Ouverture au Cap du plus grand musée d'art contemporain africain

Le jardin de sculptures du nouveau du Zeitz-MoCAA Museum du Cap

Assise dans un imposant fauteuil, elle vous toise du regard devant un mur de fleurs multicolores. A partir de vendredi, "Miss Azania" accueillera les premiers visiteurs du Zeitz Museum du Cap, le plus grand musée au monde consacré à l'art contemporain africain.

Le styliste et performeur sud-africain Athi-Patra Ruga est très fier qu'une de ses photos ouvre la collection permanente du musée. "C'est vraiment merveilleux de savoir que mes neveux et nièces vont pouvoir venir dans cet espace et m'appeler pour me parler de mon travail", s'enthousiasme l'artiste.

Sur un continent plus habitué aux inaugurations de ponts ou de barrages, l'ouverture d'un édifice à vocation exclusivement culturelle est un événement rare.

L'aventure du Musée d'art contemporain africain (MoCAA) du Cap a débuté il y a dix ans, lorsque les promoteurs des docks de cette ville sud-africaine se sont demandé ce qu'ils pourraient bien faire de l'imposant silo à grains érigé comme une verrue au milieu des boutiques et restaurants très prisés des touristes.

Un musée, leur a répondu sans hésiter le cabinet de design urbain londonien Heatherwick.

Après quatre années de travaux, qui ont coûté 31 millions d'euros financés sur fonds privés, le silo d'une hauteur de neuf étages s'est mué en une imposante cathédrale de béton. Il abrite sur 6.000 mètres carrés des centaines d'oeuvres d'artistes africains.

"C'est vraiment incroyable de penser que désormais tous les artistes africains ont un tel espace pour se faire entendre", se réjouit Owanto, artiste d'origine franco-gabonaise.

Au sommet de l'édifice, des fenêtres renvoient sous tous les angles le panorama des tours de la ville et de la célébrissime montagne de la Table.

A l'intérieur de sa nef en forme d'un immense grain de blé, a pris place un dragon au crâne cornu de bélier.

- 'Entouré d'art' -

Intitulée "iimpundulu zonke ziyandilenda", l'effrayante sculpture de caoutchouc, rubans et lumières assemblée par le Sud-Africain Nicholas Hlobo fait partie, comme de nombreuses autres oeuvres du MoCAA, de la collection privée de Jochen Zeitz.

L'ancien et précoce PDG de l'équipementier sportif Puma - il fut à 30 ans un des plus jeunes patrons allemands d'une grande entreprise - a commencé à s'intéresser à l'art contemporain lors de ses années new-yorkaises.

"Je ne me suis jamais considéré comme un collectionneur", assure-t-il aujourd'hui, "je voulais simplement m'entourer d'art".

Lorsqu'il s'y est intéressé au point d'en acheter, Jochen Zeitz s'est fixé un objectif. Constituer une collection qui représente la diversité et la créativité des artistes africains.

"J'ai découvert l'Afrique il y a trente ans et j'en suis tombé amoureux", raconte le philanthrope, "j'ai voulu rendre quelque chose à l'endroit que je considère aujourd'hui comme ma maison".

De son propre aveu, ce fut une des principales difficultés de son pari. Retrouver aux quatre coins de la planète la trace d'oeuvres fondatrices de l'art contemporain africain, les réunir et surtout les "ramener quelque part sur le continent".

Mission accomplie avec la Nigériane Taiye Idahor, le Malgache Joël Andrianomearisoa ou le photographe angolais Edson Chagas, premier artiste africain primé à la Biennale de Venise en 2013.

Désormais exposé dans les tunnels qui forment le rez-de-chaussée du musée, son travail constitue une oeuvre que le conservateur en chef Mark Coetzee décrit comme "extrêmement généreuse".

Chaque visiteur est en effet invité à ramener chez lui une de ses milliers de photos. "L'oeuvre peut ainsi exister au sein-même de la communauté qui nous entoure", se réjouit M. Coetzee.

- 'Voix de l'Afrique' -

Non contents de rapatrier la production artistique africaine sur ses terres, les concepteurs du musée se sont également efforcés de la rendre plus accessible au public. Une fois par semaine, la visite est gratuite pour tous les titulaires de passeports africains.

"A cause de l'apartheid, la plupart des musées publics de ce pays n'étaient pas accessibles à la majorité", explique le conservateur.

"En tant qu'institution, il était très important pour nous de valoriser non seulement cette voix qui vient de l'Afrique mais aussi son public, pour qu'il puisse voir sa propre production culturelle et être fier des artistes qui le représente".

La décision d'établir ce musée au Cap plutôt qu'à Nairobi, Lagos ou Dakar a toutefois fait froncer quelques sourcils.

Les expropriations de force qui ont marqué l'ère de l'apartheid et, plus récemment, l'embourgeoisement de la ville la plus méridionale du continent africain lui ont donné l'image d'une cité plutôt hostile aux pauvres de race noire.

