Une jeune congolaise à la voix d'or émeut le Brésil

Isabel Antonio, devant des millions de téléspectateurs émus, dans l'émission "The Voice Brasil"

Il y a deux ans, Isabel Antonio fuyait son pays, la République Démocratique du Congo, déchirée par la guerre civile. Mardi dernier, la jeune fille de 16 ans chantait devant des millions de téléspectateurs émus, dans l'émission "The Voice Brasil".

Après deux mois de compétition, elle a fini par être éliminée mais sa victoire est ailleurs. "C'était très important de participer à cette émission, non seulement pour moi, mais pour d'autres enfants réfugiés. J'espère servir d'exemple et porter un message d'espoir au milieu de la souffrance", confie-t-elle à l'AFP, dans un portugais au léger accent.

Mercredi, au lendemain de son dernier passage aux studios de TV Globo, Isabel a profité de sa venue à Rio de Janeiro pour voir la mer pour la première fois.

Sur la promenade de la plage d'Ipanema, la jeune Congolaise au sourire radieux est arrêtée tous les dix mètres par des fans qui demandent à être pris en photo avec elle.

"Bravo, tu chantes super bien et tu es une gagnante quoi qu'il arrive!", s'écrie Rafael, 26 ans, qui vend des glaçons.

Depuis qu'elle a chanté dans "Heal the World", tube de Michael Jackson contre les souffrances des enfants du monde entier, Isabel est devenue un symbole de la cause des réfugiés au Brésil.

- 'Trois jours dans la brousse' -

Originaire de Kinshasa, sa vie a basculé en 2015, quand elle a été séparée de sa famille à cause de la guerre civile.

"J'ai dû fuir avec ma petite soeur et nous avons perdu la trace de ma mère. Nous sommes restées trois jours cachées dans la brousse", raconte-t-elle, touchant nerveusement ses longues tresses.

Les deux jeunes filles ont finalement été retrouvées par des missionnaires brésiliennes, qui les ont amenées en Angola, puis à Rio.

"Je ne voulais pas partir parce que je voulais retrouver ma mère. Mais j'ai fini par accepter parce que sinon, je risquais de mourir", précise Isabel.

En RDC, la guerre civile qui fait rage depuis des années a déplacé des centaines de milliers de personnes, dont plus de 500.000 réfugiés dans des pays voisins.

Une fois au Brésil, les deux soeurs ont su grâce à un registre tenu par l'organisation catholique Caritas que leur mère et leurs quatre autres frères et soeurs avaient fait le même parcours quelques semaines plus tôt et se trouvaient à Sao Paulo.

Leur père a fini par les rejoindre fin 2015. Il est devenu éboueur dans la capitale économique du Brésil et la mère, femme de ménage.

- Une chorale comme tremplin -

C'est à Sao Paulo qu'Isabel a découvert son talent pour la musique, au sein de la chorale "Somos Iguais" ("Nous sommes égaux").

Ce projet, fondé par la bénévole Daniela Guimaraes, était censé être un passe-temps pour les enfants de réfugiés pendant que leurs mères étaient sensibilisées aux risques de cancer du sein.

"Ils chantaient tellement bien que j'ai senti qu'il fallait aller plus loin", explique Daniela, qui a fait appel au célèbre chef d'orchestre Joao Carlos Martins pour inculquer sa passion de la musique à ces enfants venus de RDC, d'Angola, de Syrie et d'Haïti.

La chorale a ainsi acquis une certaine renommée avec des spectacles dans plusieurs villes brésiliennes et TV Globo a décidé d'inviter cinq de ses membres à participer au casting de "The Voice Kids", la version enfant de l'émission de télé-réalité.

Isabel a été retenue, mais, comme elle venait d'avoir 16 ans, elle a été propulsée parmi des concurrents adultes bien plus expérimentés.

Mais sa voix en or a enchanté le public comme le jury et lui a permis de rester en lice jusque la dernière étape avant les phases finales.

"Isabel représente les voix de tous les autres enfants de notre chorale et elle a su profiter de cette opportunité pour incarner les rêves de tous les réfugiés", conclut Daniela Guimaraes, en marchant le long de la plage avec elle.

"Quand je chante, j'ai l'impression d'être une autre personne. Je ne suis plus la petite Isabel qui souffrait et pensait qu'elle allait mourir", confie la jeune congolaise.

