Top10 des langues africaines les plus parlées

Langue africaine

Plus de 2 000 langues sont dénombrées en Afrique, dont une centaine seraient maîtrisées par plus d’un million de locuteurs. Les plus parlées seraient dans l’ordre : l’arabe (150 millions de personnes), le kiswahili (plus de 100 millions), l’amharique (50 millions), le hausa (35 millions), le yoruba (30 millions), l’oromo (25 millions) et l’ibo (24 millions), avant le kinyarwanda et le kirundi (20 millions), deux langues cousines qui partagent avec le lingala (13 millions), mais aussi l’isizoulou et l’isixhosa (10 et 8 millions), leur appartenance au grand sous-groupe des langues bantoues.

« Si on écarte les langues indo-européennes et malayo-polynésiennes introduites en Afrique durant les deux derniers millénaires dont les principales sont l’arabe, le malgache, l’afrikaans, le portugais, l’anglais, le français, l’espagnol, le hindi, le bouchpouri, l’ourdou, le chinois, il reste un peu plus de 2 000 langues qui se répartissent en quatre grandes familles », explique l’Académie africaine des langues (Acalan), créée en 2005 par l’Union africaine (UA) et basée à Bamako. Cette institution projette d’élaborer un atlas des langues africaines qui serait le premier du genre à émaner du continent lui-même, et non du Musée royal de l’Afrique centrale (MRAC) de Tervuren à Bruxelles.

D’entrée de jeu, l’arabe, né dans la péninsule arabique à l’âge de fer (1200 ans av. J.-C.), serait ainsi exclu par l’Acalan, car perçu au sud du Sahara comme une langue de conquête importée. Il figure pourtant dans l’une des quatre grandes familles de langues africaines identifiées jusqu’à présent.

La plus prolifique provient de la très grande zone « Niger-Congo », avec 1 456 langues dont 500 relèvent du sous-groupe bantou où l’on trouve les langues les plus parlées d’Afrique.

Dix pays swahiliphones

S’y trouve ainsi le kiswahili, qui sert de lingua franca (langue véhiculaire) dans toute la partie orientale de l’Afrique. Il compte de 100 à 150 millions de locuteurs dans dix pays, qui l’utilisent le plus souvent comme seconde langue. Cette zone swahiliphone va des cinq provinces orientales de la République démocratique du Congo au Mozambique, en passant par les Grands Lacs (Rwanda, Ouganda, Burundi, Tanzanie), le Kenya et la Somalie.

« Hakuna matata », « pas de problème », est sans doute l’expression la plus connue du kiswahili, dont les proverbes figurent sur des pagnes vendus de Lamu au Kenya jusqu’au Cap en Afrique du Sud. Popularisée à travers le monde, grâce au dessin animé Le roi lion de Walt Disney, cette langue, née chez les planteurs de girofle de l’archipel de Zanzibar, dans l’actuelle Tanzanie, comporte de nombreux mots d’arabe, en raison de la forte influence d’Oman sur les rives orientales de l’Afrique. D’abord transcrite en arabe, elle est maintenant écrite en alphabet romain. L’une des tâches de l’Acalan dans son futur atlas consistera à trancher sur le shikomor, langue officielle des Comores, tenu pour un dialecte du swahili par certains et pour une langue à part entière par d’autres.

Le lingala, transporté aux quatre coins du monde par la rumba congolaise et l’importante diaspora congolaise, compte environ 13 millions de locuteurs dans les deux Congo, en Centrafrique et en Angola. Toujours dans le sous-groupe bantou, les deux langues cousines que sont le kinyarwanda et le kirundi sont parlés par près de 20 millions de personnes, avant le zoulou (20 % des Sud-Africains, soit 10 millions de personnes) et le xhosa (9 millions). Non bantoues, le yoruba (30 millions de Nigérians, Béninois et Togolais) et l’ibo (24 millions de Nigérians) appartiennent néanmoins au grand groupe du Niger-Congo. De même que le Al Pulaar, une langue parlée sur une vaste étendue de bande sahélienne par environ 4 millions de Peuls, de la Guinée au Cameroun.

Le hausa ou l’amharique, seconde ou troisième langue d’Afrique ?

La famille « afro-asiatique », autrefois appelée « chamito-sémitique » comprend de son côté 371 langues, dont l’arabe (parlé par 150 millions de personnes en Afrique et manifestement perçu à tort comme une langue exogène par l’Acalan), le berbère et le tamachek, parlé et écrit par les Touaregs. On y trouve aussi le haoussa (35 millions de locuteurs du Niger au Togo en passant par le Nigéria), l’oromo (25,5 millions de personnes en Ethiopie, Somalie, au Kenya et Djibouti) et l’amharique (au moins 29 millions de personnes en Ethiopie, Erythrée, Soudan, Djibouti et jusqu’au Yémen).

Il faut prendre les chiffres avec des pincettes, tant les statistiques font défaut ou varient d’une source à l’autre sur le continent. Selon le recensement général de 2007 fait en Ethiopie, l’amharique est parlé en tant que langue maternelle par 29 % de la population, soit 28 millions de personnes. Mais elle est comprise et maîtrisée comme seconde langue par au moins la moitié des ressortissants du pays, soit 50 millions de personnes, ce qui la propulse au second ou troisième rang des langues les plus parlées d’Afrique après le swahili, selon la prise en compte ou non de l’arabe.