Les critiques soulignent ainsi que les boutiques qui entourent le musée Zeitz sont inaccessibles à la plupart des habitants du Cap.

"Le plus important, c'est que nous soyons désormais ici", balaie d'un revers de main l'artiste sud-africaine Thania Petersen. "La seule façon de changer les choses, c'est d'être présent dans ces espaces. Je crois que nous y sommes."

Videos

Culture

La rappeuse kenyane Muthoni Drummer Queen à Rennes le 7 décembre 2018

Aux Trans Musicales, Muthoni Drummer Queen livre son ode au Kenya et aux femmes

Figure du hip-hop kenyan, elle est rappeuse, percussionniste et femme d'affaires: Muthoni Drummer Queen monte sur la scène des Trans Musicales vendredi avec l'album "She", un condensé contestataire et féministe d'expériences vécues par des "héroïnes" kenyanes ordinaires.
Des pièces du Musée des civilisations noires inauguré le 6 décembre 2018 à Dakar afp.com - SEYLLOU

De Toumaï à l'anti-colonialisme, les "civilisations noires" entrent au musée à Dakar

Le crâne de "Toumaï", un fourneau à métal ancien, un sabre symbole de la résistance anti-coloniale: pour son inauguration jeudi à Dakar, le Musée des civilisations noires (MCN) célèbre l'homme noir, au moment où progresse l'idée d'une restitution à l'Afrique de son patrimoine culturel.
Rania Youssef, lors de la séance photo à l'occasion de la cérémonie de clôture du festival du cinéma du Caire (Egypte), le 29 novembre 2018.

Egypte : l'actrice Rania Youssef ne risque plus la prison, avec ou sans robe noire

Les poursuites contre Rania Youssef pour "incitation à la débauche"ont été levées. La robe que portait l'actrice égyptienne lors de la clôture du Festival international du film du Caire avait été jugée par certains trop transparente, trop suggestive ou provocante. Embrasement des réseaux sociaux. Les deux avocats qui s'étaient saisis du dossier ont finalement retiré leur plainte.
« Très fier » de Martin Fayulu, Fally Ipupa lui souhaite « bonne chance » pour la présidentielle en RDC © Capture d’écran de TV5MONDE

Elections en RDC: "Bonne chance, mon vieux" lance Fally Ipupa à l'opposant Fayulu

La star de la musique congolaise Fally Ipupa, empêché de chanter en France en 2017 sous la pression d'opposants anti-Joseph Kabila, a souhaité "bonne chance" au candidat de l'opposition Martin Fayulu pour l'élection présidentielle en République démocratique du Congo. "Je suis très, très fier de lui. D'ailleurs c'est très bien que les politiciens arrivent à se mettre d'accord pour l'intérêt du pays. En tous cas... bonne chance à mon vieux Martin Fayulu", a déclaré l'artiste sur TV5Monde.
H Lui-meme

Interview - H Lui-même, la nouvelle voix de la scène afro-pop

La scène afro-pop est en ébullition. Un nouveau talent fait parler de lui depuis peu. Musicien d'origine congolaise, H Lui-meme propose des compositions combinant des éléments de la Rumba et ceux de la RnB. Né à Goma en République Démocratique du Congo, Il est le troisième d'une famille de 7 enfants. Son père a fuit la démocratie du Congo en tant que réfugié politique et a été notaire de la ville de Goma pendant plusieurs années.
La réalisatrice Wanuri Kahiu (G) et les actrices Samantha Mugatsia et Sheila Munyiva au 71ème festival international du film, Cannes, le 9 mai 2018. AP

"Rafiki" : un film pour célébrer une Afrique "joyeuse"

Interdit dans son pays au motif qu'il traite de l'amour entre deux femmes, le film kényan "Rafiki" pourra être vu pendant sept jours à Nairobi et espérer ainsi être en lice pour les Oscars. "Je pleure. Je suis dans un aéroport français. Quelle JOIE! Notre constitution est FORTE! Remerciez la liberté d'expression!!!!", a réagi sur Twitter la réalisatrice Wanuri Kahiu qui entend montrer, à travers son film, une image pop et "joyeuse" de l'Afrique.
Un conteur professionnel s'adresse au public place Sainte-Cécile à Cotonou, le 14 août 2018, dans le cadre du festival Mémoires d'Afrique | AFP | YANICK FOLLY

Il était une fois... des contes africains à perpétuer

Assis en demi-cercle sur la place Sainte-Cécile à Cotonou, un public de 7 à 77 ans écoute religieusement le conteur raconter l'histoire de la petite fille qui, désobéissant à ses parents, a sifflé la nuit et bien failli se faire dévorer toute crue par des animaux sauvages.Comme chaque année au Bénin, entre le 14 et le 15 août, plus d'une trentaine de communes, petits villages ou grandes villes accueillent la nuit des contes: une fête organisée par l'association franco-béninoise Mémoires d’Afrique depuis une vingtaine d'années.