Le vidéaste congolais Ori Huchi Kozia lauréat du Prix Orisha 2017

Le vidéaste congolais Ori Huchi Kozia lauréat du Prix Orisha 2017 / © Oeil d'Afrique

La deuxième édition du Prix Orisha a eu lieu mardi 3 octobre à la galerie L'Appartement, à Paris. Le vidéoaste congolais Ori Huchi Kozia a été recompansé pour son film sur Moudoumango.

Âgé de 30 ans,  basé à Brazzaville, Ori Huchi Kozia est l’auteur de plusieurs film : Le Dieu danseurBad apple (Bourse Egide de la Fémis), TraumaEphemere ou encore Le cœur de la bête. Il est aussi le créateur du Titari Film Festival de Brazzaville.

Après un grand cri de joie, le vidéaste est revenu sur son parcours, "Je suis entré dasn le monde de l'art par effraction. Je n'ai pas fait une école d'art." Puis d'expliquer le "Moudoumango".

"Il s'agit ici de faire référence à une créature issue de la mythologie de l’ancien royaume de Kongo. Une manière mooi de ressusciter le passé dans un monde étrange, chaotique, qui enfante une sorte de Frankenstein des temps modernes, fait de rebuts et de haute technologie à la fois." affirme Ori Huchi Kozia.

Comité de séléction

Pour cette édition, Nathalie Miltat s'est entouré d'un comité de sélection de qualité, composé de l’artiste Myriam Mihindou, du créateur de mode Bernie Seb, du scénographe Franck Houndégla, du designer Cheikh Diallo, de la commissaire d’exposition Oulimata Gueye, de la bloggeuse Virginie Ehonian et de la directrice artistique d’IAM Céline Seror. Tous ont présenté au public présent leurs choix.

2000 euros pour le lauréat

Crée en 2014 par Nathalie Miltat, le Prix Orisha est aujourd’hui structuré autour de l’association Orafrica qui a pour but de valoriser l’art et la culture du Sud du Sahara.

« Le vainqueur va bénéficier d’un accompagnement pendant un an, d’une communication autour de son travail pour le rendre plus visible et d’une somme de 2 000 euros qui lui permettra de réaliser des œuvres dans la perspective d’une exposition, à la galerie Appartement ou ailleurs. Il s’agit de lui donner de la visibilité, n’importe où, et de montrer tout ce que l’Afrique a à faire découvrir. Nous voulons porter ce qui va enrichir le monde. » explique Nathalie Miltat.

 

Videos

Culture

Un portrait du guitariste légendaire Jimi Hendrix dans la ville portuaire d'Essaouira, au Maroc. (FADEL SENNA / AFP)

Maroc: la légende de Jimi Hendrix bien entretenue dans un village, 50 ans après sa mort

A l'été 1969, Jimi Hendrix fit un bref séjour à Essaouira, une cité fortifiée très touristique au sud du Maroc. De ce voyage, il ne reste pas d'image ni de bande son, mais d'innombrables mythes qui nourrissent la légende de l'icône du rock. Dans le village de Diabat, situé à cinq kilomètres de la ville, certains assurent l'avoir croisé, d'autres disent lui avoir parlé...
KTP

Makea Production : le projet KTP pour promouvoir la musique urbaine africaine

Depuis plusieurs années la musique urbaine truste les premières places des Charts. Les artistes d’origines africaines s’imposent de plus en plus comme des acteurs clé du secteur. Avec son partenariat avec Sony Music France, Makea Production lance un nouveau projet fédérateur pour les artistes urbains africains.
Amazones du Dahomey (WIKIMEDIA COMMONS)

Décès d'Hélène d’Almeida-Topor, l’historienne de l'Afrique coloniale qui a fait connaître "les amazones du Dahomey"

Hélène d'Almeida-Topor s’installe avec son mari béninois, à Porto Novo, au Bénin, en 1960. Agrégée d’histoire, elle enseigne au lycée, puis à l’université. Très vite son intérêt se porte sur la recherche avec une thèse sur "l’histoire économique du Dahomey (1890-1920)" soutenue en 1987.
Couverture ©DR

Littérature - Cyriaque Kouba Nkouamoussou : « Mes héros sont souvent des personnages-victimes »

Ingénieur agronome, Cyriaque Kouba Nkouamoussou s’adonne à l’écriture. Une passion qu’il essaie de transformer en vocation, aussi n’hésite-t-il pas à se jeter à l’eau, sans la crainte d’une hypothermie littéraire. Après Royan, l’enfance volée (Edilivre, 2019), il vient de publier un roman, ou plutôt un conte, Trahison et chantage (Le Lys Bleu Editions).
Couverture ©DR

Rentrée littéraire 2020 : Moyila Ngonda publie « Pour l’amour de Zaïna », un roman réaliste

Docteur en Relations Internationales, diplômé entre autres en Communication Sociale, Moyila Ngonda est haut-fonctionnaire au Ministère des Affaires Étrangères et ancien diplomate de la Mission Permanente du Congo auprès des Nations Unies à New York et à Genève, Ministre Plénipotentiaire de 2e classe et Chargé d’Affaires à l’Ambassade de la République Démocratique du Congo à Paris, avant d’occuper le même poste actuellement à Riyad, en Arabie Saoudite.
Des immigrés somaliens fuient devant la police qui tente d'éviter des affrontements en marge d'une manifestation contre les étrangers, le 24 février 2017 à Pretoria / AFP

Un collectif d’écrivains et poètes écrivent sur le racisme en Afrique du Sud

Ils viennent de plusieurs pays, du Maroc, de l’Angola, de la Côte-d’Ivoire, d’Haïti, etc. Ils ont tous la particularité d’avoir écrit des livres. Ensemble, ils ont écrit un recueil de poèmes pour réfléchir sur le racisme entre Noirs en Afrique du Sud. En 2019, plusieurs immigrants africains ont été, au quotidien, confrontés à une «africanaphobie» qui prend racine dans l’histoire du pays et que le gouvernement semble alimenter. 
Les pyramides du plateau de Gizeh, site phare du tourisme égyptien près du Caire ©Anton Belo/Shutterstock

Egypte : Les pyramides de Gizeh ont rouvert au public

L'Egypte a décidé mi-juin de rouvrir son espace aérien ainsi qu'une partie de ses sites touristiques, afin de relancer le tourisme, un secteur qui a enregistré de lourdes pertes financières pendant les quelque trois mois de fermeture dus à la maladie Covid-19. Les pyramides du plateau de Gizeh, site phare du tourisme égyptien près du Caire, ont ainsi rouvert au public.Une "énergie très spéciale" lors de la réouverture