Affaire Benalla - Macron sort du silence : "Le seul responsable, c'est moi, qu'ils viennent me chercher"

Le président français Emmanuel Macron ©DR

Dans l'affaire Benalla, "le responsable c'est moi", a affirmé mardi le président français Emmanuel Macron devant des députés de la majorité, disant avoir ressenti les "actes du 1er-Mai" de son collaborateur comme "une trahison", selon des propos rapportés.

"Ça n'est pas la République des fusibles, la République de la haine. On ne peut pas être chef par beau temps. S'ils veulent un responsable, il est devant vous. Qu'ils viennent le chercher. Je réponds au peuple français", a déclaré M. Macron devant des élus et plusieurs membres du gouvernement.

Selon un sondage mardi, 75% des Français souhaitent qu'il sorte publiquement de son silence suite à l'affaire Alexandre Benalla, du nom de son collaborateur de l'époque filmé violentant des manifestants le 1er mai à Paris.

"La République exemplaire n'empêche pas les erreurs. S'ils cherchent un responsable, le seul responsable, c'est moi et moi seul. C'est moi qui ai fait confiance à Alexandre Benalla. C'est moi qui ai confirmé la sanction", a poursuivi le président, toujours selon des propos rapportés, alors qu'à l'Assemblée comme au Sénat, des commissions d'enquête sont en cours.

"Personne dans mon cabinet n'a jamais été soustrait aux lois de la République. Jamais", a aussi assuré M. Macron, qui s'est exprimé pendant "une bonne demi-heure" devant "beaucoup" de monde, selon un élu.

Au sujet de M. Benalla, le président a aussi affirmé ne pas oublier "qu'il a été un militant très engagé pendant la campagne", mais a dit avoir "ressenti les actes du 1er-Mai comme une déception et une trahison".

Avec l'AFP

Videos

International

Emmanuel Macron et Donald Trump Crédit Image : Nicholas Kamm / AFP

Paris demande à Trump de ne pas se mêler de politique intérieure française

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a invité dimanche le président américain Donald Trump, qui a commenté par une série de tweets critiques le mouvement populaire des "gilets jaunes" en France, à ne pas se mêler de politique intérieure française. "Je dis à Donald Trump et le président de la République (Emmanuel Macron) le lui a dit aussi : nous ne prenons pas partie dans les débats américains, laissez-nous vivre notre vie de nation", a-t-il déclaré dans l'émission Le Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI.
Ambassade de la RDC à Paris

VIDEO - France: le véhicule de l'ambassade de la RDC brûlé lors de la manifestation des gilets jaunes

Le véhicule de l'ambassade de la RDC à Paris mise à disposition du Premier ministre Bruno Tshibala a été victime de la violence émanant de la manifestation du mouvement "Gilets Jaunes". 
A Paris, lors de la manifestation des gilets jaunes samedi. Photo Yann Castanier. Hans Lucas pour Libération

Sirènes et fumées noires: au coeur de Paris, des touristes stupéfaits du chaos

Ils étaient venus goûter aux charmes paisibles de la capitale française, scintillante des illuminations de Noël. Des touristes éberlués se sont trouvés plongés samedi dans des scènes de guerilla urbaine, entre voitures incendiées et nuages de gaz lacrymogène dans le quartier de l'Opéra.
Etudiant africian en France / image d'archives.

La France multiplie par seize les frais de scolarités pour les étudiants étrangers

L'annonce a été donné par le premier ministre Français Édouard Philippe. Les étudiants étrangers debouseront à compter de la rentrée Universitaire des frais de scolarités beaucoup plus élevé en l'etat actuel en plus des charges sociales et supplémentaires. Une mesure qui ne fait pas l'unanimité au sein des syndicats.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan

Khashoggi : Erdogan promet la « vérité », Riyad assure ignorer où est le corps

La Turquie va révéler "toute la vérité" sur le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi à Istanbul, a promis dimanche son président Recep Tayyip Erdogan. De son côté, Ryad a assuré ignorer le "détail" des circonstances de sa mort, comme l'endroit où se trouve son corps.
Un manifestant proteste contre la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, à Washington, le 8 octobre 2018. © Jim WATSON / AFP

Disparition de Khashoggi : Ryad rejette les menaces de sanctions

L'Arabie saoudite a promis dimanche de riposter à d'éventuelles sanctions après la menace de "châtiment sévère" proférée par le président américain Donald Trump, en cas d'implication avérée de Ryad dans la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.
Michaëlle Jean, le 9 octobre 2018.

Ottawa et Québec lâchent la présidente de la Francophonie

Le Canada et le Québec ont annoncé qu'ils ne soutenaient plus la candidature de Michaëlle Jean à la direction de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), dont elle est la secrétaire générale sortante, lors du prochain sommet de l'organisation.