Restaurer des bibliothèques coloniales, le pari fou de deux Kényanes

Des piles de livres et des tableaux de l'époque victorienne à la bibliothèque McMillan datant de l'époque coloniale, le 24 juillet 2018 à Nairobi, au Kenya | AFP | TONY KARUMBA

Malgré la vétusté de la bibliothèque McMillan, un imposant bâtiment à colonnades des années 1930, une petite dizaine d'habitants de Nairobi ont fait le déplacement pour profiter de la tranquillité du lieu et des rares ouvrages disponibles.

Bientôt, ces usagers pourront profiter d'un espace moderne et rénové. C'est le pari d'Angela Wachuka, éditrice, et Wanjiru Koinange, auteure, qui œuvrent à la restauration de trois bibliothèques de Nairobi laissées à l'abandon depuis des décennies.

"Je refuse de vivre dans une ville où les enfants peuvent grandir sans jamais être entrés dans une bibliothèque. C'est le cas aujourd'hui à Nairobi", explique à l'AFP Wanjiru Koinange, qui a grandi dans la capitale kényane.

Les jeunes femmes ont lancé en 2017 l'association Book Bunk afin de moderniser McMillan, installée dans l'effervescent quartier des affaires de Nairobi, ainsi que les bibliothèques de Makadara et Kaloleni, des quartiers résidentiels de l'est de la capitale.

"Notre approche est la même pour les trois bibliothèques, mais elles seront destinées à des publics différents," précise Wanjiru Koinange, jeune auteure de 32 ans.

McMillan, la plus grande, sera généraliste, tandis que Kaloleni sera spécialisée dans la littérature jeunesse et Makadara dans la littérature pour adolescents.

Malgré son mauvais état, la bibliothèque de Makadara, hébergée dans un bâtiment quelconque des années 1970, attire selon Mme. Koinange jusqu'à 180 jeunes du quartier chaque jour, une affluence qui témoigne de la demande pour ces installations.

- "Démocratiser la collection" -

Dans une capitale bruyante et encombrée, on vient y profiter du silence. "Je suis venue pour étudier parce que c'est calme, il n'y a pas de bruit", témoigne Caren Mumbua Musembi, une étudiante de 20 ans dont c'est la première visite.

Bernard Ouma Ogutu, étudiant en comptabilité à l'Université Kenyatta de Nairobi, passe ses journées ici. "C'est difficile de trouver un ouvrage précis, mais il y a une bonne connexion internet, donc avec un ordinateur on trouve ce qu'on veut pour étudier".

Aujourd'hui, aucun catalogue n'existe pour répertorier les livres, ni les impressionnantes archives de journaux kényans. Un important travail de classification est donc nécessaire.

"L'accessibilité ce n'est pas juste l'affluence dans la bibliothèque, c'est également démocratiser la collection", relève Angela Wachuka, 36 ans, qui organise également des événements littéraires dans le cadre de Book Bunk.

Dans ce sens, l'éditrice souligne également l'importance d'offrir un large choix d'ouvrages.

Deux imposantes défenses d'éléphants accueillent encore le visiteur à l'entrée de McMillan, ouverte en 1931 en mémoire de l'explorateur William Northrup McMillan. Le bâtiment, de style colonial, contient surtout des livres du début du XXème siècle, publiés bien avant l'indépendance du Kenya en 1963.

On y trouve pêle-mêle des ouvrages sur l'aristocratie britannique ou encore un pavé sur l'histoire des taxis londoniens. Mais très peu d'auteurs kényans.

- 'Littérature contemporaine' -

"C'est très important pour nous d'avoir des auteurs africains et de la littérature contemporaine", poursuit Mme. Wachuka, qui n'entend pas en revanche effacer le passé colonial que reflètent les collections actuelles.

"Nous voulons garder l'histoire du lieu parce que c'est important, le bâtiment n'existerait pas sans McMillan, mais nous voulons aussi y ajouter de notre histoire," confirme Mme. Koinange, au milieu de piles de livres prenant la poussière dans une salle d'archives.

Les deux jeunes femmes veulent aussi intégrer d'autres formes de narration comme des contenus multimédias, notamment des podcasts.

En créant Book Bunk, les deux amies ont obtenu l'aide de l'administration de Nairobi. "Nous avons signé un accord qui nous autorise à collecter des fonds, à diriger et à rénover" les trois bibliothèques, ajoute l'auteure.

En plus de financements du gouvernement local, elles prévoient de lancer en septembre 2018 une campagne de levée de fonds afin de réunir les cent millions de shillings (850.000 euros) nécessaires à ce projet auquel les deux femmes entendent dédier cinq ans de leur vie.

