RDC: Koffi Olomide dans la tourmente de la censure avant son retour en France

Le chanteur congolais Koffi Olomide rend hommage au chanteur ivoirien DJ Arafat le 31 août 2019 à Abidjan

Le roi de la musique congolaise, Koffi Olomide, dénonce l'interdiction de huit de ses chansons en République démocratique du Congo, une mesure qui parasite l'annonce de son retour en France pour un concert début 2020.

"Il y a trop d'abus de pouvoir", déclare à l'AFP le musicien de 63 ans, qui est dans la ligne de mire d'une "commission de censure des chansons et des spectacles" placée sous la tutelle du ministère de la Justice en RDC.

Cette commission a interdit aux radios et télévisions congolaises de diffuser "huit clips vidéo" illustrant des "chansons non autorisées" de celui qui est devenu le pape de la rumba congolaise depuis la mort de Papa Wemba en 2016.

L'interdiction vise tous les "tubes du moment" selon l'artiste, qui cite spontanément sa chanson "La femme de quelqu'un", une histoire de chagrin d'amour ("Aujourd'hui, j'peux plus t'appeler/Tu es la femme de quelqu'un/Mes sentiments n'ont pas changé).

- Histoire vraie -

A Kinshasa, certains lisent dans ces paroles l'histoire vraie d'un autre musicien congolais, blessé de voir son "ex" qui a convolé en justes noces avec un haut responsable politique.

En langage plus juridique, la commission reproche à l'artiste de ne pas avoir répondu à ses "invitations", dans une lettre datée du 13 septembre, que l'AFP a authentifiée auprès du ministère de la Justice.

"Cette attitude démontre un manque de considération et de civisme de la part de l'artiste qui paraît être récidiviste dans ce genre de comportement", selon le texte.

Tous les musiciens congolais doivent solliciter "une autorisation préalable et écrite" de la commission avant la diffusion de leurs œuvres.

Instituée par une loi de 1996, la commission entend éviter les incitations à "la haine raciale ou tribale" ou les atteintes aux bonnes mœurs ("débauche, prostitution, divorce, délinquance").

- "Le Congo ne mérite pas une commission" -

"Le Congo ne mérite pas une commission de censure", commente Koffi Olomide, en recevant l'AFP chez lui sur les hauteurs de Kinshasa

"La censure artistique a été instaurée par le régime de feu l'ancien président Mobutu Sese Seko", poursuit-il collier de barbe poivre et sel, lunette noire et casquette à son nom vissée sur la tête.

"Mobutu ne voulait pas que ses opposants puissent avoir les faveurs des artistes", affirme l'artiste, lui-même un spécialiste du "libanga" (l'art de citer le nom des notables entre deux couplets, moyennant une poignée de dollars).

"Mais aujourd'hui on est en démocratie à temps plein", ajoute-t-il en lançant un appel au nouveau chef de l’État, Félix Tshisekedi, investi en janvier dernier après la première transition pacifique du pouvoir dans l'histoire agitée du pays.

"Il faut qu'il regarde cela un peu de près. Il y a trop d'abus de pouvoir. On ne peut pas interdire aux gens de penser. Nous sommes un peuple majeur".

Son problème avec la censure "devient récurrent" reconnaît-il. En 2005, les chansons "Alia, Silivi et Esili" de l'album "Monde arabe" avaient été censurées pour atteintes aux bonnes mœurs".

En 2009, son album "Patron" avait fait aussi l'objet d'une interdiction de diffusion, tout comme l'album "13e apôtre" en 2015.

Sur sa lancée, le musicien affirme avoir demandé au chef de l'immigration la levée d'une mesure restrictive pour les artistes congolais: la demande préalable de sortie du territoire national chaque fois qu'ils veulent voyager à l'étranger.

Il doit justement se rendre prochainement, à l'étranger : "Je suis heureux d'annoncer que je vais faire un concert à La Défense Arena, près de Paris, début 2020 pour le retour de la musique congolaise en France".

Il s'agit de son premier retour en France depuis plusieurs années : "A cause des problèmes que vous savez, je ne veux pas revenir sur ça".

En mars, Koffi Olomide, de son vrai nom Christophe-Antoine Agbepa Mumba, a été condamné par le tribunal correctionnel de Nanterre (ouest de Paris) à deux ans de prison avec sursis pour "atteinte sexuelle sur mineure de 15 ans". Le parquet avait fait appel de cette condamnation avec sursis.

