MHD à la conquête des États-Unis avec plusieurs concerts

MHD

Passer en deux ans du statut de livreur de pizza à celui de superstar du rap reçue à l'Elysée: "la success-story" de MHD, bien que française, ne pouvait qu'amener le jeune artiste du 19e arrondissement de Paris aux Etats-Unis, le berceau du rap.

"Faire une tournée ici, c'était un rêve de gosse!", a-t-il déclaré à l'AFP lors de son passage à Washington, vendredi. En un peu plus d'une semaine, MHD enchaîne sept dates aux quatre coins des Etats-Unis et au Québec. "Ca n'a pas été fait dans le rap français", avance-t-il fièrement.

IAM avait bien eu une expérience identique en 2015, mais les Marseillais avaient déjà plus de 25 ans de carrière. Mohamed Sylla, de son vrai nom, n'a sorti qu'un seul album et n'était pas encore né quand ses aînés phocéens ont connu le succès.

Natif de Vendée, Sénégalais et Guinéen d'origine, le jeune homme de 23 ans a passé la majeure partie de sa vie à Paris, près du quartier de Belleville.

En 2015, alors qu'il est livreur de pizza, il se fait remarquer grâce à un "freestyle", une improvisation, postée sur les réseaux sociaux. Très vite il s'impose dans le paysage musical grâce à son style détonant: l'afro-trap, mélange de trap, un style de rap à la mode, et de sonorités africaines.

La filière Hollande

Son tube "Afro Trap Part. 3 (Champions League)", hymne à la gloire du PSG, est relayé par les stars parisiennes et tout s'emballe: l'album sorti en 2016 est certifié double disque de platine.

Avant la fin du mandat de François Hollande, il est invité à l'Elysée par le président de la République, lors de la visite du président guinéen Alpha Condé.

Pour l'occasion MHD troque le survêtement pour le costume, mais reste intimidé par le décorum: "On me présentait tous les plats lors du dîner, j'étais gêné, j'ai pas l'habitude. Je suis plutôt fast-food, les beaux restos c'est pas mon truc".

La connexion, explique-t-il, s'est en partie faite grâce à Julien Hollande, le fils du président. "On se connaît, il a réalisé plusieurs de mes clips".

Si MHD décolle en France, ce n'est rien par rapport à ce qui l'attend en Afrique: à Conakry il est accueilli comme un chef d'Etat avant de donner un concert dans un stade de plus de 60.000 personnes.

Outre-Atlantique, il se produit dans des salles bien plus petites. "Ca fait pas de différence", assure-t-il. "C'est même plus dur de chanter devant 500 personnes: les gens sont plus près, tu dois interagir avec tout le monde".

MHD est l'un des rappeurs français qui s'exportent le mieux à l'étranger, sa musique festive étant plus axée sur les refrains accrocheurs et les pas de danse qui l'accompagnent que sur la complexité des paroles.

Dans son travail, MHD explique être "très pointilleux". Comme d'autres noms de la nouvelle génération du rap français (PNL, Jul...), il a compris que le succès passe dorénavant par la communication et le rapport qu'il peut entretenir avec son public.

La catégorie "autre"

Fini les concours de rimes ou de "flow" (l'intonation, le débit), pour déterminer quel rappeur a la plus grande aisance au micro, comme dans les années 90. "Je ne suis pas dans la catégorie "rappeur". Je ne fais pas du rap français. Je veux être rangé dans la catégorie "autre". Il n'y a pas beaucoup de disques en général dans la catégorie autre", reconnaît-il lui-même en souriant.

Mais le jeune chanteur communique en permanence avec ses fans sur les réseaux sociaux, répond aux questions, réagit à leurs messages et prend en compte leurs demandes.

"Je réfléchis beaucoup à des idées et à des concepts pour mes posts, comment je vais pouvoir annoncer la sortie d'un nouveau clip par exemple", détaille-t-il. Il gère lui-même ses comptes Snapchat et Instagram, sur lequel il est suivi par 1,5 million de personnes, et rechigne à donner son mot de passe à ses managers. Son téléphone est devenu presque aussi important que son micro.

Sur scène, il ne le quitte d'ailleurs presque pas. Pendant qu'il chante, MHD se filme souvent en "selfie" avec la foule, pour partager l'instant avec l'ensemble de ses fans sur Snapchat. "C'est un moyen de leur faire vivre mon histoire", résume-t-il. Ses abonnés en redemandent.