Pour Angela et Wanjiru, l'enjeu n'est rien de moins que de permettre aux habitants de Nairobi de raconter et de transmettre des histoires: "Le but est d'encourager la circulation de récits dans la ville. Les bibliothèques sont le lieu où vivent ces histoires".

Videos

Culture

Erickson Le Zulu

Décès en France de Ecrickson le Zulu, l'un des précurseurs du coupé-décalé

L'artiste-chanteur Eric Bosiki dit Erickson Le Zulu, l'un des précurseurs du Coupé-décalé (Musique urbaine en vogue en Côte d'Ivoire) d'origine Congolaise, est décédé dimanche en France des suites d'une maladie. Selon ces sources, l'ex-star du Coupé-décalé aurait été emportée par une cirrhose de foie et une hépatite B. Erickson le Zulu était très adulé des mélomanes ivoiriens dans les années 2000.
Hommage à Franco Luambo Makiadi : Bedel Baouna publie « La vie des hommes », un théâtre haletant (Couverture du livre)

Hommage à Franco Luambo Makiadi : Bedel Baouna publie « La vie des hommes », un théâtre haletant

Il y a 30 ans (et 4 mois) s’éteignait le Grand-Maître Franco Luambo Makiadi en Belgique, l’un des papes de le Rumba congolaise moderne. Mais sa mort physique ne sonna pas le glas de son immense œuvre. Bien au contraire, elle reste d’actualité, et plus que jamais vivante. Parmi ses multiples « chroniques sociales », « La vie des hommes ». A coup de phrases dures, Franco y souligne la mécanique du drame, que vit Malelisa, femme au foyer, délaissée par un mari volage, adepte de toutes les marques de bière.
Roman : « Paris la Défonce », une alacrité d’écriture

Roman : « Paris la Défonce », une alacrité d’écriture

« Qu’est-ce que le style ? Une manière compliquée de raconter des choses simples ou une manière simple de raconter des choses compliquées ? » (Jean Cocteau) Elisabeth Ndala, elle, sans détour a opté pour une manière simple de raconter une histoire compliquée. Sa nouvelle, ou plutôt son roman – puisqu’il n’y a pas unité de temps, d’action et de lieu -, « Paris la Défonce », est un enjouement littéraire. Il n’y a pas de dialogues ; ils sont du moins dilués dans le discours narrativisé, comme pour marquer plus de distance.
Le rappeur Akon ©DR

Le rappeur Akon va investir dans un projet écotouristique au Sénégal

Le rappeur Akon a décidé d'investir dans l'écotourisme sur la côte Atlantique au Sénégal, le pays d'origine de sa famille, ont indiqué jeudi des responsables du gouvernement et du secteur. Connu pour ses tubes R&B "Locked Up" ou "Smack That", le chanteur et producteur américano-sénégalais de 46 ans a signé mardi au Sénégal un accord avec la société publique Sapco (Société d'aménagement et de promotion des côtes et zones touristiques du Sénégal).
Brazzaville ma mère de Bedel Baouna de la gravité du style © Couverture du livre

Littérature - Brazzaville, ma mère de Bedel Baouna : de la gravité, du style

Ouvrir ce roman comme l’on pénètre Brazzaville, s'enivrer de la trame ciselée comme des couleurs et des odeurs… Brazzaville, ma mère vous retient ; une fois le roman ouvert, vous n’avez plus envie de le refermer, « comme si un levier magnétique s'enclenchait au fil des pages ». Une immersion dans l’imaginaire congolais…  
Cyriaque Kouba Nkouamoussou

Littérature - « Royan, l’enfance volée » : Cyriaque Kouba nous émeut

Né au Congo, Cyriaque Kouba Nkouamoussou vit entre Brazzaville et Paris. Ingénieur-agronome, Enseignant-assistant à l’ENSAF (Ecole nationale supérieure d’agronomie et de foresterie), il s’adonne à l’écriture à ses heures perdues. Son premier roman, Royan, l’enfance volée, aborde le sujet délicat et gravissime des enfants de la rue, accusés parfois (à tort) « de sorciers ». 
L'acteur, réalisateur et DJ britannique Idris Elba ©DR

L'acteur Idris Elba devient citoyen de la Sierra-Léone

L'acteur, réalisateur et DJ britannique Idris Elba est devenu citoyen sierra-léonais et a reçu un passeport diplomatique des mains du président Julius Maada Bio vendredi, lors de sa première visite dans le pays d'origine de son père, a rapporté un correspondant de l'AFP.