Littérature: Ivresse du pouvoir et liberté de la presse s’empoignent dans «Tchapalo Tango»

Littérature: Ivresse du pouvoir et liberté de la presse s’empoignent dans «Tchapalo Tango» ©DR

La rentrée littéraire en France n’a pas fini de livrer toutes ses dernières pépites. Dans un communiqué de presse transmis à la rédaction de Œil d’Afrique, la Maison d’éditions Captiot annonce la sortie de Tchapalo Tango, premier roman du journaliste ivoirien Fidèle Goulyzia.

«Tchapalo Tango» ou l’histoire d’un jeune journaliste entré dans le métier par un heureux hasard, qui y fait ses armes, brille, mais dérange par sa plume. Il est contraint de fuir son pays, Dougoutiana, pour échapper à une arrestation programmée sous le chef d’accusation de complicité de terrorisme.

Selon l’auteur, cette histoire n’est pas que «dougoutianaise». Elle tire son universalité dans la contemporanéité de la question des libertés publiques et individuelles à l’épreuve de la menace terroriste. Fidèle Goulyzia explique que trois faits majeurs ont inspiré l’écriture de ce roman qui aura pris trois années. D’abord, son reportage fin novembre 2015 à Bamako, une semaine après l’attentat terroriste du Radisson Blu où il a été marqué par la résilience du peuple malien. Ensuite, l’attaque terroriste de Grand Bassam en Côte d’Ivoire, le 13 mars 2016, alors qu’il exerçait comme journaliste reporter dans son pays. Enfin, la détention préventive longue de 29 mois du correspondant de RFI en langue Haoussa au Cameroun Ahmed Abba.

Inspiré par la richesse et la diversité de la langue française propre aux origines ouest-africaines de l’auteur, Tchapalo Tango est une peinture sans fioriture ni convenance stylistique de la réalité politique des deux Etats imaginaires, cadres du roman : Dougoutiana et Kluiklui-land, deux modèles de démocratie. «Le Tchapalo, bière de mil, patrimoine national de Dougoutiana, se mêle à l’image chaloupée du tango argentin pour produire un cocktail savoureux et parfois grivois», peut-on lire dans le communiqué produit par la maison d’éditions du journaliste. L’ivresse du pouvoir incarnée par le président de la République de Dougoutiana, Koumba Tchefing, mène une lutte sans merci contre la liberté de la presse incarnée par le parcours du jeune journaliste Paul Stokely, personnage principal du roman.

Diplômé en Action humanitaire et Relations internationales de l’Université de Bourgogne, l’auteur prépare actuellement une thèse en droit international à l’Université Félix Houphouët Boigny de Cocody en Côte d’Ivoire. Sa formation de juriste internationaliste doublée de son expérience d’une quinzaine d’années en tant que journaliste reporter sur le continent africain lui permettent de traiter avec profondeur et lucidité des sujets d’une actualité indéniable, selon le communiqué.

© Oeildafrique

Videos

Culture

Manu Dibango, saxophoniste et légende de l'afro-jazz, est mort à l'âge de 86 ans

Coronavirus: mort de l'artiste Manu Dibango

Le chanteur et saxophoniste, âgé de 86 ans, avait annoncé il y a quelques jours avoir été hospitalisé pour cause de coronavirus. Manu Dibango, saxophoniste et légende de l'afro-jazz, est mort à l'âge de 86 ans, a annoncé sa famille dans une publication sur Facebook. "Chers parents, chers amis, chers fans, une voix s’élève au lointain… C'est avec une profonde tristesse que nous vous annonçons la disparition de Manu Dibango, notre Papy Groove, survenue le 24 mars 2020 à l'âge de 86 ans, des suites du covid 19", peut-on lire.
Manu Dibango ©DR

Coronavirus: le saxophoniste Manu Dibango hospitalisé

Le saxophoniste de légende, bien connu des Sarthois et plus particulièrement à Saint-Calais, a été contaminé par le Covid-19. Manu Dibango, saxophoniste et légende de l’afro-jazz, bien connu des Sarthois, a été hospitalisé pour cause de coronavirus et "se repose et récupère dans la sérénité", est-il indiqué sur sa page Facebook officielle. "Il se réjouit d’avance de vous retrouver prochainement et vous demande, en cette période troublée que nous traversons tous, de bien prendre soin de vous,"est-il précisé.
Fally Ipupa sur la scène de Bercy. Le 28/02/20202

Rumba et politique, un cocktail congolais

Des incidents ont éclaté vendredi 28 février gare de Lyon à Paris, non loin de la salle de concert où le chanteur Fally Ipupa se produisait.
Erickson Le Zulu

Décès en France de Ecrickson le Zulu, l'un des précurseurs du coupé-décalé

L'artiste-chanteur Eric Bosiki dit Erickson Le Zulu, l'un des précurseurs du Coupé-décalé (Musique urbaine en vogue en Côte d'Ivoire) d'origine Congolaise, est décédé dimanche en France des suites d'une maladie. Selon ces sources, l'ex-star du Coupé-décalé aurait été emportée par une cirrhose de foie et une hépatite B. Erickson le Zulu était très adulé des mélomanes ivoiriens dans les années 2000.
Hommage à Franco Luambo Makiadi : Bedel Baouna publie « La vie des hommes », un théâtre haletant (Couverture du livre)

Hommage à Franco Luambo Makiadi : Bedel Baouna publie « La vie des hommes », un théâtre haletant

Il y a 30 ans (et 4 mois) s’éteignait le Grand-Maître Franco Luambo Makiadi en Belgique, l’un des papes de le Rumba congolaise moderne. Mais sa mort physique ne sonna pas le glas de son immense œuvre. Bien au contraire, elle reste d’actualité, et plus que jamais vivante. Parmi ses multiples « chroniques sociales », « La vie des hommes ». A coup de phrases dures, Franco y souligne la mécanique du drame, que vit Malelisa, femme au foyer, délaissée par un mari volage, adepte de toutes les marques de bière.
Roman : « Paris la Défonce », une alacrité d’écriture

Roman : « Paris la Défonce », une alacrité d’écriture

« Qu’est-ce que le style ? Une manière compliquée de raconter des choses simples ou une manière simple de raconter des choses compliquées ? » (Jean Cocteau) Elisabeth Ndala, elle, sans détour a opté pour une manière simple de raconter une histoire compliquée. Sa nouvelle, ou plutôt son roman – puisqu’il n’y a pas unité de temps, d’action et de lieu -, « Paris la Défonce », est un enjouement littéraire. Il n’y a pas de dialogues ; ils sont du moins dilués dans le discours narrativisé, comme pour marquer plus de distance.
Le rappeur Akon ©DR

Le rappeur Akon va investir dans un projet écotouristique au Sénégal

Le rappeur Akon a décidé d'investir dans l'écotourisme sur la côte Atlantique au Sénégal, le pays d'origine de sa famille, ont indiqué jeudi des responsables du gouvernement et du secteur. Connu pour ses tubes R&B "Locked Up" ou "Smack That", le chanteur et producteur américano-sénégalais de 46 ans a signé mardi au Sénégal un accord avec la société publique Sapco (Société d'aménagement et de promotion des côtes et zones touristiques du Sénégal).