Videos

Culture

Un portrait du guitariste légendaire Jimi Hendrix dans la ville portuaire d'Essaouira, au Maroc. (FADEL SENNA / AFP)

Maroc: la légende de Jimi Hendrix bien entretenue dans un village, 50 ans après sa mort

A l'été 1969, Jimi Hendrix fit un bref séjour à Essaouira, une cité fortifiée très touristique au sud du Maroc. De ce voyage, il ne reste pas d'image ni de bande son, mais d'innombrables mythes qui nourrissent la légende de l'icône du rock. Dans le village de Diabat, situé à cinq kilomètres de la ville, certains assurent l'avoir croisé, d'autres disent lui avoir parlé...
KTP

Makea Production : le projet KTP pour promouvoir la musique urbaine africaine

Depuis plusieurs années la musique urbaine truste les premières places des Charts. Les artistes d’origines africaines s’imposent de plus en plus comme des acteurs clé du secteur. Avec son partenariat avec Sony Music France, Makea Production lance un nouveau projet fédérateur pour les artistes urbains africains.
Amazones du Dahomey (WIKIMEDIA COMMONS)

Décès d'Hélène d’Almeida-Topor, l’historienne de l'Afrique coloniale qui a fait connaître "les amazones du Dahomey"

Hélène d'Almeida-Topor s’installe avec son mari béninois, à Porto Novo, au Bénin, en 1960. Agrégée d’histoire, elle enseigne au lycée, puis à l’université. Très vite son intérêt se porte sur la recherche avec une thèse sur "l’histoire économique du Dahomey (1890-1920)" soutenue en 1987.
Couverture ©DR

Littérature - Cyriaque Kouba Nkouamoussou : « Mes héros sont souvent des personnages-victimes »

Ingénieur agronome, Cyriaque Kouba Nkouamoussou s’adonne à l’écriture. Une passion qu’il essaie de transformer en vocation, aussi n’hésite-t-il pas à se jeter à l’eau, sans la crainte d’une hypothermie littéraire. Après Royan, l’enfance volée (Edilivre, 2019), il vient de publier un roman, ou plutôt un conte, Trahison et chantage (Le Lys Bleu Editions).
Couverture ©DR

Rentrée littéraire 2020 : Moyila Ngonda publie « Pour l’amour de Zaïna », un roman réaliste

Docteur en Relations Internationales, diplômé entre autres en Communication Sociale, Moyila Ngonda est haut-fonctionnaire au Ministère des Affaires Étrangères et ancien diplomate de la Mission Permanente du Congo auprès des Nations Unies à New York et à Genève, Ministre Plénipotentiaire de 2e classe et Chargé d’Affaires à l’Ambassade de la République Démocratique du Congo à Paris, avant d’occuper le même poste actuellement à Riyad, en Arabie Saoudite.
Des immigrés somaliens fuient devant la police qui tente d'éviter des affrontements en marge d'une manifestation contre les étrangers, le 24 février 2017 à Pretoria / AFP

Un collectif d’écrivains et poètes écrivent sur le racisme en Afrique du Sud

Ils viennent de plusieurs pays, du Maroc, de l’Angola, de la Côte-d’Ivoire, d’Haïti, etc. Ils ont tous la particularité d’avoir écrit des livres. Ensemble, ils ont écrit un recueil de poèmes pour réfléchir sur le racisme entre Noirs en Afrique du Sud. En 2019, plusieurs immigrants africains ont été, au quotidien, confrontés à une «africanaphobie» qui prend racine dans l’histoire du pays et que le gouvernement semble alimenter. 
Les pyramides du plateau de Gizeh, site phare du tourisme égyptien près du Caire ©Anton Belo/Shutterstock

Egypte : Les pyramides de Gizeh ont rouvert au public

L'Egypte a décidé mi-juin de rouvrir son espace aérien ainsi qu'une partie de ses sites touristiques, afin de relancer le tourisme, un secteur qui a enregistré de lourdes pertes financières pendant les quelque trois mois de fermeture dus à la maladie Covid-19. Les pyramides du plateau de Gizeh, site phare du tourisme égyptien près du Caire, ont ainsi rouvert au public.Une "énergie très spéciale" lors de la réouverture