L’ensemble « nilo-saharien » contesté

Autres querelles de chapelle chez les linguistes : la famille des langues dites « nilo-sahéliennes » existe-t-elle vraiment ? Et si oui, le songhaï, parlé au Niger, au Tchad et au Mali en fait-il partie ? Dessinée par l’Américain Joseph Greenberg en 1963, cette famille n’est pas considérée comme homogène par d’autres spécialistes, qui la taxent de « poubelle de Greenberg » parce qu’on y trouve des langues parlées depuis le paléolithique en Nubie, au sud de l’Egypte, au Soudan et une partie de la Libye et du Tchad. Leur point commun : elles n’appartiennent à aucun des autres grands groupes identifiables de langues africaines.

Vient enfin la famille originelle des langues Khoisan (35 dialectes en voie de disparition, avec 100 000 locuteurs seulement en Afrique du Sud, Namibie et Botswana). Ce dernier pilier en nombre a sans doute étéle premier dans l’histoire de l’Afrique. Il a donné à l’Afrique du Sud sa devise nationale : « !ke e: /xarra //ke », « les peuples divers vivent ensemble ». Cette retranscription, qui pourrait aujourd’hui faire penser à un langage informatique, tient compte des différents clics propres au Khoisan, et qui eux, ne se sont pas perdus. On les retrouve en isixhosa (8 à 9 millions de locuteurs), une des grandes langues bantoues d’Afrique du Sud, célébrée par Miriam Makeba dans sa célèbre chanson The Click Song.

Article RFI

 

Videos

Culture

Erickson Le Zulu

Décès en France de Ecrickson le Zulu, l'un des précurseurs du coupé-décalé

L'artiste-chanteur Eric Bosiki dit Erickson Le Zulu, l'un des précurseurs du Coupé-décalé (Musique urbaine en vogue en Côte d'Ivoire) d'origine Congolaise, est décédé dimanche en France des suites d'une maladie. Selon ces sources, l'ex-star du Coupé-décalé aurait été emportée par une cirrhose de foie et une hépatite B. Erickson le Zulu était très adulé des mélomanes ivoiriens dans les années 2000.
Hommage à Franco Luambo Makiadi : Bedel Baouna publie « La vie des hommes », un théâtre haletant (Couverture du livre)

Hommage à Franco Luambo Makiadi : Bedel Baouna publie « La vie des hommes », un théâtre haletant

Il y a 30 ans (et 4 mois) s’éteignait le Grand-Maître Franco Luambo Makiadi en Belgique, l’un des papes de le Rumba congolaise moderne. Mais sa mort physique ne sonna pas le glas de son immense œuvre. Bien au contraire, elle reste d’actualité, et plus que jamais vivante. Parmi ses multiples « chroniques sociales », « La vie des hommes ». A coup de phrases dures, Franco y souligne la mécanique du drame, que vit Malelisa, femme au foyer, délaissée par un mari volage, adepte de toutes les marques de bière.
Roman : « Paris la Défonce », une alacrité d’écriture

Roman : « Paris la Défonce », une alacrité d’écriture

« Qu’est-ce que le style ? Une manière compliquée de raconter des choses simples ou une manière simple de raconter des choses compliquées ? » (Jean Cocteau) Elisabeth Ndala, elle, sans détour a opté pour une manière simple de raconter une histoire compliquée. Sa nouvelle, ou plutôt son roman – puisqu’il n’y a pas unité de temps, d’action et de lieu -, « Paris la Défonce », est un enjouement littéraire. Il n’y a pas de dialogues ; ils sont du moins dilués dans le discours narrativisé, comme pour marquer plus de distance.
Le rappeur Akon ©DR

Le rappeur Akon va investir dans un projet écotouristique au Sénégal

Le rappeur Akon a décidé d'investir dans l'écotourisme sur la côte Atlantique au Sénégal, le pays d'origine de sa famille, ont indiqué jeudi des responsables du gouvernement et du secteur. Connu pour ses tubes R&B "Locked Up" ou "Smack That", le chanteur et producteur américano-sénégalais de 46 ans a signé mardi au Sénégal un accord avec la société publique Sapco (Société d'aménagement et de promotion des côtes et zones touristiques du Sénégal).
Brazzaville ma mère de Bedel Baouna de la gravité du style © Couverture du livre

Littérature - Brazzaville, ma mère de Bedel Baouna : de la gravité, du style

Ouvrir ce roman comme l’on pénètre Brazzaville, s'enivrer de la trame ciselée comme des couleurs et des odeurs… Brazzaville, ma mère vous retient ; une fois le roman ouvert, vous n’avez plus envie de le refermer, « comme si un levier magnétique s'enclenchait au fil des pages ». Une immersion dans l’imaginaire congolais…  
Cyriaque Kouba Nkouamoussou

Littérature - « Royan, l’enfance volée » : Cyriaque Kouba nous émeut

Né au Congo, Cyriaque Kouba Nkouamoussou vit entre Brazzaville et Paris. Ingénieur-agronome, Enseignant-assistant à l’ENSAF (Ecole nationale supérieure d’agronomie et de foresterie), il s’adonne à l’écriture à ses heures perdues. Son premier roman, Royan, l’enfance volée, aborde le sujet délicat et gravissime des enfants de la rue, accusés parfois (à tort) « de sorciers ». 
L'acteur, réalisateur et DJ britannique Idris Elba ©DR

L'acteur Idris Elba devient citoyen de la Sierra-Léone

L'acteur, réalisateur et DJ britannique Idris Elba est devenu citoyen sierra-léonais et a reçu un passeport diplomatique des mains du président Julius Maada Bio vendredi, lors de sa première visite dans le pays d'origine de son père, a rapporté un correspondant de l'AFP.