Les musiciens Amadou et Mariam plus unis que jamais dans "La Confusion"

Les artistes maliens Amadou et Mariam, le 7 décembre 2015 à Paris | Miguel MEDINA

"Amadou & Mariam publient vendredi "La Confusion" (Because Music), un nouveau disque où le célèbre couple de musiciens aveugles de Bamako aborde sur des musiques toujours festives des sujets aussi brûlants que l'exode dans "C'est Chaud", l'un des titres phares de leur album le plus engagé à ce jour.

"Le monde a changé. On écrit les textes par rapport au temps où nous vivons", a expliqué Amadou, sans Mariam, souffrante ce jour-là, lors d'une interview à l'AFP.

"Les choses sont devenues très compliquées, il y a une confusion", estime Amadou, pointant du doigt le contexte économique et politique et la crise des migrants.

"Cette fois-ci les thèmes sont un peu graves parce que la situation aussi l'exige. C'est ce qui fait qu'il y a des morceaux comme +La Confusion+, +C'est chaud+ ("C'est dur/ Les temps sont durs/ C'est dur, c'est dur. Partout") qui parlent du voyage et de l'exil et qui conseillent aux gens de prendre beaucoup de précautions avant de venir", poursuit-il.

Cet album, Amadou & Mariam l'ont voulu plus intimiste que leurs précédentes productions. "La Confusion" a été enregistré à Paris et à Montreuil, où le couple réside lorsqu'il n'est pas au Mali, avec le même noyau de musiciens. Loin des nombreux featurings (Bertrand Cantat, Scissor Sisters, Amp Fiddler...) de "Folila", leur disque précédent.

La photo illustrant la pochette, dont le titre est écrit en braille, montre d'ailleurs les amoureux plus enlacés que jamais.

- "On communique simplement" -

Amadou Bagayoko et Mariam Doumbia se sont rencontrés en 1976 à l'Institut des jeunes aveugles de Bamako. Ils ont à l'époque 21 et 18 ans, lui est musicien, elle chanteuse, tous deux ont les mêmes goûts musicaux.

Le succès planétaire d'un duo qui tourne ensemble depuis les années 1980 est survenu en 2004 avec "Un Dimanche à Bamako", la chanson-titre d'un disque produit par Manu Chao. Depuis, leurs chansons envahissent régulièrement les dance floors du monde entier.

La recette d'Amadou & Mariam ? Des messages simples, sur la vie quotidienne, la société, distillés sur des mélodies entêtantes issues de la tradition bambara, avec un habillage rock, funk, électro. Une musique qu'Amadou appelle afro-blues-rock.

"On communique simplement et on fait des truc essentiels, pour que les gens puissent chanter avec nous. Quand on dit: +Je pense à toi, mon amour, ma bien-aimée+, ça paraît simple, mais c'est l'essentiel".

Amateurs de son, Amadou et Mariam ont fait appel dans leur carrière à divers producteurs. Cette fois-ci, c'est Adrien Durand, 30 ans, un fou de synthés analogiques vintage, qui s'y colle. Avec succès.

Videos

Culture

La rappeuse kenyane Muthoni Drummer Queen à Rennes le 7 décembre 2018

Aux Trans Musicales, Muthoni Drummer Queen livre son ode au Kenya et aux femmes

Figure du hip-hop kenyan, elle est rappeuse, percussionniste et femme d'affaires: Muthoni Drummer Queen monte sur la scène des Trans Musicales vendredi avec l'album "She", un condensé contestataire et féministe d'expériences vécues par des "héroïnes" kenyanes ordinaires.
Des pièces du Musée des civilisations noires inauguré le 6 décembre 2018 à Dakar afp.com - SEYLLOU

De Toumaï à l'anti-colonialisme, les "civilisations noires" entrent au musée à Dakar

Le crâne de "Toumaï", un fourneau à métal ancien, un sabre symbole de la résistance anti-coloniale: pour son inauguration jeudi à Dakar, le Musée des civilisations noires (MCN) célèbre l'homme noir, au moment où progresse l'idée d'une restitution à l'Afrique de son patrimoine culturel.
Rania Youssef, lors de la séance photo à l'occasion de la cérémonie de clôture du festival du cinéma du Caire (Egypte), le 29 novembre 2018.

Egypte : l'actrice Rania Youssef ne risque plus la prison, avec ou sans robe noire

Les poursuites contre Rania Youssef pour "incitation à la débauche"ont été levées. La robe que portait l'actrice égyptienne lors de la clôture du Festival international du film du Caire avait été jugée par certains trop transparente, trop suggestive ou provocante. Embrasement des réseaux sociaux. Les deux avocats qui s'étaient saisis du dossier ont finalement retiré leur plainte.
« Très fier » de Martin Fayulu, Fally Ipupa lui souhaite « bonne chance » pour la présidentielle en RDC © Capture d’écran de TV5MONDE

Elections en RDC: "Bonne chance, mon vieux" lance Fally Ipupa à l'opposant Fayulu

La star de la musique congolaise Fally Ipupa, empêché de chanter en France en 2017 sous la pression d'opposants anti-Joseph Kabila, a souhaité "bonne chance" au candidat de l'opposition Martin Fayulu pour l'élection présidentielle en République démocratique du Congo. "Je suis très, très fier de lui. D'ailleurs c'est très bien que les politiciens arrivent à se mettre d'accord pour l'intérêt du pays. En tous cas... bonne chance à mon vieux Martin Fayulu", a déclaré l'artiste sur TV5Monde.
H Lui-meme

Interview - H Lui-même, la nouvelle voix de la scène afro-pop

La scène afro-pop est en ébullition. Un nouveau talent fait parler de lui depuis peu. Musicien d'origine congolaise, H Lui-meme propose des compositions combinant des éléments de la Rumba et ceux de la RnB. Né à Goma en République Démocratique du Congo, Il est le troisième d'une famille de 7 enfants. Son père a fuit la démocratie du Congo en tant que réfugié politique et a été notaire de la ville de Goma pendant plusieurs années.
La réalisatrice Wanuri Kahiu (G) et les actrices Samantha Mugatsia et Sheila Munyiva au 71ème festival international du film, Cannes, le 9 mai 2018. AP

"Rafiki" : un film pour célébrer une Afrique "joyeuse"

Interdit dans son pays au motif qu'il traite de l'amour entre deux femmes, le film kényan "Rafiki" pourra être vu pendant sept jours à Nairobi et espérer ainsi être en lice pour les Oscars. "Je pleure. Je suis dans un aéroport français. Quelle JOIE! Notre constitution est FORTE! Remerciez la liberté d'expression!!!!", a réagi sur Twitter la réalisatrice Wanuri Kahiu qui entend montrer, à travers son film, une image pop et "joyeuse" de l'Afrique.
Un conteur professionnel s'adresse au public place Sainte-Cécile à Cotonou, le 14 août 2018, dans le cadre du festival Mémoires d'Afrique | AFP | YANICK FOLLY

Il était une fois... des contes africains à perpétuer

Assis en demi-cercle sur la place Sainte-Cécile à Cotonou, un public de 7 à 77 ans écoute religieusement le conteur raconter l'histoire de la petite fille qui, désobéissant à ses parents, a sifflé la nuit et bien failli se faire dévorer toute crue par des animaux sauvages.Comme chaque année au Bénin, entre le 14 et le 15 août, plus d'une trentaine de communes, petits villages ou grandes villes accueillent la nuit des contes: une fête organisée par l'association franco-béninoise Mémoires d’Afrique depuis une vingtaine d'années.