RDC: Koffi Olomide dans la tourmente de la censure avant son retour en France

Le chanteur congolais Koffi Olomide rend hommage au chanteur ivoirien DJ Arafat le 31 août 2019 à Abidjan

Le roi de la musique congolaise, Koffi Olomide, dénonce l'interdiction de huit de ses chansons en République démocratique du Congo, une mesure qui parasite l'annonce de son retour en France pour un concert début 2020.

"Il y a trop d'abus de pouvoir", déclare à l'AFP le musicien de 63 ans, qui est dans la ligne de mire d'une "commission de censure des chansons et des spectacles" placée sous la tutelle du ministère de la Justice en RDC.

Cette commission a interdit aux radios et télévisions congolaises de diffuser "huit clips vidéo" illustrant des "chansons non autorisées" de celui qui est devenu le pape de la rumba congolaise depuis la mort de Papa Wemba en 2016.

L'interdiction vise tous les "tubes du moment" selon l'artiste, qui cite spontanément sa chanson "La femme de quelqu'un", une histoire de chagrin d'amour ("Aujourd'hui, j'peux plus t'appeler/Tu es la femme de quelqu'un/Mes sentiments n'ont pas changé).

- Histoire vraie -

A Kinshasa, certains lisent dans ces paroles l'histoire vraie d'un autre musicien congolais, blessé de voir son "ex" qui a convolé en justes noces avec un haut responsable politique.

En langage plus juridique, la commission reproche à l'artiste de ne pas avoir répondu à ses "invitations", dans une lettre datée du 13 septembre, que l'AFP a authentifiée auprès du ministère de la Justice.

"Cette attitude démontre un manque de considération et de civisme de la part de l'artiste qui paraît être récidiviste dans ce genre de comportement", selon le texte.

Tous les musiciens congolais doivent solliciter "une autorisation préalable et écrite" de la commission avant la diffusion de leurs œuvres.

Instituée par une loi de 1996, la commission entend éviter les incitations à "la haine raciale ou tribale" ou les atteintes aux bonnes mœurs ("débauche, prostitution, divorce, délinquance").

- "Le Congo ne mérite pas une commission" -

"Le Congo ne mérite pas une commission de censure", commente Koffi Olomide, en recevant l'AFP chez lui sur les hauteurs de Kinshasa

"La censure artistique a été instaurée par le régime de feu l'ancien président Mobutu Sese Seko", poursuit-il collier de barbe poivre et sel, lunette noire et casquette à son nom vissée sur la tête.

"Mobutu ne voulait pas que ses opposants puissent avoir les faveurs des artistes", affirme l'artiste, lui-même un spécialiste du "libanga" (l'art de citer le nom des notables entre deux couplets, moyennant une poignée de dollars).

"Mais aujourd'hui on est en démocratie à temps plein", ajoute-t-il en lançant un appel au nouveau chef de l’État, Félix Tshisekedi, investi en janvier dernier après la première transition pacifique du pouvoir dans l'histoire agitée du pays.

"Il faut qu'il regarde cela un peu de près. Il y a trop d'abus de pouvoir. On ne peut pas interdire aux gens de penser. Nous sommes un peuple majeur".

Son problème avec la censure "devient récurrent" reconnaît-il. En 2005, les chansons "Alia, Silivi et Esili" de l'album "Monde arabe" avaient été censurées pour atteintes aux bonnes mœurs".

En 2009, son album "Patron" avait fait aussi l'objet d'une interdiction de diffusion, tout comme l'album "13e apôtre" en 2015.

Sur sa lancée, le musicien affirme avoir demandé au chef de l'immigration la levée d'une mesure restrictive pour les artistes congolais: la demande préalable de sortie du territoire national chaque fois qu'ils veulent voyager à l'étranger.

Il doit justement se rendre prochainement, à l'étranger : "Je suis heureux d'annoncer que je vais faire un concert à La Défense Arena, près de Paris, début 2020 pour le retour de la musique congolaise en France".

