ARABIE SAOUDITE : Le Prince Al-Walid Bin Talal négocie un accord avec les autorités

Le Prince saoudien Al-Walid Bin Talal

Le Prince saoudien Al-Walid Bin Talal détenu depuis plus de deux mois dans le cadre d’une opération de lutte contre la corruption est en négociation avec les autorités mais un accord reste encore à trouver , à déclarer un haut fonctionnaire saoudien. 

Le milliardaire, dont la fortune est estimée à 17 milliards de dollars d’après le classement Forbes, est président et propriétaire de la société d’investissement Kingdom Holding et est considéré comme l’homme d’affaires le plus en vue du royaume. 

“Il a offert un certain montant mais ce n’est pas la somme qu’on attend de lui et jusqu’à present le ministre de la justice n’a pas donné son accord” a déclaré un responsable du gouvernement sous couvert d’anonymat. 

Selon une source proche du dossier, on rapporte que le prince a proposé une “donation” au gouvernement saoudien afin de lever toutes les charges pesant sur lui mais les autorités ont refusé. Suite à ces negotiations, le cours de l’action de Kingdom Holding a bondi de 9,8% ce dimanche. 

Le Prince Al-Walid Bin Talal ainsi que d’autres hauts responsables et hommes d’affaires ont été interpellés début novembre dans le cadre d’une opération de lutte contre la corruption. Ils sont détenus au Ritz-Carlton de Riyad en attendant que les autorités trouvent un accord. 

Le gouvernement évalue le prejudice à 100 milliards de dollars. Le Prince héritier Mohammed Ben Salmane qui a lancé cette opération a indiqué qu’il souhaitait clore rapidement les affaires en cours et n’a pas exclu qu’un arrangement financier soit trouvé dans la plupart des cas. 

Le Prince Al-Walid Bin Talal est accusé de blanchiment d’argent, corruption et extorsion de fonds. Kingdom Holding, qui maintient ses activités n’a pas voulu commenter cette affaire. 

Le Saudi Bin Ladin Group, l’un des groupes de construction d’Arabie Saoudite a déclaré que certains de ses actionnaires pourraient céder des parts à l’état. Le président du groupe, Bakr Bin Laden et certains membres de sa famille ont aussi été arrêtés. 

Fin novembre, le prince Mutaib, longtemps considéré comme prétendant au trône, a été libéré après avoir accepté de payer un milliard de dollars.

Article Reuters.comTraduction: Edith Mabanda

 

 

Videos

International

Un manifestant proteste contre la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, à Washington, le 8 octobre 2018. © Jim WATSON / AFP

Disparition de Khashoggi : Ryad rejette les menaces de sanctions

L'Arabie saoudite a promis dimanche de riposter à d'éventuelles sanctions après la menace de "châtiment sévère" proférée par le président américain Donald Trump, en cas d'implication avérée de Ryad dans la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.
Michaëlle Jean, le 9 octobre 2018.

Ottawa et Québec lâchent la présidente de la Francophonie

Le Canada et le Québec ont annoncé qu'ils ne soutenaient plus la candidature de Michaëlle Jean à la direction de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), dont elle est la secrétaire générale sortante, lors du prochain sommet de l'organisation.
Mohamad Izzat Khatab, président de l’ONG 'La Syrie pour tous', lance un appel mondial pour l'arrêt des combats.

L’ONG 'La Syrie pour tous' appelle à la mise en place d'un plan Marshall pour la Syrie

Communiqué de presse - Alors que la bataille d’Idleb pourrait devenir la catastrophe humanitaire du siècle, Mohamad Izzat Khatab, président de l’ONG 'La Syrie pour tous', lance un appel mondial pour l'arrêt des combats. Il plaide pour la mise en place du plan Khatab visant à reconstruire la Syrie ravagée par plus de 7 ans de guerre et à assurer son retour dans le concert des nations.
La procureure de la CPI, Fatou Bensouda, n'a pas l'intention de se laisser influencer par les menaces des États-Unis. © BAS CZERWINSKI / ANP / AFP/ BAS CZERWINSKI

Les États-Unis ont menacé les magistrats de la CPI s'ils s'en prennent à leurs alliés

Entre la CPI et les États-Unis, rien ne va plus. Les États-Unis ont menacé les magistrats de la Cour s'ils s'en prennent à leurs alliés.
Le président chinois Xi Jinping donne un discours, lors de l'ouverture d'un vaste sommet Chine-Afrique à Pékin (Chine), le 3 septembre 2018. (MADOKA IKEGAMI / AFP)

La Chine promet 60 milliards de dollars d'aide "sans conditions" à l'Afrique

La Chine, premier partenaire commercial de l'Afrique, a promis, lundi 3 septembre, 60 milliards de dollars au continent, le président Xi Jinping vantant une aide "sans conditions", face aux critiques de l'Occident. Pékin est volontiers accusé d'imposer à ses partenaires un endettement intenable via d'onéreux crédits.
Le sommet est l'occasion pour le président chinois Xi Jinping de célébrer ses "Nouvelles routes de la soie".

L'Afrique en sommet à Pékin, qui défend ses investissements

La Chine accueille lundi des dirigeants de 53 pays africains pour un sommet célébrant la coopération économique entre le géant asiatique et le continent, qui soulève des craintes quant à l'endettement de certaines nations envers Pékin.Durant deux jours, le 7e Forum sur la coopération sino-africaine réunit dans la capitale chinoise de nombreux chefs d'Etat et de gouvernement. Parmi eux, l'Ivoirien Alassane Ouattara, le Sud-Africain Cyril Ramaphosa ou encore le Congolais Denis Sassou Nguesso. 
Kofi Annan, décédé samedi à l'âge de 80 ans, a marqué de son empreinte les Nations unies, à la tête de l'organisation pendant dix ans ©DR

Mort de Kofi Annan, ancien secrétaire général de l’ONU et prix Nobel de la paix

Kofi Annan, décédé samedi à l'âge de 80 ans, a marqué de son empreinte les Nations unies, à la tête de l'organisation pendant dix ans, devenant le seul ancien dirigeant de l'ONU à avoir, jusqu'ici, accédé au rang de vedette de la diplomatie mondiale. Ce diplomate de carrière, charismatique sans être flamboyant, a contribué à rendre l'ONU plus présente sur la scène internationale pendant ses deux mandats, de 1997 à 2007.