Littérature - Cyriaque Kouba Nkouamoussou : « Mes héros sont souvent des personnages-victimes »

Couverture ©DR

Ingénieur agronome, Cyriaque Kouba Nkouamoussou s’adonne à l’écriture. Une passion qu’il essaie de transformer en vocation, aussi n’hésite-t-il pas à se jeter à l’eau, sans la crainte d’une hypothermie littéraire. Après Royan, l’enfance volée (Edilivre, 2019), il vient de publier un roman, ou plutôt un conte, Trahison et chantage (Le Lys Bleu Editions).

Vous venez de publier un conte dont le personnage principal est un éleveur. C’est en lien avec votre métier ?

Cyriaque Kouba Nkouamoussou : Evidemment l’agriculture et l’élevage sont des secteurs en difficulté en Afrique. Comme ce sont mes domaines de travail et qu’il me paraît plus qu’urgent de nous y consacrer, j’ai pris ma plume pour pondre ce texte. L’intention est donc à la fois ludique, didactique et incitative. 

Que ce soit dans votre précédent roman, Royan, l’enfance volée, ou dans votre dernier livre, vos héros sont des victimes de la société… 

CKN : Des victimes de la société, peut-être pas ! Mais de l’environnement, oui ! Si Royan est victime de l’indifférence et de la méchanceté de sa famille, Makaya l’est de son beau-frère. Quand le jeune paysan constate la disparition de dix de ses brebis, c’est vers son beau-frère qu’il porte ses soupçons. Et pour cause : il l’a toujours jalousé. Vous voyez donc que celui qui nous fait du mal ne vient pas de loin ! Il est plutôt là, proche de nous, en train de guetter le moment où il passera à l’acte. 

Malgré tout, vos personnages sont des lutteurs…

CKN : Quand on écrit, il y a un peu de soi. J’ai l’âme d’un lutteur et c’est, je crois, la caractéristique d’un héros, même victime. A chacun ses moyens pour parvenir à ses fins. 

Maintenant que vous êtes lancé, à quel moment paraîtra votre prochain livre ?

CKN : Pour tout vous dire, je ne le sais pas ! J’y travaille et je prends mon temps. Un livre ne s’écrit pas en un mois, à moins d’être bricoleur.

Quel regard portez-vous sur la littérature congolaise ?

CKN : Je pense que le Congo n’a jamais eu autant d’auteurs que durant ces trois dernières décennies. Et, croyez-moi, avec tous ces talents à foison, il n’est pas évident de se faire une place. D’où la nécessité d’être exigeant, rigoureux.

Propos recueillis par BB

  

 

 

Videos

Culture

Couverture ©DR

Littérature - Cyriaque Kouba Nkouamoussou : « Mes héros sont souvent des personnages-victimes »

Ingénieur agronome, Cyriaque Kouba Nkouamoussou s’adonne à l’écriture. Une passion qu’il essaie de transformer en vocation, aussi n’hésite-t-il pas à se jeter à l’eau, sans la crainte d’une hypothermie littéraire. Après Royan, l’enfance volée (Edilivre, 2019), il vient de publier un roman, ou plutôt un conte, Trahison et chantage (Le Lys Bleu Editions).
Couverture ©DR

Rentrée littéraire 2020 : Moyila Ngonda publie « Pour l’amour de Zaïna », un roman réaliste

Docteur en Relations Internationales, diplômé entre autres en Communication Sociale, Moyila Ngonda est haut-fonctionnaire au Ministère des Affaires Étrangères et ancien diplomate de la Mission Permanente du Congo auprès des Nations Unies à New York et à Genève, Ministre Plénipotentiaire de 2e classe et Chargé d’Affaires à l’Ambassade de la République Démocratique du Congo à Paris, avant d’occuper le même poste actuellement à Riyad, en Arabie Saoudite.
Des immigrés somaliens fuient devant la police qui tente d'éviter des affrontements en marge d'une manifestation contre les étrangers, le 24 février 2017 à Pretoria / AFP

Un collectif d’écrivains et poètes écrivent sur le racisme en Afrique du Sud

Ils viennent de plusieurs pays, du Maroc, de l’Angola, de la Côte-d’Ivoire, d’Haïti, etc. Ils ont tous la particularité d’avoir écrit des livres. Ensemble, ils ont écrit un recueil de poèmes pour réfléchir sur le racisme entre Noirs en Afrique du Sud. En 2019, plusieurs immigrants africains ont été, au quotidien, confrontés à une «africanaphobie» qui prend racine dans l’histoire du pays et que le gouvernement semble alimenter. 
Les pyramides du plateau de Gizeh, site phare du tourisme égyptien près du Caire ©Anton Belo/Shutterstock

Egypte : Les pyramides de Gizeh ont rouvert au public

L'Egypte a décidé mi-juin de rouvrir son espace aérien ainsi qu'une partie de ses sites touristiques, afin de relancer le tourisme, un secteur qui a enregistré de lourdes pertes financières pendant les quelque trois mois de fermeture dus à la maladie Covid-19. Les pyramides du plateau de Gizeh, site phare du tourisme égyptien près du Caire, ont ainsi rouvert au public.Une "énergie très spéciale" lors de la réouverture
Couverture de livre ©DR

Littérature : Philippe N’Ngalla ou l’art de la prosopopée

Dans la famille Ngoïe-Ngalla, il y a Dominique le père, intellectuel brillant mais discret ; il y a désormais Philippe, le fils, juriste et… littéraire. La quarantaine révolue, il vient d’accoucher de son premier roman, La ronde des ombres (Le Lys Bleu Editions).
Le Docteur Thierry-Paul Ifoundza © DR

Livre. Thierry-Paul Ifoundza dissèque le Système de Santé du Congo

Originaire du Congo-Brazzaville, Thierry-Paul Ifoundza vit en France depuis plusieurs décennies. Médecin-pneumologue, spécialiste des maladies respiratoires, il est coauteur de travaux scientifiques sur les maladies respiratoires, publiés dans des revues françaises et internationales. Congo-Brazzaville / Un Système de Santé dystopique, est son premier livre.
Couverture de livre ©DR

Congo - Littérature : « Frikia, Pèlerin des âges », une jubilation littéraire et philosophique

Homme politique congolais – il est député de Poto-Poto dans le troisième arrondissement de Brazzaville –, Ferréol Gassackys est avant tout un homme de culture. Longtemps président du FESPAM (Festival Panafricain de Musique), il est aussi féru de lettres. Un an après Les hasards du destin (L’Harmattan), le voilà qui revient avec Frika, Pèlerin des âges, un roman – comme le précédent – sur la quête de soi et le temps.