Il s'agit de son premier retour en France depuis plusieurs années : "A cause des problèmes que vous savez, je ne veux pas revenir sur ça".

En mars, Koffi Olomide, de son vrai nom Christophe-Antoine Agbepa Mumba, a été condamné par le tribunal correctionnel de Nanterre (ouest de Paris) à deux ans de prison avec sursis pour "atteinte sexuelle sur mineure de 15 ans". Le parquet avait fait appel de cette condamnation avec sursis.

Avec AFP

Videos

Culture

Mory Kanté

Le chanteur guinéen Mory Kanté, auteur de « Yéké Yéké », est décédé à 70 ans

Le chanteur et musicien guinéen Mory Kanté, connu pour le tube planétaire Yéké yéké dans les années 1980, est décédé d’une longue maladie vendredi à l’âge de 70 ans dans un hôpital de Conakry, a annoncé son fils Balla Kanté à un correspondant de l’AFP ce vendredi 22 mai.
L’Afrique ancienne (De l’Acacus au Zimbabwe ; 20 000 avant notre ère – XVIe siècle)

L'histoire de l'Afrique ancienne, un passé multimillénaire à redécouvrir

Un livre collectif très documenté et remarquablement illustré, intitulé "L'Afrique ancienne" (publié chez Belin) vient rappeler la richesse de l'histoire du continent, très souvent ignorée. Entretien avec l’archéologue et historien François-Xavier Fauvelle, qui a assuré la direction de l'ouvrage. François-Xavier Fauvelle a été élu en novembre 2018 au Collège de France. Une interview accordéé à France Info.
Apple Music, plateforme de musique en streaming de la marque américaine Apple

Apple Music à la conquête de l'Afrique : Maroc, RDC, Cameroun...

Apple Music, plateforme de musique en streaming de la marque américaine Apple, arrive dans 52 pays dont une vingtaine en Afrique : au Cameroun, en Côte d'Ivoire, au Maroc, en République Démocratique du Congo, ou encore au Rwanda.
La chanteuse béninoise Angélique Kidjo

Covid-19 : "Pata Pata", le tube planétaire de Miriam Makeba ressort avec des paroles anticoronavirus

C'est la chanteuse béninoise Angélique Kidjo qui interprète la nouvelle version de "Pata Pata" dans le but d'encourager les gestes barrières sur tout le continent africain.
Manu Dibango, saxophoniste et légende de l'afro-jazz, est mort à l'âge de 86 ans

Coronavirus: mort de l'artiste Manu Dibango

Le chanteur et saxophoniste, âgé de 86 ans, avait annoncé il y a quelques jours avoir été hospitalisé pour cause de coronavirus. Manu Dibango, saxophoniste et légende de l'afro-jazz, est mort à l'âge de 86 ans, a annoncé sa famille dans une publication sur Facebook. "Chers parents, chers amis, chers fans, une voix s’élève au lointain… C'est avec une profonde tristesse que nous vous annonçons la disparition de Manu Dibango, notre Papy Groove, survenue le 24 mars 2020 à l'âge de 86 ans, des suites du covid 19", peut-on lire.
Manu Dibango ©DR

Coronavirus: le saxophoniste Manu Dibango hospitalisé

Le saxophoniste de légende, bien connu des Sarthois et plus particulièrement à Saint-Calais, a été contaminé par le Covid-19. Manu Dibango, saxophoniste et légende de l’afro-jazz, bien connu des Sarthois, a été hospitalisé pour cause de coronavirus et "se repose et récupère dans la sérénité", est-il indiqué sur sa page Facebook officielle.
Fally Ipupa sur la scène de Bercy. Le 28/02/20202

Rumba et politique, un cocktail congolais

Des incidents ont éclaté vendredi 28 février gare de Lyon à Paris, non loin de la salle de concert où le chanteur Fally Ipupa se produisait.