MHD à la conquête des États-Unis avec plusieurs concerts

MHD

Passer en deux ans du statut de livreur de pizza à celui de superstar du rap reçue à l'Elysée: "la success-story" de MHD, bien que française, ne pouvait qu'amener le jeune artiste du 19e arrondissement de Paris aux Etats-Unis, le berceau du rap.

"Faire une tournée ici, c'était un rêve de gosse!", a-t-il déclaré à l'AFP lors de son passage à Washington, vendredi. En un peu plus d'une semaine, MHD enchaîne sept dates aux quatre coins des Etats-Unis et au Québec. "Ca n'a pas été fait dans le rap français", avance-t-il fièrement.

IAM avait bien eu une expérience identique en 2015, mais les Marseillais avaient déjà plus de 25 ans de carrière. Mohamed Sylla, de son vrai nom, n'a sorti qu'un seul album et n'était pas encore né quand ses aînés phocéens ont connu le succès.

Natif de Vendée, Sénégalais et Guinéen d'origine, le jeune homme de 23 ans a passé la majeure partie de sa vie à Paris, près du quartier de Belleville.

En 2015, alors qu'il est livreur de pizza, il se fait remarquer grâce à un "freestyle", une improvisation, postée sur les réseaux sociaux. Très vite il s'impose dans le paysage musical grâce à son style détonant: l'afro-trap, mélange de trap, un style de rap à la mode, et de sonorités africaines.

La filière Hollande

Son tube "Afro Trap Part. 3 (Champions League)", hymne à la gloire du PSG, est relayé par les stars parisiennes et tout s'emballe: l'album sorti en 2016 est certifié double disque de platine.

Avant la fin du mandat de François Hollande, il est invité à l'Elysée par le président de la République, lors de la visite du président guinéen Alpha Condé.

Pour l'occasion MHD troque le survêtement pour le costume, mais reste intimidé par le décorum: "On me présentait tous les plats lors du dîner, j'étais gêné, j'ai pas l'habitude. Je suis plutôt fast-food, les beaux restos c'est pas mon truc".

La connexion, explique-t-il, s'est en partie faite grâce à Julien Hollande, le fils du président. "On se connaît, il a réalisé plusieurs de mes clips".

Si MHD décolle en France, ce n'est rien par rapport à ce qui l'attend en Afrique: à Conakry il est accueilli comme un chef d'Etat avant de donner un concert dans un stade de plus de 60.000 personnes.

Outre-Atlantique, il se produit dans des salles bien plus petites. "Ca fait pas de différence", assure-t-il. "C'est même plus dur de chanter devant 500 personnes: les gens sont plus près, tu dois interagir avec tout le monde".

MHD est l'un des rappeurs français qui s'exportent le mieux à l'étranger, sa musique festive étant plus axée sur les refrains accrocheurs et les pas de danse qui l'accompagnent que sur la complexité des paroles.

Dans son travail, MHD explique être "très pointilleux". Comme d'autres noms de la nouvelle génération du rap français (PNL, Jul...), il a compris que le succès passe dorénavant par la communication et le rapport qu'il peut entretenir avec son public.

La catégorie "autre"

Fini les concours de rimes ou de "flow" (l'intonation, le débit), pour déterminer quel rappeur a la plus grande aisance au micro, comme dans les années 90. "Je ne suis pas dans la catégorie "rappeur". Je ne fais pas du rap français. Je veux être rangé dans la catégorie "autre". Il n'y a pas beaucoup de disques en général dans la catégorie autre", reconnaît-il lui-même en souriant.

Mais le jeune chanteur communique en permanence avec ses fans sur les réseaux sociaux, répond aux questions, réagit à leurs messages et prend en compte leurs demandes.

"Je réfléchis beaucoup à des idées et à des concepts pour mes posts, comment je vais pouvoir annoncer la sortie d'un nouveau clip par exemple", détaille-t-il. Il gère lui-même ses comptes Snapchat et Instagram, sur lequel il est suivi par 1,5 million de personnes, et rechigne à donner son mot de passe à ses managers. Son téléphone est devenu presque aussi important que son micro.

Sur scène, il ne le quitte d'ailleurs presque pas. Pendant qu'il chante, MHD se filme souvent en "selfie" avec la foule, pour partager l'instant avec l'ensemble de ses fans sur Snapchat. "C'est un moyen de leur faire vivre mon histoire", résume-t-il. Ses abonnés en redemandent.

Videos

Culture

Franck Noël Mackosso

Au Gabon, slammer pour faire parler les quartiers populaires

"Porter la voix des sans-voix": double champion de slam du Gabon, Franck Noël Mackosso, alias "No", veut montrer la réalité peu reluisante et le quotidien de galère des quartiers populaires de Libreville.
Portrait de l'écrivain malien Yambo Ouologuem, lauréat du prix Théophraste Renaudot 1968

Décès de l'écrivain malien Yambo Ouologuem, premier lauréat africain du Renaudot

L'écrivain malien Yambo Ouologuem, premier Africain lauréat du prix littéraire français Renaudot, est décédé dimanche à Sévaré, dans le centre du Mali, à l'âge de 77 ans, a appris l'AFP lundi auprès de sa famille.
La mode se fraie un chemin avec les moyens du bord en RDC.

Congo Fashion Week: au royaume de la Sape, la mode fait avec les moyens du bord

Le manteau aux épaules prolongées de Richie Maya, l'exubérance classique de Zoe Eleng'Art... La mode se fraie un chemin avec les moyens du bord en République démocratique du Congo, pourtant le berceau des exubérances vestimentaires de la "Sape".
Le chanteur nigérian Davido sur scène le 14 janvier 2017 lors de la cérémonie d'ouverture de la dernière coupe d'Afrique des nations à Libreville.

Nigeria: le chanteur Davido entendu par la police après trois morts suspectes

La pop-star nigériane Davido a été entendu à deux reprises par la police de l'Etat de Lagos après la mort suspecte de trois de ses proches en l'espace d'une semaine, un fait divers qui déclenche des réactions passionnées au Nigeria.
Debordo Leekunfa

Après sa défaite aux awards du coupé décalé, Debordo Leekunfa casse ses trophées

Debordo Leekunfa ne décolère pas. Le chanteau ivoirien n'accepte toujours pas sa défaite face à Dj Araft lors des Awards du Coupé Décalé 2017.
Un couple de danseur de Kizomba. Capture d'écran source Youtube

Aux racines de la kizomba, la danse angolaise qui séduit le monde

Mabor. Un entrelacs de rues de terre battue, au coeur de Luanda. D'une cour jaunie par la poussière montent quelques notes d'une musique entraînante. Pour les jeunes du quartier, c'est l'heure du cours de kizomba, la danse angolaise qui a conquis le monde.
Le vidéaste congolais Ori Huchi Kozia lauréat du Prix Orisha 2017 / © Oeil d'Afrique

Le vidéaste congolais Ori Huchi Kozia lauréat du Prix Orisha 2017

La deuxième édition du Prix Orisha a eu lieu mardi 3 octobre à la galerie L'Appartement, à Paris. Le vidéoaste congolais Ori Huchi Kozia a été recompansé pour son film sur Moudoumango.