De retour à Sao Paulo après son aventure télévisée, Isabel, qui rêvait d'être médecin quand elle était petite, espère profiter de sa notoriété pour continuer sa carrière dans la chanson.

Avec AFP

Videos

Culture

Un portrait du guitariste légendaire Jimi Hendrix dans la ville portuaire d'Essaouira, au Maroc. (FADEL SENNA / AFP)

Maroc: la légende de Jimi Hendrix bien entretenue dans un village, 50 ans après sa mort

A l'été 1969, Jimi Hendrix fit un bref séjour à Essaouira, une cité fortifiée très touristique au sud du Maroc. De ce voyage, il ne reste pas d'image ni de bande son, mais d'innombrables mythes qui nourrissent la légende de l'icône du rock. Dans le village de Diabat, situé à cinq kilomètres de la ville, certains assurent l'avoir croisé, d'autres disent lui avoir parlé...
KTP

Makea Production : le projet KTP pour promouvoir la musique urbaine africaine

Depuis plusieurs années la musique urbaine truste les premières places des Charts. Les artistes d’origines africaines s’imposent de plus en plus comme des acteurs clé du secteur. Avec son partenariat avec Sony Music France, Makea Production lance un nouveau projet fédérateur pour les artistes urbains africains.
Amazones du Dahomey (WIKIMEDIA COMMONS)

Décès d'Hélène d’Almeida-Topor, l’historienne de l'Afrique coloniale qui a fait connaître "les amazones du Dahomey"

Hélène d'Almeida-Topor s’installe avec son mari béninois, à Porto Novo, au Bénin, en 1960. Agrégée d’histoire, elle enseigne au lycée, puis à l’université. Très vite son intérêt se porte sur la recherche avec une thèse sur "l’histoire économique du Dahomey (1890-1920)" soutenue en 1987.
Couverture ©DR

Littérature - Cyriaque Kouba Nkouamoussou : « Mes héros sont souvent des personnages-victimes »

Ingénieur agronome, Cyriaque Kouba Nkouamoussou s’adonne à l’écriture. Une passion qu’il essaie de transformer en vocation, aussi n’hésite-t-il pas à se jeter à l’eau, sans la crainte d’une hypothermie littéraire. Après Royan, l’enfance volée (Edilivre, 2019), il vient de publier un roman, ou plutôt un conte, Trahison et chantage (Le Lys Bleu Editions).
Couverture ©DR

Rentrée littéraire 2020 : Moyila Ngonda publie « Pour l’amour de Zaïna », un roman réaliste

Docteur en Relations Internationales, diplômé entre autres en Communication Sociale, Moyila Ngonda est haut-fonctionnaire au Ministère des Affaires Étrangères et ancien diplomate de la Mission Permanente du Congo auprès des Nations Unies à New York et à Genève, Ministre Plénipotentiaire de 2e classe et Chargé d’Affaires à l’Ambassade de la République Démocratique du Congo à Paris, avant d’occuper le même poste actuellement à Riyad, en Arabie Saoudite.
Des immigrés somaliens fuient devant la police qui tente d'éviter des affrontements en marge d'une manifestation contre les étrangers, le 24 février 2017 à Pretoria / AFP

Un collectif d’écrivains et poètes écrivent sur le racisme en Afrique du Sud

Ils viennent de plusieurs pays, du Maroc, de l’Angola, de la Côte-d’Ivoire, d’Haïti, etc. Ils ont tous la particularité d’avoir écrit des livres. Ensemble, ils ont écrit un recueil de poèmes pour réfléchir sur le racisme entre Noirs en Afrique du Sud. En 2019, plusieurs immigrants africains ont été, au quotidien, confrontés à une «africanaphobie» qui prend racine dans l’histoire du pays et que le gouvernement semble alimenter. 
Les pyramides du plateau de Gizeh, site phare du tourisme égyptien près du Caire ©Anton Belo/Shutterstock

Egypte : Les pyramides de Gizeh ont rouvert au public

L'Egypte a décidé mi-juin de rouvrir son espace aérien ainsi qu'une partie de ses sites touristiques, afin de relancer le tourisme, un secteur qui a enregistré de lourdes pertes financières pendant les quelque trois mois de fermeture dus à la maladie Covid-19. Les pyramides du plateau de Gizeh, site phare du tourisme égyptien près du Caire, ont ainsi rouvert au public.Une "énergie très spéciale" lors de la réouverture