectif.

Angela Merkel n'est donc pas dans une position enviable, coincée entre une partie de sa famille conservatrice qui demande un coup de barre à droite pour freiner l'extrême droite et la nécessité d'un compromis avec les sociaux-démocrates, sous pression de son aile gauche.

- Laisser la place -

Une partie de la presse allemande se montre d'ailleurs sans concession à l'égard des deux partis qui, ensemble ou par alternance, dirigent l'Allemagne depuis 1949.

La Süddeutsche Zeitung dénonçait ainsi cette semaine une quête du "plus petit dénominateur commun" pour fonder une GroKo "sans idée directrice".

Le quotidien appelle Mme Merkel et M. Schulz à se ressaisir ou alors à "laisser la voie libre à d'autres chefs ou à des élections anticipées".

L'imbroglio politique actuel est inédit dans l'histoire de l'Allemagne d'après-guerre, illustrant la soudaine usure politique d'Angela Merkel, après douze années au pouvoir.

Le débat sur l'après-Merkel a déjà débuté au sein de son parti, même si aucun rival sérieux ne s'est encore publiquement avancé.

Cette perte d'influence a ses conséquences en Europe, où le président français Emmanuel Macron milite pour des réformes de fond afin de regagner la confiance des citoyens.

Certes, ses propositions pour l'UE ont été timidement accueillies à Berlin et, sans l'Allemagne, rien ne pourra se faire, mais pour la première fois depuis longtemps, la chancelière n'a plus l'initiative.

Le chef du SPD, ancien président du Parlement européen et fervent partisan des propositions d'Emmanuel Macron, a quant à lui souligné que "le combat pour une Europe forte et renouvelée" devra être "un fondement" du futur gouvernement.

 

Avec AFP

Videos

International

Le ministre des affaires étrangères, Adel bin Ahmed Al-Jubeir.

L'Arabie saoudite expulse l'ambassadeur du Canada après des critiques sur les droits de l'Homme

L'Arabie saoudite a annoncé lundi 5 août qu'elle avait décidé d'expulser l'ambassadeur du Canada à Ryad et de geler toute relation commerciale, en réplique aux critiques répétées d'Ottawa sur la répression des militants de droits de l'Homme.Le royaume saoudien a donné 24 heures au diplomate canadien pour quitter le pays et rappelle son ambassadeur au Canada "pour consultations", dans un soudain durcissement des relations entre ces deux pays.
Le président français Emmanuel Macron ©DR

Affaire Benalla - Macron sort du silence : "Le seul responsable, c'est moi, qu'ils viennent me chercher"

Dans l'affaire Benalla, "le responsable c'est moi", a affirmé mardi le président français Emmanuel Macron devant des députés de la majorité, disant avoir ressenti les "actes du 1er-Mai" de son collaborateur comme "une trahison", selon des propos rapportés.
Image d'illustration : Luiz Inacio Lula da Silva en avril 2018 © Ricardo Moraes Source: Reuters

Brésil : un juge annule l'ordre de libération de l'ex-président Lula

Un juge de la cour d'appel du Brésil a annulé ce 8 juillet un ordre de libération de l'ex-président Lula da Silva, qui avait été pris plus tôt par un autre magistrat de la même cour. Condamné pour corruption, il n'a cessé de clamer son innocence.
Nawaz Sharif, l'ancien Premier ministre pakistanais le 17 avril 2018 à Islamabad. | AFP / AAMIR QURESHI

Pakistan: L’ancien Premier ministre condamné à 10 ans de prison pour corruption

L’ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif a été condamné à une peine de dix ans de prison par un tribunal anti-corruption, selon des sources judiciaires, portant un coup sérieux à son parti avant des élections législatives prévues le 25 juillet.
Les jeunes interpellés s'étaient spécialisés dans le vol de Range Rover. Photo d'illustration.@ DAVID MCNEW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

France : une bande soupçonnée du vol de près de 70 véhicules 4x4 interpellée

Les neuf jeunes interpellés sont soupçonnés d'avoir volé au moins 68 Range Rover, qu'ils auraient exporté vers l'Afrique. 
Forum des Diasporas Africaines

Le Palais des congres accueille une exposition éphémère pour mettre en valeur l’art comme levier de la coopération Europe - Méditerranée - Afrique

A l’occasion du Forum des Diasporas Africaines qui se tiendra le 22 juin 2018 sous le haut-patronage d’Emmanuel Macron, le Palais des Congrès accueillera une exposition éphémère pour mettre en valeur l’art et les cultures africaines. En sus de l’exposition, une table-ronde sera organisée autour de « l’art africain, levier de soft power ».Les arts d’Afrique, un soft power a exploiter pour redéfinir l’influence du continent
L'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU Nikki Haley et le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo à Washington le 19 juin 2018 afp.com - Andrew CABALLERO-REYNOLDS

Les Etats-Unis se retirent du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU

Les Etats-Unis se sont retirés mardi du Conseil des droits de l'homme de l'ONU en accusant l'institution basée à Genève d'"hypocrisie" et de parti pris contre Israël, une décision aussitôt dénoncée par des organisations de défense des droits humains.