Avec AFP

Videos

Culture

Les hasards du destin ©DR

Congo - Littérature : Les hasards du destin de Ferréol Gassackys, un roman empreint de symboles et de gravité

Homme politique et député de Poto-Poto (3ème arrondissement de Brazzaville), Ferréol Gassackys est aussi un homme de Culture. En témoigne son premier roman, Les hasards du destin, paru en juin dernier chez L’Harmattan, une invite à l’introspection.
Littérature: Ivresse du pouvoir et liberté de la presse s’empoignent dans «Tchapalo Tango» ©DR

Littérature: Ivresse du pouvoir et liberté de la presse s’empoignent dans «Tchapalo Tango»

La rentrée littéraire en France n’a pas fini de livrer toutes ses dernières pépites. Dans un communiqué de presse transmis à la rédaction de Œil d’Afrique, la Maison d’éditions Captiot annonce la sortie de Tchapalo Tango, premier roman du journaliste ivoirien Fidèle Goulyzia. «Tchapalo Tango» ou l’histoire d’un jeune journaliste entré dans le métier par un heureux hasard, qui y fait ses armes, brille, mais dérange par sa plume. Il est contraint de fuir son pays, Dougoutiana, pour échapper à une arrestation programmée sous le chef d’accusation de complicité de terrorisme.
Christine de Ben Enwonwu s'est vendu plus d'un million de livres aux enchères à Londres. (HANDOUT / SOTHEBY'S)

Le tableau "Christine" du Nigérian Ben Enwonwu vendu plus d'un million de livres à Londres, sept fois plus que l'estimation

Un portrait réalisé par l'artiste nigérian Ben Enwonwu s'est vendu plus d'un million de livres aux enchères à Londres après que la famille possédant le tableau a réalisé l'importance de l'artiste grâce à une simple recherche internet.Intitulé Christine et représentant une jeune femme noire à la robe décolletée jaune, chapeau assorti, regardant avec douceur vers le côté, le tableau a été adjugé 1,1 million de livres (1,3 million d'euros), soit sept fois plus que l'estimation haute. 
Livre posthume de Côme Manckassa Aimé Césaire ou l’illusion de la liberté

Livre : splendide Côme Mankassa !

Il a quitté la terre des hommes il y a de cela quatre ans, laissant derrière lui un manuscrit sur un monument des Lettres, Aimé Césaire. Grâce à la détermination de ses enfants, l’Essai Aimé Césaire, ou l’illusion de la liberté vient de voir le jour aux éditions françaises Le Lys Bleu. Florilège. 
Le chanteur congolais Koffi Olomide rend hommage au chanteur ivoirien DJ Arafat le 31 août 2019 à Abidjan

RDC: Koffi Olomide dans la tourmente de la censure avant son retour en France

Le roi de la musique congolaise, Koffi Olomide, dénonce l'interdiction de huit de ses chansons en République démocratique du Congo, une mesure qui parasite l'annonce de son retour en France pour un concert début 2020. "Il y a trop d'abus de pouvoir", déclare à l'AFP le musicien de 63 ans, qui est dans la ligne de mire d'une "commission de censure des chansons et des spectacles" placée sous la tutelle du ministère de la Justice en RDC.
La foule brandissant un portrait de DJ Arafat, lors de l’hommage rendu au stade Felix Houphouet-Boigny d’Abidjan. AFP/Issouf Sanogo

Côte d’Ivoire : des milliers de fans aux funérailles de DJ Arafat

Un hommage national. Des milliers de fans ont rendu hommage à la star du coupé-décalé, le chanteur ivoirien DJ Arafat, lors d'une cérémonie qui a duré toute la nuit de vendredi à samedi, et à l'issue de laquelle un incident majeur est survenu : son cercueil a été ouvert par une foule de jeunes agités.
Visite du fort de Cape Coast, haut lieu de la traire négrière situé à 150 kilomètres au sud-ouest de la capitale ghanéenne Accra, le 28 juillet 2019. Siphiwe Sibeko / REUTERS

Ghana: "l'Année du retour" attire les touristes afro-américains

La pasteur américaine Roxanne Caleb a les yeux embués en sortant d'un donjon obscur où des esclaves africains étaient détenus avant de traverser l'Atlantique vers les Etats-Unis. "Je n'étais pas prête à voir cela. J'ai le coeur brisé", confie-t-elle à l'AFP alors qu'elle visite le fort de Cape Coast, sur la côte du Ghana. "Je n'arrive toujours pas à imaginer qu'un humain traite un autre être comme un rat", ajoute-t-elle.